• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

EtHop

Cet auteur n'a pas encore renseigné sa description

Tableau de bord

Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 0 8 0
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Derniers commentaires



  • EtHop 16 août 2008 08:17

    Bonjour,

    vous dites :"Au niveau national, en France (valable aussi au niveau européen), il suffit d’estimer le nombre moyen d’heures annuel de travail nécessaire pour produire les biens et les services (transports, denrées alimentaires, produits...) nécessaires à la société.
    Puis il faut déterminer le nombre de citoyens aptes à travailler (inclure les rentiers, les chômeurs, les salariés, les héritiers...)"..

    Une remarque : c’est quoi un héritier, vu que nous sommes en grande majorité héritiers de quelqu’un..

    Ce type de démarche est typiquement celui de M.Aubry, des technocrates et des pays communistes qui considèrent que tout humain est remplaçable par un autre, bref comme une machine, un boulon.. On a pu apprécier le résultat en URSS et en Chine de ce genre de dogme très malsain..

    En France, cela a un peu marché (les 35h) dans les grandes entreprises PARCEQUE le nombre d’emplois peu qualifiés est important.. Dans une pme (plus de 2/3 des emplois en France), c’est la compétence individuelle qui prime : comment voulez vous partager le temps de travail d’une styliste, d’un directeur commercial, d’un ingénieur ??????

    La solution n’est pas du tout de légiférer sur le temps de travail mais de mieux répartir les richesses. Voici 2 cas de figures :

    — -Pour les grandes entreprises : il y a beaucoup de distribution de dividendes, un grosse partie du fruit du travail des salariés part dans la poche des actionnaires.. Donc, il faut imposer l’équité, à savoir qu’en cas de distribution de dividendes, la même somme doit être attribuée à l’intéressement (1 million € pour les actionnaires impose 1 million € pour les salariés).


    — -Pour les pme : beaucoup de ces entreprises manquent de personnel, ce qui nuit à la qualité du travail et à la compétitivité.. Le salaire net perçu par le salarié coûte presque le double à l’entreprise, d’où la difficulté à embaucher.. En effet, quand la conjoncture est défavorable (c’est le cas en ce moment), une pme n’ayant pas la surface financière d’une grosse boite, est en danger immédiat, ce qui se traduit par un dépôt de bilan et tout le monde au chômage. Donc la solution consiste à proposer un contrat aux pme : baisse de 30% des charges sociales avec, en contre partie, 1/3 affecté à l’embauche, 1/3 à l’augmentation des salaires et 1/3 à la trésorerie (investissement, recherche, etc..). Tout le monde est gagnant : le salarié, l’entreprise, l’état.

    Très cordialement à tous..



  • EtHop 29 juillet 2008 09:34

    Oui Foufouille, le vent fait tourner les pales.... Mais qu’advient il après ???

    Vous conviendrez que ce vent ne peut être le même avant et après avoir fait tourner les pales. Donc il y  a forcément un impact "caché"... Une énorme masse d’éoliennes, comme ce genre de projets dont parle l’article qui nous fait réagir, a certainement une influence sur la flore et le climat, si ce n’est à court terme, au moins dès le moyen terme.. Et là, tout le monde s’en fout, sous des prétextes illusoires de petit gain à court terme..

    Le tout petit gain de co2 en implantant ce champ d’éoliennes peut être décuplé en économisant l’énergie, tout de suite, sans détruire de paysages et sans risque sur l’environnement : il n’y a que du bonus.. Je ne comprends pas que vous ne militiez pas là dessus !!

    Quant à la fusion, elle est théorique, c’est vrai.. Mais, pour l’instant !!
    Comme l’ont été l’informatique, les cd (qui font appel à de la physique quantique), les voyages dans l’espace, etc...



  • EtHop 28 juillet 2008 19:15

    Certes, le nucleaire date.... Mais de combien date l’éolien ??

    Je sais qu’il y a du béton et de l’acier (zntre autre) dans les centrales nucléaires, je disais simplement qu’une éolienne n’est pas l’objet aussi écologique qu’on le dit.. !!

    Quant aux déchêts des centrales nucléaires, la quatrième génération en retraitera une partie et/ou n’en fabriquera que beaucoup moins.. Et ainsi de suite..

    Par contre implanter des eoliennes dans l’état actuel de cette technologie, c’est s’imposer de tout refaire dans quelques décennies car le rendement actuel, à moins de couvrir le pays de ces appareils, n’apporte qu’un gain ridicule quant au CO2 dégagé, et encore sans compter le co2 dégagé lors de la fabrication de ces choses..

    Et, je le répète, prendre l’énergie du vent n’est pas gratuit, cela a forcément un impact sur la faune, la flore et le climat, peut-être pas spectaculairement mais sûrement insidieusement comme les OGM...

    Donc, dans l’état actuel des choses, je redis que le meilleur moyen de baisser les emissions de co2 est de réduire notre consommation, c’est le plus efficace et on n’a pas le droit de ne pas le faire.

    Merci de cliquer sur les liens que j’ai mis dans ce thread..

    Cordialement.



  • EtHop 28 juillet 2008 16:00

    C’est vrai, il n’y a pas de solutions miracle....

    Mais quand on met une solution en avant, il faut bien voir l’impact global !!

    Une éolienne, c’est aussi de l’acier (dégagement de CO2), du plastique (dégagement de CO2+utilisation de pétrole) entre autres....
    Plus des impacts sur la climatologie que tout le monde veut bien ignorer de nos jours..

    Il faut penser vite et bien : une solution à court terme peut s’avérer désastreuse 50 ou 100 ans plus tard..
    Pour l’instant, la solution la plus prometteuse est l’énergie nucléaire, même si elle peut être dangereuse.. Mais elle est dangereuse en cas d’accident, pas en tant qu’énergie.. Les progrés techno vont faire que les déchêts actuels serviront de source d’énergie plus tard.

    Alors qu’on ne sait pas l’impact en utilisation des énergies soit disant renouvelables.. Je dis "soit disant" parce qu’en prenant l’énergie du vent, il est quand même logique d’affirmer que ce même vent a moins d’énergie, donc ce manque peut avoir des influences sur tout ce qui dépend du vent (évaporation, stagnation des masses d’air, pollinisation, etc..)

    Pour l’heure, la première chose à faire est d’économiser l’énergie et c’est la seule chose insensible à la subjectivité, donc applicable par le commun des mortels (nous) sans avoir à rendre compte à qui que ce soit.



  • EtHop 28 juillet 2008 09:49

    Puisque vous aimez les références, en voici :


    - Impact de l’éolien :
    http://www.observatoire-environnement.org/OBSERVATOIRE/IMG/pdf/eolien_pages8-9b.pdf
    www.lpo.fr/etudes/eolien/index.shtml
    www.bretagne-environnement.org/article/l-eolien-les-impacts


    - Impact spécifique aux sites marins :
    www.ifremer.fr/dtmsi/colloques/seatech04/mp/article/7.eolien_offshore_ impacts/7.1.IFREMER.pdf


    - Rendement, etc :
    www.manicore.com/documentation/eolien.html

    J’ai sauté des articles où, pour convaincre les gens, on fait miroiter des ressources fiscales mais dont il ne faut pas oublier la source : NOUS !!!

    Globalement, je suis d’accord que très ponctuellement, on puisse utiliser l’éolien : sur des habitations pour alimenter les chauffe-eau électriques, par exemple..
    Mais les grands parcs d’éoliennes me semblent tenir du délire, actuellement car, autant que pour le nucléaire, la recherche fait progresser la technologie.

    Il est par contre urgent de faire des économies d’énergie, c’est actuellement la méthode la plus efficace pour faire durer la planète.







Palmarès