• vendredi 18 avril 2014
  • Agoravox France Agoravox Italia Agoravox TV Naturavox
  • Agoravox en page d'accueil
  • Newsletter
  • Contact
AgoraVox le média citoyen
 

F-H-R

Humaniste avant tout, je n’adhère à aucun parti politique ni à aucune religion. L’égoïsme, la vanité et l’injustice gangrènent les systèmes politiques, économiques et sociaux. Je me joins à ceux qui les dénoncent.
 

Tableau de bord

Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 2 157 74
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Articles de cet auteur

Classer les articles par : Chronologie Les plus lus Les plus commentés

Derniers commentaires

  • Par F-H-R (---.---.132.25) 22 octobre 2012 12:56
    F-H-R

    Le pouvoir d’achat des Français n’est pas particulièrement élevé par rapport aux autre pays d’Europe. Autrement dit, le salaire NET des travailleurs ne leur permet pas des dépenses extravagantes ni même de répondre suffisamment à l’offre de biens de consommation courante sur le marché.
    En revanche, le coût du travail est élevé à cause des ponctions de l’état (charges salariales et patronales) appliquées au salaire BRUT, lesquelles représentent de l’ordre de 80% du salaire net. De ce point de vue, la France fait partie des pays où le coût du travail est particulièrement élevé. A cela s’ajoute les taxes et impôts sur les revenus des particuliers et des entreprises, qui sont également très élevés par rapport à la moyenne Européenne ; Ce qui grève encore le budget des ménages et les investissements éventuelles des entreprises.
    Cela explique en grande partie, d’une part le faible pouvoir d’achat, d’autre part le coût de fabrication élevé des produits.
    La recherche, par les entreprises, du profit maximum, est un autre paramètre du niveau de salaire. Cependant, nous ne sommes plus au 19éme siècle où Marx avait encore raison de dire que les patrons ne rémunéraient les ouvriers qu’à hauteur de leurs besoins pour survivre.

    Le vrai problème est le coût exorbitant de l’état. C’est bien l’Etat, son culte de la fonction publique (près d’un actif sur quatre en France contre 17,5% pour la moyenne Européenne – Plus de la moitié du budget de l’Etat) et sa gabegie qui plombe l’économie. Beaucoup oublient que ce sont les entreprises qui nourrissent la France et non l’Etat.
    L’Etat devrait favoriser la création de richesse, la fluidité du circuit économique et s’occuper de l’éducation, de la santé, de la sécurité, du sociale. Au lieu de cela, le secteur privé est au service de l’Etat, le budget est gaspillé, l’éducation et donc l’avenir de nos enfants est en ruine, l’énergie dont les plus pauvres devraient bénéficier à moindre coût est privatisée, les hôpitaux sont devenues des administrations plus que des centres de santé publique, la justice est hasardeuse, etc.
    Avec une bande d’énarques au pouvoir, dont le président, cela n’est pas près de changer, bien au contraire.

  • Par F-H-R (---.---.132.25) 11 octobre 2012 22:08
    F-H-R

    J’avais déjà lu cette histoire et je pense par ailleurs que Valérie Trierweiler a suffisamment de caractère pour dominer François Hollande alias « flamby ». Or, ceux qui ont voté pour François Hollande n’ont pas forcément envie que la politique soit menée par sa compagne.
    En ce sens, il est intéressant d’avoir de l’information qui puisse donner un aperçu du caractère de ceux qui côtoient ou ont le pouvoir.
    Il semble que Mme Trierweiler aime les hommes de pouvoir ou politiquement ambitieux. Elle est journaliste donc potentiellement manipulatrice. Elle a ses idées politiques et la façon de les mettre en œuvre.
    Partant de tous ces constats, il serait illusoire de croire que Valérie Trierweiler est neutre dans les décisions que prend François Hollande et ce, en dépit du cercle rapproché des amis socialistes de ce dernier.

    Ce genre d’information n’a rien à voir avec le cas Strauss Khan.

  • Par F-H-R (---.---.132.25) 11 octobre 2012 17:39
    F-H-R

    La politique économique actuelle est résolument tournée vers l’accroissement du chômage et l’augmentation des taxes et impôts.
    Par exemple, en révisant certaines « niches fiscales » comme le crédit d’impôt pour l’emploi de salariés à domicile, le gouvernement va générer la fermeture de petites entreprises et mettre au chômage des milliers d’individus. Au lieu de laisser vivre des gens qui ne demandent rien à personne et qui s’en sortent par leurs propres moyens, l’Etat préfère écouter les directives européennes et saccager l’emploi en s’imaginant faire des économies. En revanche, toujours dans cette logique socialiste française, l’Etat va embaucher des fonctionnaires pour s’occuper des chômeurs (2000 postes). Il va ainsi accroitre sa charge, qui devra être payée par le secteur privé.
    Ce ne sont que deux exemples et je comprends parfaitement les citoyens qui souhaitent quitter cette France aux mains politiciens aussi dangereux qu’incompétents.
    Bien évidemment, ceux qui s’en vont sont ceux, pour la plus part, qui ont la capacité de faire prospérer l’économie. Tant mieux pour les pays d’accueil, tant pis pour la France qui refuse définitivement le changement.
    L’histoire se répète : Par le passé, la France avait déjà réussi à se priver de compétences essentielles en faisant partir les protestants. Cette sinistre mesure lui a couté très chère en terme d’avancée technologique.

  • Par F-H-R (---.---.132.25) 10 octobre 2012 18:12
    F-H-R

    @ rosemar

    Petite remarque : Les fonctionnaires payent des impôts sur leur salaire, lequel provient des impôts. C’est le secteur privé qui génère la plus-value financière, laquelle est imposée.
    Autrement dit, l’impôt sur les plus-values générées par le secteur privé, englobe l’impôt reversé par la fonction publique.
    Il n’y a donc aucun intérêt à ce que les fonctionnaires soient imposés puisque l’impôt dont ils s’acquittent n’est qu’une réversion d’une partie de l’impôt qui a servi à les rémunérer.

  • Par F-H-R (---.---.132.25) 10 octobre 2012 16:07
    F-H-R

    Tout à fait d’accord avec Fergus.
    L’antiquité est loin et la culture grecque n’est plus ce qu’elle était, hélas.
    Ce qui a détruit la Grèce et qui nous détruira de la même manière, c’est la corruption, le mensonge et l’avidité de pouvoir et de privilèges.

    Les politiques ont « mandat » de faire prospérer le pays et de protéger les citoyens mais l’incompétence patente de nos gouvernants, leur course vers le pouvoir et la satisfaction des intérêts de leur caste, montrent à quel point notre système d’élection est dévoyé. Ce « mandat » est en réalité usurpé ; tout a été mis en place pour entraver la démocratie, à commencer par l’ENA dont les diplômés incompétents gangrènent les structures dirigeantes de l’administration et du pouvoir, à finir par le système des partis politiques qui privilégie les manipulateurs et les requins en tout genre.
    Combien de personnes, dans la classe politique, ont un vrai métier, ont déjà travaillé, connaissent les contraintes du quotidien, ont une notion du coût de la vie ?
    Combien de parasites usurpateurs du pouvoir ont-ils été jugés suite à leurs forfaitures, en Grèce, comme en France ou ailleurs ?

    Peu importe, ce qui est sûr, c’est qu’en France il y a encore beaucoup trop de naïfs pour que cela change.

LES THEMES DE L'AUTEUR

Economie Economie Fiscalité Europe Europe Crise financière Grèce
Palmarès

Agoravox utilise les technologies du logiciel libre : SPIP, Apache, Debian, PHP, Mysql, FckEditor.


Site hébergé par la Fondation Agoravox

Mentions légales Charte de modération