• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Evelyne75

Cet auteur n'a pas encore renseigné sa description

Tableau de bord

Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 0 1 0
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Derniers commentaires



  • Evelyne75 30 août 2009 08:05

    6.60 euros voilà ma contribution à ce film le droit d’entrée au ciné ce samedi

    Mon choix ne fut pas le bon, l’ennui m’a envahi. C’est long et téléphoné

    Ce film n’est pas un chef d’œuvre arrêtez ce battage publicitaire outrancier

    Le scénario ne tient pas la route, encore moins debout

    La prison :

    D’un côté des Arabes, des musulmans : Ils n’y a que ça dans nos prisons françaises dans ce film selon Audiard

    De l’autre des Corses, insulaires français, qui tiennent leur rôle de parrain respect  traditions, grotesque caricature

    Entre cette population, des matons Français seuls représentants de la société démocratique Française ils contrôlent, exclusivement, les sous bras, les gorges et les trous du cul selon Audiard

    Les prisons sont délabrées, insalubres, de cette situation l’état, c’est-à-dire nous, est déjà informé ; Audiard démontre dans ce film qu’il n’est nullement nécessaire de poursuive d’investir nos impôts dans la construction de prisons puisque ces bâtisses ne sont exclusivement réservées qu’aux Arabes et musulmans

     

    Audiard donne raison dans son comte pour délinquants primaires de banlieue, que tout est possible en prison comme à l’extérieur même en liberté préventive la vie est la même

    Le détenu fait ce qu’il veut. Pas de contrôle auprès de son employeur ni de son tuteur. Audiard prend vraiment ce milieu et les gens qui y travaillent pour des cons

     

    Audiard n’a pas consulté les officiers de la sécurité du territoire et je pense qu’il ignore absolument tout du peuple Corse et de leurs codes. Par contre Audiard est bien renseigné sur le caractère culturel des Arabes

     

    Comment un Corse pourvu de tels pouvoirs ne peut-il pas se « débarrassé » de ce petit « héros » arabe selon le scénario élaboré par Audiard dans ce film 

     

    Il n’y a rien dans ce film qui puisse retenir une émotion, une morale une vie. Que Madame Fadela Amara se rassure ce film est très loin de la réalité actuelle de la société française qui vit avec ce spectre empirique néfaste que représente les arabes et musulmans sur notre territoire

    Un souhait si M. Audiard veut continuer l’exploitation de film sur le même thème qu’il rencontre un prophète qui lui prodiguera une sérieuse documentation sur ce sujet pour lequel il est passé tout à fait à côté







Palmarès