• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Fabounet

Fabounet

Ma naissance en 1957 est passée sous silence, je dérangeais. Depuis, je suis harcelé, on a même changé le nom de mon pays de naissance, on m’a contraint à abandonner les math modernes que je comprenais mieux que mes professeurs, on m’a marié deux fois, je suis en fuite perpétuelle. J’ai passé mon Bac à 24 ans, une licence en droit, un concours d’attaché territorial, j’ai été sonorisateur, chômeur, moniteur de plongée, photographe, responsable de magasin, des affaires économiques, de la culture, de l’état civil. Je me suis reproduis, avec quelques nuances, à quatre reprises.
J’ai conservé de ces fugues un goût prononcé pour le voyage, la découverte, la discursivité, les mélanges.
Aujourd’hui je suis syndicaliste : j’ai décidé de me défendre contre ceux qui veulent que je travaille toujours plus en échange de toujours moins.
En faisant partager mes observations j’ouvre une porte sur un nouveau voyage que je ne voudrais pas accomplir seul.

Tableau de bord

Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 0 6 0
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Derniers commentaires



  • Fabounet Fabounet 12 janvier 2008 19:50

    Excellent, j’approuve !



  • Fabounet Fabounet 12 janvier 2008 11:55

    "Je suis fondateur de la jeune Centrale Panafricaine de Recherches Scientifiques et Culturelles (C.P.R.S.),"

    Je conseille vivement la visite de votre site Internet ( http://centralepanafri.onlc.fr/ ) pour se faire une idée de votre compétence.

    Je vous salue en passant, cher collègue, j’ai moi-même été au Lycée Joss il y a 40 ans et je conserve du Cameroun une image mythique, trés éloignée de ce qu’il est devenu, c’est à dire un pays extrêmement corrompu, riche mais dans lequel les autorités ne font pas les travaux d’infrastructure nécessaires pour relancer l’économie, assurer une vie quotidienne digne de ce nom à ses habitants. Atiser le sentiment anti-français pour se dédouaner de sa responsabilité est la stratégie employée par les dictateurs locaux. On voit ce que cela donne au Tchad.

    Alors lorsque vous écrivez "Ce sens de la responsabilité manifeste de la part de la justice tchadienne, honore le continent tout entier, car elle traduit la capacité désormais de l’Afrique à juger l’Occident en cas de nécessité. C’est un flambeau que le Tchad a objectivement allumé et qui consacre le progrès d’un cran de la justice africaine." , vous devriez considérer avec un peu plus de retenue vos adjectifs.

    Cette parodie de justice donne une image de l’Afrique dérisoire et révoltante. j’espérais que les africains ayant eu la chance d’avoir une éducation (notamment au très bon lycée Joss) aient ce discernement. C’est sur eux que l’Afrique doit compter pour se relever, et non sur les pouvoirs fantoches soutenus par des occidentaux appliquant sans vergogne les lois du libéralisme économique.

    Merci pour la censure de mon précédent commentaire, elle m’honore.



  • Fabounet Fabounet 7 janvier 2008 11:55

    Encore un article qui condamne un petit lampiste et qui soutient indirectement le régime tchadien et sa justice expéditive pilotée par la France de manière honteuse.

    Le lynchage médiatique est une oeuvre facile. Amalgames, absence de faits avérés, méconnaissance du contexte, bons sentiments apparents, tous les procédés de la réthorique populiste sont ici employés.



  • Fabounet Fabounet 29 janvier 2007 23:38

    Je m’adressais à vous ? Vous êtes bien péremptoire. Je vous reconnais le droit d’être ce que vous voudrez et je ne vous accuse de rien, moi, cher passant anonyme. smiley



  • Fabounet Fabounet 28 janvier 2007 12:53

    La « net-campagne » est tout à fait l’inverse d’une expression de la démocratie. Les débats sont saturés de messages militants. Agoravox devient un microcosme où le débat n’est pas citoyen, c’est à dire que ce n’est pas un débat ou chaque partie se respecte et où triomphe la raison, la confrontation des convictions, des arguments.

    Les candidats soutenus par les médias affirment d’ailleurs vouloir cela. Point de caniveau, point d’attaques personnelles, point de coups bas, c’est le discours politique, c’est le mensonge habituel. Il va falloir faire son marché sur un étalage peu reluisant. Il faut être pour le moins perspicace pour trouver de l’information au milieu de la désinformation.

    C’est ici que l’on voit les limites du « media citoyen ». l’expression libre et sans limites s’apparente à un mur ou les individus n’ont pas leur place puisque les grandes organisations se chargent d’envahir l’espace. le pire c’est que cela se fait sous couvert d’individualités donnant l’illusion d’un pouvoir populaire. Finalement le citoyen est une poussière insignifiante. Voter devient un acte de pure foi.

    Comme en religion je crois encore à la démocratie. Je m’illusionne encore. C’est pour cela que j’ai encore envie de voter pour madame Royal, parce que je crois encore que sa démarche, ses convictions, ses équipes sont plus proche de la République de mes rêves que celle de monsieur Sarkozy.

    Mon commentaire est-il constructif ? Les juges me condamneront peut-être, mais je sais que dieu m’approuve (non, non, ce n’est pas Mitterrand).







Palmarès