• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Europeus

Europeus

Chroniques d’une Europe entre Mars et Vénus. Journalistes, politiques, chercheurs, écrivains, consultants ouvrent le débat sur l’Europe

Tableau de bord

  • Premier article le 30/03/2005
  • Modérateur depuis le 04/05/2005
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 57 4 554
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0
Modération Depuis Articles modérés Positivement Négativement
L'inscription 0 0 0
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : ordre chronologique













Derniers commentaires


  • Europeus Europeus 19 avril 2009 21:59

    @Bois-Guisbert

    "C’est loin d’être le cas de tout le monde, puisque ce matin même j’ai entendu, sur la RAI, parler d’un sondage révélant que 62 % des personnes interrogées pensent que leur vote ne changerea rien à rien..."

    Les médias n’aident pas non plus. A quand un traitement sérieux des questions européennes par Tf1, France2, la PQR & cie. La situation actuele est juste ahurissante : ce sont les mêmes médias qui refusent de parler d’Europe qui nous expliquent que l’Europe n’intéresse pas les gens ou que ceux-ci n’y comprennent rien faute... d’information.

    Reste Internet : enlevez les Euros du village, Taurillon, eurojunkie, Euractiv, Agoravox, touteleurope, EuObserver, Europeus, & cie et voyez ce qui reste de l’info européenne. Après il ne faut pas s’étonner non plus... Et pourtant, ce ne sont pas les journalistes intéressés par l’Europe qui manquent : bien plus les rédac chefs encore en place...

    Ce qu’il serait parfois bon d’entendre est que cette élection est véritablement importante : d’elle dépend la constitution d’une majorité au Parlement, de cette majorité la nomination du président de la Commission européenne, de celle-ci une grande part de notre avenir : l’Union, pèse tout de même pour 70% de notre législation interne...

    J’avoue être assez interloqué quand je vois que l’UMP et le PPE sont donnés gagnants alors que ceux-ci sont largement décriés et que ce sont les composantes politiques traditionnelles qui nous envoient dans le mur depuis trente ans déjà. Un vote peut changer beaucoup de choses, qui plus est à l’échelle européenne. S’abstenir, n’est ni plus ni moins qu’une voix de plus en faveur de ceux qui font qu’on en est arrivé à la situation que nous vivons aujourd’hui.

    Changer est possible, cela passe par les urnes. La question après est : voulons nous que les choses changent ou préférons-nous nous résigner. Sur ce point j’avoue assez apprécier le discours volontaire de la tête de liste région Est d’Europe Ecologie ; une Sandrine Bélier, qui, en outre, propose des solutions de sortie de crise concrètes - une autre rareté en période électorale.


  • Europeus Europeus 19 avril 2009 01:29

    @ l’auteur : Enfin quelqu’un qui semble prendre au sérieux cette élection en cherchant à comprendre ce que les têtes de listes aux européennes ont à proposer. Sur le "j’ai pu au cours de cette interview noter que, contrairement aux politiques que j’ai déjà interviewés pour Slovar les Nouvelles, elle en avait, des choses à dire ...", oui, c’est exacte, rare et précieux et nous change des discours habituels creux.
    @ Bois-Guibert et Internaute : en fait, non, rien... vous avez l’air suffisamment bien entre vous...
    @ Sandrine Bélier : merci d’avoir pris le temps de répondre à Slovar et donc à ses lecteurs que nous sommes. Dommage que les autres politiques contactés n’aient pas eu le même sens du respect des électeurs.


  • Europeus Europeus 6 novembre 2007 18:31

    @ AB

    Tout simplement merci, même si j’aurais aimé faire un constat un plus plus joyeux smiley

    @ Karibou

    « verrouillé », pas sûr. Mais sciemment ignoré, oui, malheureusement. Là encore, on en revient à une auto-censure ambiante des journalistes, qui a commencé avant Sarkozy. La raison n’est d’ailleurs à mon sens pas que politique, loin de là. Chose encourageante, une partie de la profession (étrangement pour la plupart aussi des journalistes/blogueurs) commence à mettre le sujet sur la place publique. Le côté rassurant à tout cela, l’émergence de nouveaux médias un peu moins décérébrés que la moyenne : Rue89, Agoravox, etc.. Reste à trouver le modèle économique pour consolider le tout.

    Autre chose qu’il importera de faire : re-séparer rédactions et départements marketing et commercial. Les deux doivent réussir à travailler ensemble. Par contre que les commerciaux se mettent une bonne fois dans le crâne que si un journal attire des annonceurs c’est peut-être aussi parce qu’il est lu, et que passer son temps à taper l’incruste dans la ligne éditorial d’un journal (papier ou en ligne) revient à terme à détruire l’ensemble de l’édifice (service commercial compris...).

    @ Anny Paule

    Je ne suis pas convaincu que bannir télé, radio & cie soit forcément un bien. Apprendre à les décrypter me paraît plus intéressant. Qui plus est, tout n’est pas mauvais dans la télévision smiley Petite parenthèse à ce propos et vrai coup de coeur pour Arte +7 : innovant, intelligent, pratique (au moins pour ceux qui comme moi n’avaient pas forcément le réflexe Arte en rentrant le soir).

    Quant à la résistance, la chose n’est pas gagnée, loin de là, d’autant plus qu’il s’agirait en ce cas de se bagarrer contre quelque chose d’immatériel, contre un constant nivellement par le bas, accentué d’année en année. On a commencé avec Tf1 qui nous expliquait que, de retour du boulot, les gens étaient trop épuisés pour regarder autre chose que des jeux télévisés plus idiots les uns que les autres / ensuite est venu le temps du plus toujours court en presse papier au point de ne plus rien expliquer / celui du refus de traiter certains thèmes comme l’Europe au motif que la chose était trop compliquée pour les pauvres âmes que nous sommes / celui de la politique slogan (2007 aura été un grand cru en la matière, entre « bravitude » et « travailler plus pour gagner plus » - Chirac et Mitterrand devaient d’ailleurs ne vraiment rien faire de leurs journées pour ne mériter qu’un salaire de 140% à celui de Nicolas Sarkozy...) / etc, etc..

    Autre parenthèse, mais incroyablement explicite quant au fonctionnement de notre société : on nous parle à longueur de journée de développement durable, d’écologie, de hausse du prix de l’énergie, de notre désespérante dépendance à celle-ci : soit, très bien : mais combien savent qu’il est par exemple impossible d’équiper le toit d’un immeuble de panneaux solaires dans une ville comme Strasbourg (au moins en son centre), les Bâtiments de France l’interdisant au motif que cela dénaturerait le patrimoine architectural et historique de la ville (que l’immeuble soit neuf ou ancien...). Le décalage entre le discours et les actes en devient parfois grotesque... Mais bon, comme dit, grosse fatigue (a priori... durable) smiley

    Christophe


  • Europeus Europeus 19 juin 2007 22:49

    Utilisateur de Facebook depuis peu, j’avoue être assez bluffé par les applications/facilités réseau qu’elle intègre (réseau social, tv, jukebox, blog, communautés, utilitaires en tout genre et autres widgets, etc..). Seule petite inquiétude, Facebook risquant - sauf erreur de ma part - de devenir le premier social network à atteindre le milliard d’inscrits, quid de son « potentiel mouchard » ? Disons plus simplement que l’on imagine mal quelque agence gouvernementale ne pas s’intéresser au potentiel de la chose...

    Christophe







Palmarès