• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Fabian

Cet auteur n'a pas encore renseigné sa description

Tableau de bord

  • Premier article le 28/05/2007
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 1 4 21
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : ordre chronologique




Derniers commentaires


  • Fabian 3 juillet 2007 10:04

    Merci de l’attention que vous portez à notre lecture. Vous pouvez publier l’article. Veillez toutefois à préciser les références.


  • Fabian 24 juin 2007 22:17

    Comme le souligne François-Henri de Virieu : « Le sport aujourd’hui n’est plus vraiment dans les stades, ni l’argent dans les banques, ni la religion dans les églises. La politique ne se fait plus au Parlement. Et la Justice ne se rend plus dans les prétoires. Tous ces bouleversements ont une origine commune : l’irruption d’une puissance nouvelle qui s’insinue dans tous les rouages de notre vie sociale. Cette puissance nouvelle a un nom : c’est le système médiatique, un ensemble de fils de cuivre, d’ordinateurs, de caméras, de logiciels et de sondages d’opinion à travers lesquels l’information passe et repasse à la vitesse de la lumière. Le monde s’est toujours organisé et réorganisé autour des techniques et des possibilités nouvelles qu’elles ouvraient, mais jamais encore une révolution n’avait eu l’ampleur et l’universalité de celle qui commence à nous toucher. Notre organisation collective, fondée sur la démocratie représentative, a brusquement vieilli, avec son cadre départemental, hérité de l’époque où l’information circulait au pas du cheval et ses codes rédigés au bon vieux temps où le texte était encore roi. Aujourd’hui nous entrons, sans vraiment l’avoir voulu, dans un nouvel âge de la démocratie, à la fois fascinant et inquiétant : la médiacratie. Les pouvoirs ne sont plus là où la loi et les ans les avaient installés. Et voilà que se forge un nouvel art de gouverner, de soigner, de juger, de gérer. D’exister aussi. Dans la médiacratie, le peuple reste souverain mais il ne pèse plus par son vote. Il pèse par son opinion. Et cela change tout. »

    A lire et relire. Très, très belle tribune Madame Delmas.


  • Fabian 1er juin 2007 12:20

    Comme vous le soulignez, en politique comme en histoire, les certitudes et cohérences ne viennent qu’après l’évènement - surtout lorsqu’il s’agit d’un évènement fondateur, telle une révolution. Aujourd’hui, il y a des mots, des symboles, des couleurs, des rêves... Mais plus que le théâtre de l’exceptionnel, qui peut dire que le cycle dans lequel nous sommes engagés trouvera cohérence par lui-même, sans discontinuité ni rupture ? Je suis emprunt, comme vous et Pierre Rosanvallon dans « La République du Centre », d’un septicisme de bon aloi. Même si j’ai parfois envie de rêver. Encore merci pour cette lecture. Fabian GIORDANO


  • Fabian Giordano 28 mai 2007 23:33

    @Tous, Dans des sociétés de plus en plus différenciées et fragmentées, la question de la production du politique se pose de manière nouvelle. A ce titre, dans la lignée des réflexions engagées depuis quelques années autour de la liberté académique, nous avons voulu ouvrir à chacun le débat sur les avancées proposées par le Mouvement Démocrate. Plus qu’un projet de recherche, le renouvellement des institutions démocratiques est un projet normatif qui doit réunir l’université et la société. Notre propos n’était donc pas de jouer aux intellectuels. De notre volonté, il était important de partager, de vous lire. Nous nous excusons d’avoir heurté certaines sensibilités. Cordialement, Fabian GIORDANO et Jérémy DAGNIES







Palmarès