• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Eric Raynaud

Cet auteur n'a pas encore renseigné sa description

Tableau de bord

Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 0 2 0
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Derniers commentaires


  • Eric Raynaud 20 janvier 2008 10:27

    Bonjour à tous,

    J’avais promis de venir donner mon point de vue d’auteur, "au plus tard lundi", la semaine passée. Ce que je n’avais pas prévu, ou en tout cas pas à cette échelle-là, c’est qu’à partir du lundi en question, tôt le matin, j’ai été assailli de sollicitations de médias. Au point que j’ai pratiquement passé la semaine à satisfaire leurs demandes.

    Probablement certains d’entre vous en ont-ils lu, vu ou entendu les sujets dans lesquels je suis intervenu. Tout a démarré ce lundi matin avec la parution d’un gros dossier d’Isabelle Horans, dans France-Soir, qui a valu à ce quotidien, m’a expliqué Gérard Carreyrou, la deuxième de ses plus grosses ventes historiques (derrière le divorce de l’imbattable Cécilia S.). Je vous donne cette info non pas pour me faire mousser, ce n’est vraiment pas le genre de la maison, mais pour bien montrer que 15 ans après, Bérégovoy n’est pas sorti du coeur des Français, et les conditions de sa mort non plus...

    RTL, iTélé, Europe 1, l’émission de Ruquier sur France 2, C dans l’air avec Yves Calvi, France 3, etc : la semaine a été agitée. Je ne peux pas, toutefois, oublier que c’est la station Radio Vraiment Libre http://radiovraimentlibre.com/ qui a été la première à consacrer un long sujet à mon livre. Je ne peux d’ailleurs que conseiller aux habitués d’Agoravox de s’y rendre régulièrement : avec peu de moyens, ceux qui s’y consacrent font réellement du bon boulot en toute indépendance, et le nom qu’ils ont choisi est amplement justifié. ce lien : http://tv.jubii.fr/video/iLyROoaftNBc.html est également très intéressant à mon sens. Il s’agit de rushes d’un reportage de France 3, non utilisés, qui contiennent un certain nombre d’infos qui n’ont pas toutes été diffusées par les médias.

    Pour revenir à nos moutons, donc, je pense que la plupart d’entre vous ont pu connaître le sens de ma démarche et le travail que j’ai effectué durant cinq ans pour cette enquête.

    A mon compatriote Henry Moreigne - avec le nom que je porte, comment aurais-je pu naître ailleurs qu’à Clermont-Ferrand ???  -, qui a lancé le débat très opportunément, je tiens à dire en toute amitié que non, il n’y a pas de business ou de stratégie dans la date de sortie de ce livre. En fait, il devait paraître en novembre 2005, pour les 80 ans de la naissance de Béré, chez un autre éditeur. Qui en a bizarrement retardé la date de parution deux fois, avant que je me fâche et que je reprenne mes droits. "On" lui avait visiblement conseillé de renoncer à son projet, ce qui n’est pas une exception dans l’édition non plus... Dans la même veine, je ne vais pas vous parler de la presse d’aujourd’hui, car je n’aime pas m’énerver...

    Pour ce qui concernerait une parution disons "politique", la réponse est donc évidemment non. Ni la droite ni la gauche ne sont à l’abri de retombées éventuelles. Mitterrand commanditaire ? Je n’y crois pas un instant. En revanche, il y avait autour de lui quelques personnes qui avait un intérêt particulier à ce que Bérégovoy ne balance pas les corrompus - car c’est ce qu’il s’apprêtait à faire et c’est de cela qu’il est mort -, tout comme il y en avait quelques-uns du côté de Chirac, et encore dans la société civile, dans des sociétés et pour des contrats qui sont largement évoqués sur ce site. Dans mon livre, tous sont dans le même panier. On va dire que c’est une "oeuvre collective"...

    En ce qui concerne l’histoire des deux balles, elle est très simple. Béré n’a pas utilisé l’arme de son garde du corps, un 357 magnum. La version officielle explique qu’il s’est tiré une balle dans la tempe droite, ressortie par la tempe gauche. Dans ce cas, avec ce type d’arme, l’orifice de sortie aurait dû être de 80 à 100 mm, c’est à dire un diamètre supérieur à celui d’une boule de pétanque... Or, la photo montre très bien que la tempe gauche est intacte... Cherchez l’erreur... La photo montre également un impact de balle exactement au sommet du crâne, et un filet de sang qui coule sur la nuque et le cou de Béré... Moralité : Pierre Bérégovoy a pris deux balles (les témoins auditifs ont tous entendus deux détonations) de petit calibre dans la tête. Alors effectivement, avec un automatique, même si c’est rare on peut se tirer deux balles en raison de la crispation du doigt sur la queue de détente. Mais certainement pas une dans la tempe, PUIS une au sommet du crâne...

    Michel Frontere, également en toute tranquillité de débat, j’ai aussi connu Bérégovoy de près, de très près même, de 87 à 93... Et je connais très probablement votre ami de la Nièvre... Le livre que vous évoquez, Les liaisons dangereuses de Pierre Bérégovoy , est celui de Charles Villeneuve. Je ne souhaite pas polémiquer sur cet ouvrage, mais le même Charles Villeneuve, dans le France Soir du 14 janvier, explique que "Bérégovoy s’était loupé", et "qu’il n’était pas mort" à l’arrivée des secours. Or, les premiers pompiers sur place ont dû pratiquer un massage cardiaque d’un quart d’heure au moins sur Béré : le coeur s’était arrêté. De plus, je cite dans mon livre le témoignage d’un médecin neversois de haut niveau - il a donné la même version par écrit à la DCRG - selon lequel Béré était décédé, à Nevers donc, lorsque l’hélicoptère le transportant a décollé pour Paris... Charles Villeneuve explique également qu’ "aucun organe vital n’était touché" dans le même France Soir. Je vous rappelle la version officielle servie en 1993 : "une balle de 357 magnum est entrée par la tempe droite, avant de sortir par la tempe gauche, selon une trajectoire légèrement ascendante"... Elle a traversé le cerveau qui n’est donc pas, selon Villeneuve, un organe vital ??? Je vous laisse méditer, mais en toute sympathie, rassurez-vous, sur ces données et sur les écrits de Charles Villeneuve... Et aussi vous poser la question de savoir où se trouve le "mauvais roman" auquel vous faites allusion.

    J’ai déjà fait assez long, les médias ont parlé de mon ouvrage, et le buzz est énorme sur le net, avec énormément d’infos, aussi je vais arrêter là ma contribution.

    Non sans inviter les internautes de passage, toutefois, à relire avec beaucoup d’attention les posts de Philippe Vassé, qui a absolument tout compris. Il faudra d’ailleurs que nous nous parlions un de ces jours, Philippe, si vous le voulez bien...

    Les posts de Deneb sont également très intéressants et plein de bon sens, ainsi que ceux de Geko et Maxim.

    Je laisserai le mot - remarquable - de la fin à Deneb : "Le pouvoir corrompt et nul n’est assez fort pour resister completement à cette ivresse." Tout est dit...

    E.R.


  • Eric Raynaud 12 janvier 2008 18:56

    Bonsoir à tous,

    Je constate avec un plaisir non dissimulé - mais honnêtement sans surprise - que Pierre Bérégovoy, l’homme, et son assassinat, puisque c’est bien de cela qu’il s’agit, suscitent toujours autant d’intérêt près de quinze ans après.

    Je suis Eric Raynaud, l’auteur du livre en question. Je suis aussi un fidèle visiteur d’Agoravox, et depuis longtemps... J’ai été très pris ces derniers jours, et je ne constate qu’aujourd’hui qu’un débat très fourni et très intéressant s’est installé sur le papier d’Henry Moreigne. Je compte bien y apporter ma contribution, et également un certain nombre de réponses à des questions qui sont posées ici.

    Je le ferai dès demain a priori, lundi au plus tard. En espérant apporter mon éco - et pas mon ego... - au débat. Il n’y a guère plus que sur des sites comme Agoravox que cela est devenu possible...

    A très bientôt donc,

    Eric Raynaud.







Palmarès



Agoravox.tv