• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Ernesto Gall

Cet auteur n'a pas encore renseigné sa description

Tableau de bord

Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 0 2 0
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Derniers commentaires



  • Ernesto Gall 16 janvier 2009 14:10

    Nous sommes maintenu par notre ignorance, à un état d’exploitation. C’est une vérité à travers le monde qui nous empeche de voir la réalité. 40 % des especes sont en voit d’extinction, cette extinction de masse est la plus rapide que nous avons pu constater sur les 6 recensées. L’Homme n’est pas encore touché grace à sa connaissance, mais tous le royaume animal attend notre extinction pour que la vie reprenne son court. Tu me penses parano, je nous crois assassin. Si nous ne sommes pas capable de nous organiser et de respecter la nature alors je t’assure que nous ne mourrons pas de veillesse mais d’une épidémie, ou par la guerre. Et c’est tous que l’on mérite. L’homme n’est pas une espece intellegente.



  • Ernesto Gall 10 janvier 2008 10:12

    Propagande de paix et d’amour,

    Ou « j’accuse d’Ernesto Gall »

    Cher peuple de chaque pays, cher citoyen faisant ces peuples.

     Nous sommes depuis fort longtemps enfermés chacun dans nos pays, devant défendre les intérêts de celui-ci. Nos mères patries on besoin de nous, nous sommes la société, nous sommes sa base et son fondement. Nous sommes les créateurs de ces richesses, les garants de ces valeurs.

     Mr Zola, lança le 6 juillet 1889 une accusation à Félix Faure, Président de la République. Afin de s’élever contre une justice arbitraire. Aujourd’hui, nous sommes devant un tout autre problème dont nous n’arrivons pas à en prendre ca globalité et à en comprendre l’intégralité. Nous sommes désinformé, manipulé tous autant qu’on est. S’intéresser et y remédier est l’œuvre de plusieurs vies, et c’est s’élever contre les pouvoirs en place. S’élever contre les rois de ce monde, ce qui ce prennent pour dieux et qui décident de ce que l’on doit penser ou pas. Alors aujourd’hui c’est à vous et non à l’état que je m’adresse, c’est à tous les peuples du monde et non à ces élites.

     Que désirons-nous ? Que voulons-nous pour demain ? Manger des viandes clonées ? Envahir la terre de colza mutant ? Continuer de voir des peuples s’entre tuer, s’affamer et détruire leur civilisation et leur culture ? Continuer de voir l’état de la terre ce dégrader ? Continuer cette course à l’économie et à la croissance qui nous font prendre les armes pour un peu de pétrole ? Pour notre mère patrie, on en aura fait des crimes, on en aura détruit des âmes, embrigadé dans des guerres qui les dépassent.

     Je dis ma mère patrie car j’en suis fier, c’est elle qui permet mes valeurs et ma libre pensée. Comme une ethnie donne une identité, comme une religion, répond aux questions.

     Même des vêtements, un style régit les personnes et les sociétés comme les langues une coupe de cheveux une couleur de peau.

     A savoir les gouts et les couleurs de chacun.

     On ce reconnait selon ces signes qui évite de rencontrer des gens que l’on ne comprend pas.

    On a peur des différences, de ce que peut avoir dans la tête une personne qui ne nous ressemble pas, on a peur qu’elle remette en question notre faible équilibre nos réalités. A petite comme à grande échelle.

    Personne n’est réellement différent, personne n’est réellement identique. Très peu s’aime et ce comprenne. Et jamais à grande échelle. C’est le défi de ce siècle.

     Je suis citoyen du monde, européen, français ; un français du sud, je suis Aixois, je joue du jumbé, j’aime le cinéma, la poésie, l’amour et le sexe ; j’aime les gens qui ne me ressemble pas, pour les différences qu’il m’apporte, pour la différence de leurs expériences et de leurs pensées.

     Je crois en l’évolution dans le respect de chaque croyance. L’existence du créateur, d’une force spirituel bien au delà de l’homme est mon athéisme. Le mystère de la vie reste entier. Ma non croyance est une parallèle aux religions. Je ne suis pas hérétique, sans fois ni loi. Je vois Dieu, ou Allah à chaque instant, il est mon souffle de vie, mon essence. Il me fait comprendre mes qualités, mes défauts. Il me fait prendre conscience de ce que je suis de ce que je fais.

     Ce texte est une auto critique et non une leçon de moral, je pense être de ceux qui ont le plus de défaut et je ne juge personne, je veux faire un constat. L’Homme est imparfait, il ce cherche. J’ai peur, ce sont de triste jour vers lesquels nous nous dirigeons. Nous le savons tous par les nouveaux moyens de communication, et nous n’avons pas de solution à cette réaction en chaine de haine qui sévie sur la terre.

     J’ai conscience, à quel point l’argent et le pouvoir peut changer un homme. Je ne souhaite ni être riche, ni puissant. Je perdrais alors beaucoup de valeurs qui me sont cher et font mon identité, qui sont celle de la France, je perdrais ma liberté, l’égalité avec laquelle je considère chaque Homme ainsi que la fraternité que j’ai pour les peuples du monde. Car ces valeurs sont celle du peuple et non des élites. Etre reconnu libre penseur est ma seul prétention et me rend heureux.

     Quand le monde prendra des décisions justes, je poserai ma plume et retournerai à mon travail et ma famille, si on m’en laisse cette chance. Cette lettre est une bouteille à la mer.

     Alors j’accuse, oui j’accuse et pourtant je ne suis rien, rien de plus qu’un autre, rien de moins non plus. Mais j’accuse car je suis libre, car j’ai conscience des dérives du libre arbitre, de mes propres dérives. Mon accusation est un cri de l’âme, il est passionnel et raisonné car j’ai fais de la raison ma passion. Je ne jette la pierre à personne et désire qu’ensemble, Nous prenions ces problèmes à bras le corps.

     

    *J’accuse l’humanité, d’hérésie envers le royaume animal. Mise à part quelques peuples qui voient leurs droits bafoués et leur mode de vie saccagée. Je pense au indien d’Amérique, au inuit, aux aborigènes et quelques autres que je me dois d’innocenter.

     

    *J’accuse la mondialisation de crime contre l’humanité.

    -Par le réchauffement climatique dut à l’industrialisation, et l’absence totale de volonté d’arrêter cette réaction en chaine d’auto destruction de la race humaine.

    -Par l’hyper consommation et le marketing qui nous fait accumuler plus de déchet que de raison.

     

    *J’accuse l’occident d’être en train d’orchestrer le plus gros génocide jamais imaginé, sous les yeux de tous avec le consentement des populations. En enfermant par des politiques draconiennes d’immigration des peuples sur des terres plus vivable pour l’homme. Sans nourriture, sans eau, dévasté par les guerres.

     

    *J’accuse l’occident d’armé l’Afrique afin qu’elle orchestre des guerres fratricides dans un espoir d’utopie démocratique que personne ne souhaite. Sans éducation, un homme illettré est des plus manipulables. Les vendeurs d’armes et les dictats ce jouent de leur ignorance, comme on ce joue ici de la notre.

     

    *J’accuse les pouvoirs publics, les réseaux élitistes, les multinationales, via un lobbying écrasant :

    -De constamment désinformer les populations, les faisant vivre en dehors du monde, chacun dans sa bulle. Empêchant toute bonne réflexion, toute cohésion, empêchant une vraie démocratie.

    -Je les accuse d’être des prestidigitateurs, faisant disparaitre une partie de nos richesses à leurs profits personnels. Connus de toute la haute classe, via des grands groupes, les financiers internationaux dissimulent les traces de leurs nombreuses transactions illégales.

     

    *J’accuse les politiques :

    -d’avoir les mains liées par leurs réseaux,

    -d’être liés a la mafia,

    -d’abuser de leur droit,

    - de mépriser les peuples en trouvant des solutions superficielles à des problèmes profonds de société.

     

    *J’accuse la justice :

    -De s’acharner dans un pays de droit au lieu de réfléchir et débattre de ce qui est juste laissant des assassins libre pour des vices de forme et d’autre absurdité.

    -D’être à deux vitesses et de protéger des escrocs connu de tous, au nom encore des réseaux, et du principe du je plonge tu plonges.

    -De S’acharner sur des petits délits, comme la multiplication des arrestations des consommateurs d’herbe. L’emprisonnement de défenseurs des droits de l’homme empêchant des expulsions injustes, ou l’emprisonnement de faucheurs d’OGM dont le peuple ne veut ni sur ces terres ni dans son assiette.

     

    *J’accuse le Vatican :

    -De mettre à la rue les locataires de leurs biens immobiliers.

    -De participer aux ventent d’armes.

    -d’empêcher les prêtres de ce marier, empêchant un bon équilibre mental, et contradictoirement d’avoir un réseau de prostitué de luxe pour la haute classe de la chrétienneté.

    -De mentir depuis 2000 ans à tous les peuples de la terre, cachant des vérités telles que la personnalité du christ, et une partie de son œuvre. Egarant les hommes du droit chemin en créant volontairement des peuples de mouton. Je leur rappellerais, qu’ils sont les garants de valeur, qu’ils ne sont pas là pour leur profit.

    *J’accuse des dictateurs africains d’investir l’argent des peuples qu’ils affament, dans l’immobilier occidentale, dilapident les quelques richesses à leur profit personnel. J’accuse l’état de fermer les yeux et de sympathiser avec ces potentats dénué de valeur.

     

    *J’accuse les peuples de fermer les yeux :

    -Au nom de leur petit confort, de leurs petites nécessités.

    -Au nom de la peur qu’ils laissent les envahir.

    -Au nom de l’individualisme.

    -Au nom de l’argent, du pouvoir qu’il lui est conféré, de l’espoir qu’un jour, toi aussi tu seras au dessus des autres. 

    *J’accuse les peuples :

    -De n’avoir rien retenu de l’histoire et de s’entêter à croire que tous simplement, l’homme est mauvais et qu’on peut rien n’y changer, l’histoire démontre le contraire.

    -D’avoir oublié les enfants qu’ils étaient, leurs rêves et leurs espoirs. D’avoir perdu le gout de la vie simple et de partager des bons moments simplement.

     *J’accuse de nouveau les politiques, sous couvert du secret d’état de nous cacher toutes ces réalités.

     *J’accuse les médias de participer volontairement, consciemment, à la désinformation, au nom du profit.

    *Je m’accuse, d’abuser de la société, touchant un chômage illégitime. De fumer, boire et faire la fête malgré ce constat accablant. Je m’accuse d’avoir un fort penchant pour la destruction. Je m’accuse d’avoir plus de vice et de passion, que de qualité et de raison. Je m’accuse d’avoir une instabilité sentimentale et des valeurs, me complaisant à rejeter constamment la faute sur les autres.

     "Il n’y a pas de pays – si capable, riche ou technologiquement avancé qu’il soit – qui puisse à lui seul prévenir, détecter et combattre la totalité des menaces qui pèsent sur la santé publique", écrit l’OMS, pour qui "l’amélioration de la sécurité sanitaire" exige donc "une solidarité mondiale".

     Seul cette solidarité arrêtera les guerres, diminuera la pollution évitera des épidémies et des famines créant ces pandémies. Laissant entrevoir un avenir radieux, à tous les enfants de la terre.

     Seul cette œuvre mondiale peut être plus grande que les haines qui nous rongent.

     Seul une alliance des peuples, dans une volonté de paix mondiale et de compréhension de nos dérives, dans le plus grand respect et la plus grande tolérance, dans l’amour de l’autre et la fraternité ; pourra peut être enrayer, l’odeur nauséabonde qui ce répand sur cette planète pourrissante tout doucement comme une vielle orange ou ce développe la moisissure, contaminant, à chaque instant, un peu plus de sa surface. 

     J’attends avec impatience la balle qui traversera ma tête démontrant la justesse et la pertinence de mes propos. Je suis le fils de dieu, comme chacun de vous mes frères, ouvrez vos yeux. Libérez-vous, libérons-nous.

     Nous attendons le jour ou chaque homme sera heureux de qui il est, et n’enviera personne. En ce jour, la planète entière rira aux éclats, le bien être de la terre ce ressentira jusqu’au fin fond de l’univers. Nous serons à ce moment humain…

    Ernesto Gall, simple citoyen.







Palmarès