• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Espérance

Journaliste, certainement très idéaliste (mais que serait le monde sans idéaux ?), je m’interroge beaucoup sur la nature humaine et l’état du monde actuel. 

Tableau de bord

Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 0 4 0
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Derniers commentaires



  • Espérance 12 février 2008 22:51

    Nous avons tous à chercher et à découvrir la vie qui est en nous et à trouver nos moyens personnels de la mettre en pratique.Ce que m’inspirent les experts, c’est qu’ils nous disent comment et ce que nous devons penser, alors qu’ils ne savent pas ce qui vit en chacun de nous. Donc, l’expert commet un viol... de notre pensée.



  • Espérance 26 janvier 2008 16:29

    J’avais bien compris que Malraux est un pseudo et je vous apprendrai que je connais l’écrivain engagé dont j’ai même quelques ouvrages chez moi. Je suis journaliste, voyez-vous. Ceci dit, Malraux est encore assez bien connu du grand public de nos jours. J’ai pris la liberté de vous appeler "Docteur Malraux", cela vous va si bien...

    Respectueusement



  • Espérance 25 janvier 2008 20:44

    Docteur Malraux,

    Je suis sidérée et vraiment inquiète après avoir lu votre article. Comment pouvez-vous réduire le traitement de la dépression à des catégories, des marques d’antidépresseurs dont l’efficacité serait ou ne serait pas prouvée scientifiquement ? Vous qui êtes psychiatre, vous devez savoir que ceux et celles qui prennent des antidépresseurs ne deviennent plus que l’ombre d’eux-mêmes, alors que leur souffrance tient justement au fait qu’ils sont en difficulté à devenir ce qu’ils sont appelés à être. 

    Quand j’avais 20 ans (j’en ai 40), j’ai fait une dépression canon : j’ai été hospitalisée à l’étage psychiatrique d’un important hôpital universitaire. Là, je croyais que j’allais enfin sortir du trou ; au contraire, « on » a failli m’achever à coups d’antidépresseurs.  A cet étage, j’ai vu des êtres humains devenus zombies sous l’effet de la camisole chimique et qui erraient dans le couloir et la salle commune en titubant et en traînant les pieds. J’ai vu des patients égarés et les cheveux dressés sur la tête après avoir subi des électrochocs parce que les antidépresseurs ne « pouvaient rien » pour eux. Quand on m’a lâchée un mois plus tard dans la nature, bardée de plaquettes d’antidépresseurs et d’anxiolytiques,  j’étais bien plus mal que lors de mon arrivée, j’étais même au plus mal.

    Heureusement, j’ai eu la chance, apparemment rare, de rencontrer un psychiatre qui m’a dit être contre les traitements médicamenteux. Il m’a aidée, pas à pas, à affronter mes peurs, mes angoisses, à traverser les épreuves de la vie auxquelles personne n’échappe, à faire face à ma violence et à apprendre à la canaliser… et tout cela en VIVANT, en faisant des études, puis en me mariant, en ayant des enfants, en travaillant… 

    Il est évidemment bien plus facile, pour un psy, de prescrire des antidépresseurs et de se donner bonne conscience en se reposant sur la science qui - arrivée à ce stade - sait pratiquement tout, nous fait-on croire alors qu’en réalité, elle en sait moins que jamais car elle a oublié de tenir compte d’une chose fondamentale : la nature de l’être humain.

    Si cet article m’inquiète, je remercie par contre Aspiral et son commentaire très rassurant et HUMAIN.

    Merci aussi à L’ignorant, vraiment pas ignorant !

     



  • Espérance 29 janvier 2007 16:53

    Lorsque j’ai lu, ce week-end, dans La Libre Belgique que des élèves fumeurs étaient obligés de porter ce fameux badge, j’ai également pensé à la fameuse étoile jaune. Je me suis demandée si les ghettos n’allaient pas suivre... Et bien, on y est ! Il suffit de regarder les fumeurs fumant, souvent honteusement, devant la société qui les emploie (triste spectacle !), les fumeurs interdits dans les restaurants, les articles de presse saluant l’exclusion des fumeurs, les autres articles de presse condamnant les fumeurs... Bientôt la déportation ? Au temps du nazisme, on n’y croyait pas non plus, au sort réservé aux juifs, ou on préférait ne pas savoir ! Non ? Espérance







Palmarès