Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox Mobile
  • Agoravox TV

Fanny

Ingénieur retraité

Tableau de bord

  • Premier article le 14/04/2015
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 1 190 15
1 mois 0 3 0
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : ordre chronologique




Derniers commentaires

  • Fanny (---.---.---.66) 26 novembre 2015 23:52

    @Jason

    « Ce qui est une absurdité criante, car elle fait de Poutine un homme respectueux des lois et des accords internationaux ! C’est à se tordre de rire, et c’est de l’humour ! j’ai arrêté ma lecture attentive et n’ai fait que parcourir le reste en souriant. »

     

    Nos médias ont collé à Poutine, avec force propagande, une image déplorable de dictateur sans scrupules, hors la loi au plan international. Et l’on reconnaît immédiatement sur les forums ceux qui adhèrent à cette image (pour vous aider - une cause : la propagande ; un effet : la diabolisation), et ceux qui n’y adhèrent pas. Les premiers soutiennent pour la plupart la politique internationale des USA, et inversement pour les seconds. Cela donne des débats ambiance match de foot, sans grand intérêt.

    Avec un peu de recul et en multipliant les sources d’information, on se rend compte que la réalité est grise de tous côtés. Sur le plan intérieur, Poutine a moins de pouvoir constitutionnel dans son pays que Hollande en France. Sa forte personnalité et l’adhésion du peuple à sa personne écrase son entourage, mais Lavrov s’est affirmé. Poutine a été (à peu près) régulièrement élu et jouit d’un fort soutien de ses administrés.

    L’absence d’un parti d’opposition équilibrant le parti Russie Unie résulte de l’histoire du siècle dernier. Cela prendra des décennies pour changer ça. L’Etat de droit russe n’est pas au niveau du nôtre, et là aussi, c’est l’histoire. Les assassinats à caractère politique/économique (Nemtsov, Magnitsky, Politovskaya…) ne révèlent pas, semble-t-il, de responsabilité directe de Poutine (il est vrai qu’il ne dispose pas de drones aussi précis qu’Obama, qui vise à longue distance des personnes – certaines américaines – qui ont mal tourné). Il existe une presse et radio d’opposition en Russie, assez populaire, sans équivalent chez nous par sa radicalité anti-Poutine (Echo de Moscou, pro-occidental).

    Au fond, ce que l’on reproche à Poutine, c’est qu’il gouverne une population qui ne partage pas toutes nos opinions dites modernes, qui nous viennent pour l’essentiel des USA par la voie de l’industrie culturelle, ou directement par la voie politique, avec fortes incitations et pressions (lois sociétales, abandons de souveraineté et de l’indépendance nationale au bénéfice d’une Union …).

    Au plan international, domaine des rapports des forces, les performances de Poutine sont vraiment modestes comparées au bloc USA-OTAN. Le 2 poids 2 mesures serait-il justifié par le poids économique relatif des parties en présence ? Certains pensent que oui, l’ONU (en principe) pense que non.  Son soutien aux rebelles du Donbass est discutable sinon condamnable, mais les actions illégales des Occidentaux avec pour résultats l’éclatement de l’Irak et de la Libye, la guerre en Syrie, l’explosion du terrorisme sont d’une autre ampleur.

    Quant à la Crimée, regagnée par la Russie sans bombardements, au contraire de l’indépendance du Kosovo bombardé hors mandat, la réponse logique eut été d’exiger un référendum organisé par l’ONU (droit des peuples à disposer d’eux-mêmes). Mais les sondages réalisés par les Occidentaux, qui donnaient en gros les mêmes résultats que le référendum de Poutine, ont bloqué toute initiative en ce sens. Au plan juridique, le Memorandum de Budapest, souvent cité pour critiquer Poutine, n’a jamais été ratifié.

    Si vous vous tordez de rire quant au respect des règles internationales par Poutine, vous devriez littéralement éclater s’agissant du bloc USA-OTAN.

    Je ne comprends pas votre remarque sur l’analyse fine des forces internes définissant la politique internationale des Etats-Unis, assimilée au chaos. Au contraire, cette analyse fine est indispensable pour comprendre où va le monde et qui décide de son futur. Des universitaires américains ont établi que des lobbies avaient emporté la décision d’engager la seconde guerre d’Irak (une cause), dont on subit aujourd’hui les conséquences lointaines à Paris (un effet).

    Ma conclusion (en suivant vos recommandations) : un grand journal devrait avoir une rubrique de suivi des grands lobbies américains (et pourquoi pas russes, allemands, chinois), de suivi de leurs poids respectifs. Notre presse est malheureusement incapable de faire un tel suivi. Tant pis, on continuera de trainer sur Internet. 

  • Fanny (---.---.---.66) 26 novembre 2015 14:29

    @Fifi Brind_acier

    Poutine se bat rudement mais sa position reste difficile en Russie (et encore plus difficile à l’extérieur face à l’OTAN). Il a certes le peuple avec lui, mais dans nos oligarchies, ce n’est pas vraiment le peuple qui commande. Dans la haute administration russe et plus encore dans le business, l’opposition à Poutine est forte. Il y a pas mal de clients pour une révolution orange. Des gens qui ont de l’argent à l’Ouest, des propriétés sur la Côte d’Azur, des enfants qui étudient aux Etats-Unis. Le pouvoir d’attraction du monde occidental est toujours très fort dans l’élite russe (qui communiquait en Français deux siècles en arrière). Les grands organisateurs des R.orange comptent sur ces élites pour abattre Poutine. Pas impossible qu’ils réussissent (avec pas mal de remous, que l’on pourrait ressentir jusque chez nous).     

  • Fanny (---.---.---.66) 26 novembre 2015 13:53

    @TicTac

    Et puis il y a l’inverse. Des gens comme moi qui veulent croire à la thèse officielle à propos du 11/09. Ne pas y croire leur serait insupportable. Mais ils sont bien obligés de constater des défauts dans cette thèse officielle. Ces défauts se logent comme des cailloux dans la tête. Désagréable. Je m’en sors personnellement avec une hypothèse complotiste/anti-complotiste : les autorités entretiennent sciemment un mouvement de défiance vis-à-vis de la thèse officielle pour repérer les citoyens américains peu fiables. Ainsi, les autorités ne publieront jamais les vidéos de l’avion du Pentagone, dont ils disposent à coup sûr, afin d’exciter les « mauvais » citoyens, et enrichir ainsi les banques de données de la NSA.   

  • Fanny (---.---.---.66) 26 novembre 2015 12:50

    @Jason
    Arguments ?

    L’AFP et la presse mainstream, sans parler des médias audiovisuels, sont muettes sur l’essentiel. Pour le reste, ces médias tordent la réalité dont ils veulent bien rendre compte, avec salmigondis et macédoine. Sur un sujet aussi vital que la guerre et la paix. Si vous avez une méthode pour s’informer, pour savoir ce qui menace notre sécurité et celle de nos proches, merci de nous la communiquer plutôt que postillonner dans le vide. L’essentiel, c’est par exemple les jeux de pouvoir dans l’administration des USA. Pas un événement qui ne donne lieu à un commentaire ou à une décision de cette administration, soigneusement rapportés par l’AFP. Mais le Président ne décide pas seul. Il y a des luttes d’influence féroces à l’intérieur de cette administration. Le rôle de l’opposition est aussi à considérer. L’influence de l’armée, des banques, de la FED, des multinationales, du pétrole, des services secrets, de la religion … Vu l’importance des USA dans les conflits mondiaux, un vrai journaliste devrait consacrer quantité d’articles à ce sujet central. Or il n’ya rien, ou peu de choses. Là est la faillite de la presse subventionnée. Il faut aller sur Internet pour trouver quelque chose. On y trouve de tout, des débats argumentés, et entre autres des chiens de garde qui tentent de faire revenir le troupeau vers le mainstream, avec souvent des insultes à la clé, sans argumenter ni justifier. Peine perdue, tant que le mainstream sera verrouillé et impotent, et les chiens de garde aussi démunis d’arguments convaincants. 

  • Fanny (---.---.---.66) 26 novembre 2015 06:44

    @amiaplacidus

    Poutine rusé et intelligent ? Il aurait alors anticipé l’agression d’Erdogan, en interdisant à ses avions d’approcher de la frontière à moins de 10 km. Il n’a pas vu venir le coup, alors que le risque était évident. A moins que Poutine ait provoqué l’incident, afin de démontrer le double jeu de la Turquie. Si tel est le cas, c’est moi qui suis largué, faute d’avoir suffisamment de neurones pour saisir la complexité des relations internationales.

LES THEMES DE L'AUTEUR

Politique


365 derniers jours

Articles les plus lus de cet auteur

  1. Thermodynamique à la française




Palmarès



Agoravox.tv