• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Fanny

Ingénieur retraité

Tableau de bord

  • Premier article le 14/04/2015
  • Modérateur depuis le 28/04/2017
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 5 353 269
1 mois 0 2 0
5 jours 0 1 0
Modération Depuis Articles modérés Positivement Négativement
L'inscription 50 39 11
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : ordre chronologique








Derniers commentaires



  • Fanny 16 août 00:40
    Les 10 principes sont en fait appliqués par le mainstream non seulement en période de guerre ou de pré-guerre, mais vis à vis de toute entité qui s’écarte des règles implicites de l’idéologie de la globalisation. Ce qui rend cette presse difficilement lisible sur nombre de sujets, à moins de filtrer et corriger en permanence ce qui est écrit sous la baguette propagandiste de l’AFP.
    Un exemple récent : le dirigeant nord-coréen menace de lancer 4 missiles à quelques dizaines de km de l’île de Guam, en guise d’avertissement démontrant ainsi sa capacité à frapper l’île si la situation dégénérait. Dans le mainstream, cela donne : le dirigeant nord coréen menace de frapper l’île de Guam en guise d’avertissement. Désinformation obtenue en modifiant légèrement les propos. 
    Autre exemple récent : des néo-nazis manifestent aux USA et doivent affronter une contre manifestation d’antiracistes. Le choc est violent, ça cogne dur des deux côtés. La police, curieusement, n’intervient pas ou peu. Un type d’extrême droite fonce sur les antiracistes et tue une manifestante. Cela donne dans le mainstream : un manifestant d’extrême droite fonce en voiture sur des manifestants pacifiques et tue une manifestante. Désinformation : les antiracistes sont venus pour en découdre avec les racistes, rien de pacifique dans tout ça, même si la violence la plus extrême fut celle d’un raciste utilisant sa voiture comme arme.
    Il serait intéressant d’analyser la presse d’il y a 30 ans pour voir si ces procédés de désinformation avaient cours à l’époque à un niveau comparable, ou bien s’il s’agit d’une dérive récente. 


  • Fanny 14 août 00:59

    Tout ce que dit l’article est très juste. Le gendarme du monde est à chier.

    Mais voilà, on a vécu en France métropolitaine 70 ans de paix. Le gendarme du monde n‘en serait-il pas pour quelque chose ? Le seul fait qu’il existe et fiche la trouille à tout le monde avec son budget des armées gigantesque n’est-il pas un élément stabilisateur ? Intuitivement, je pense que oui.

    Je sais, le Vietnam et ses 3 millions de victimes (j’étais étudiant à l’époque et militais contre cette guerre) et toutes les guerres américaines à la suite. C’est pas rien. Mais je m’intéresse d’abord à moi-même, à ma famille, à mon pays avant d’envisager le reste du monde. Pardon pour ce lepénisme, mais la paix en France est ma priorité, et je crois que je ne suis pas le seul Français dans ce cas.

    Ceci pour le passé. Pour l’avenir, le challenger chinois pointe le nez, au moins en extrême orient. La crise coréenne de ces jours est d’abord une péripétie de la confrontation USA-Chine. Compte tenu de la puissance de ces deux géants, le reste du monde est forcément concerné. Nous sommes dans le camp US, c’est évident et on n’y peut rien, même si cet embrigadement est désagréable. On n’a pas le choix.

    La guerre, la paix, l’avenir de la planète ne relèvent pas de la morale ou de l’humanisme, mais de réalités sordides faites d’équilibres de la terreur, de survie ou disparitions d’empires, peut-être du mouvement des planètes et leurs effets sur l’humeur de l’humanité. Faut-il souhaiter la disparition de ce gendarme du monde ? Au moins, on peut en débattre. Tout en supportant assez mal cet empire, en souffrant de son emprise sur la culture française (Debray), on peut se dire que sa survie n’est pas forcément la plus mauvaise option pour la paix du monde et la survie de la planète. En effet, cet empire est pragmatique et efficace, on ne peut lui enlever ça : le jour où il sera convaincu que le monde vivant s’éteint sur terre et que la planète part en couille, il est capable d’une réaction très violente, avec des moyens de pression énormes au plan mondial, comme (à une moindre échelle) contre le tabac. Il est capable aussi de balancer des bombes nucléaires. Débat difficile. 



  • Fanny 11 juillet 23:49

    @wesson

    Il m’arrive de partager votre inquiétude, tant la propagande anti-Poutine de nos dix milliardaires et leurs médias (nos médias publics s’alignent sur ces médias privés) est systématique.

    D’un autre côté, les USA ont besoin d’un ennemi dangereux à stigmatiser, entre autres pour justifier un budget militaire visant la domination économique mondiale. L’UE, de création encore plus récente que les USA, a aussi besoin d’un ennemi pour se construire en s’opposant.

    Le choix de la Russie dans ce jeu de rôles se comprend : premier challenger nucléaire pour les USA, pays frontalier de l’UE en expansion (Ukraine) s’opposant à cette expansion.

    En période de stabilité économique relative (aujourd’hui), le risque d’un conflit OTAN-Russie me paraît très faible.

    Mais il y a deux risques objectifs, quasi indépendants de la volonté des grands dirigeants.

    D’une part l’accumulation des systèmes d’armes hybrides (anti-missiles pouvant être transformés en armes nucléaires offensives) aux frontières de la Russie. Les progrès technologiques commandent les hommes. Pour se protéger, j’imagine que la Russie doit se doter de systèmes d’alerte et de déclenchement très sensibles, présentant un risque accru d’accident suite à fausse alerte. Je crois que le danger nucléaire n’a jamais été aussi grand depuis l’affaire de Cuba. Ce risque est censuré dans nos médias (le Japon ne devait pas être victime d’un accident nucléaire, et pourtant ...).

    D’autre part l’éventualité d’une crise économique majeure, bien plus grave que celle de 2008, dont on ne sait pas si elle va survenir et quand, mais dont nombre d’économistes importants évoquent la possibilité de survenue. Une telle crise pourrait se transformer en guerre de grande ampleur, par exemple OTAN-Russie/Chine.



  • Fanny 19 juin 23:12

    Ces hourras de victoire font chaud au cœur. Au moins un qui est heureux du résultat, de conserve avec tout le mainstream.

    En 2005, le système ne s’était pas embarrassé du vote des Français : il s’était assis dessus.

    En 2017, le système est devenu beaucoup plus efficace. Il élimine par tous moyens dont il dispose (argent, médias, état profond, justice …) les candidats dont il ne veut pas. Et ça marche. Le coup d’état « systémique » vient de faire ses preuves : une première.

    Au final, on a un président triomphalement élu par 20 millions d’électeurs sur 47,5 millions d’inscrits, et une chambre dont les députés du président ont recueilli 10 millions de voix, toujours sur 47,5 millions d’inscrits, soit un Français sur 5.

    On attend maintenant que les 4 Français sur 5 qui n’ont pas voté pour les députés en marche disent ce qu’ils en pensent, pas par les subterfuges anti-démocratiques du système (argent, campagnes médiatiques massives, état profond, justice orientée …) mais plus simplement en faisant entendre leurs voix.




  • Fanny 14 juin 03:59

    @Claire29

    Attali m’impressionne, tout comme cette jeune femme blonde à l’intelligence déliée, à l’assurance sans défaut malgré son jeune âge, et à son aspect séduisant. J’ai pensé qu’elle pourrait un jour être notre présidente, contrairement à Attali, qui n’a jamais ambitionné le poste (c’est un brillant second, et un homme de l’Etat profond et des médias, ce qui fait qu’il est intéressant à lire et écouter). Mais sa vision du futur est aussi probable que l’arrivée sur terre des extra-terrestres et leur prise de pouvoir.

Voir tous ses commentaires (20 par page)







Palmarès