• mercredi 23 avril 2014
  • Agoravox France Agoravox Italia Agoravox TV Naturavox
  • Agoravox en page d'accueil
  • Newsletter
  • Contact
AgoraVox le média citoyen
 

Fanny

Ingénieur retraité
 

Tableau de bord

Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 0 114 0
1 mois 0 5 0
5 jours 0 0 0
Cet auteur n'a pas encore publié d'article

Derniers commentaires

  • Par Fanny (---.---.65.135) 3 mars 22:19

    Non seulement la Russie peut faire la guerre, mais moi-même si l’on m’en donne l’ordre, ayant été formé par l’armée française pour me servir d’armes, et bien entendu la France qui exerce ce droit en Afrique en ce moment même. Malheureusement, la guerre fait des morts et des blessés, des civils plus que des militaires ces derniers temps. C’est pourquoi il faut chercher à l’éviter autant que faire se peut. De quelle planète avez-vous atterri ? Il est évident que les USA ne sont pas seuls à tuer des milliers d’humains dans des guerres, que Guy Mollet, Saddam Hussein, Assad, Poutine, etc. ont eu également recours à ce moyen pour régler des conflits, bien que dans de moindres proportions que l’hyper puissance (3 millions de victimes, rien qu’au Vietnam). Où voulez-vous en venir avec ces lieux communs ?

    Que l’URSS ait fait des millions de victimes, je suis bien au courant. Que dans la période actuelle post URSS le danger vienne toujours de l’Est, c’est une affirmation discutable. D’un sondage fait dans l’UE, il ressortait que les Européens jugeaient que la première source de danger de guerre mondiale est l’Etat d’Israël (et donc les USA). Mais si vous pensez que le parapluie américain vous protège, et que vous lui devez reconnaissance, fidélité et indulgence pour cette protection, eh bien soit. 

  • Par Fanny (---.---.65.135) 3 mars 15:42

    Je vais encore vous faire plaisir : je suis dans l’ensemble assez d’accord avec votre post. Tout se joue en effet dans un rapport instable entre la force et le droit. Tous les Etats fonctionnent en jouant alternativement sur ces deux notions.

    L’ONU est une institution importante. Elle est aussi le lieu d’un rapport de forces. Qui ne voit que les Etats-Unis ont un statut privilégié leur assurant une totale liberté de déclarer des guerres illégales, de faire des centaines de milliers de victimes, sans que l’ONU n’envisage la moindre sanction internationale ? Et que la simple déclaration de la Russie de se donner le droit de protéger par la force les russophones d’Ukraine déclenche une avalanche de menaces de sanctions, d’isolement du pays ? Simple effet d’un rapport de forces militaire et financier. La force écrase ici le droit, c’est évident.

    Tous les Etats ont des intérêts stratégiques, qu’ils défendent indépendamment des grands principes et du droit international. Quand la France bombarde la Libye et élimine son dirigeant, violant un mandat de l’ONU, c’est qu’elle a, ce faisant, des intérêts à défendre. La Russie ne fait pas exception : elle défendra ses intérêts quitte à s’asseoir sur des principes qu’elle met en avant par ailleurs (Syrie, Libye). Dans cette perspective, tous les pays du monde réservent les grands discours sur les « crimes contre l’humanité » à la guerre médiatique, dont vous êtes manifestement un bon spécialiste, manipulant ces notions droitdelhommistes à tort et à travers. Mais dans la réalité de leur action, quand les enjeux géostratégiques sont importants, cela ne compte absolument pas : les intérêts avant tout.

    C’est le grand jeu. Les populations sont bien entendu otages du grand jeu géopolitique. Pourquoi Hiroshima et Nagasaki ? Un avertissement à Staline, sans frais pour lui, mais d’un coût exorbitant pour les Japonais. Rien de nouveau depuis l’Antiquité. 

  • Par Fanny (---.---.65.135) 3 mars 01:07

    Adresse d’un imbécile à un crétin -) Ceci pour vous faire plaisir, tant vous semblez priser le débat entre idiots du village (Abou, Fanny, Pyrrhos).

    Milosevic ? Apprenez à lire. Je notais simplement que cet ennemi de l’OTAN (après avoir été le contraire, je crois, comme Saddam Hussein), était mort dans des conditions suspectes.

    Le droit des peuples à disposer d’eux-mêmes est un principe qui s’applique hors tout contexte de violence. Si la majorité des Corses veut un jour se séparer de la France, séparation il y aura. Le Kosovo est un cas un peu particulier, car les USA ont bombardé Belgrade non pas tant en application de ce principe, mais pour des raisons géostratégiques, pour installer au Kosovo une importante base militaire très bien située (fuck Europe !). J’aurais dû choisir un autre exemple. Mais je constate que la propagande de l’époque (cf. Régis Debray) s’est enkystée dans votre esprit : bravo à nos médias.

    J’ignore comment Poutine gèrera la suite de son intervention en Crimée, mais s’il parvient à organiser une consultation (sous contrôle) donnant aux habitants de la Crimée une majorité pour l’autonomie ou l’indépendance, je pense que les membres de l’OTAN ne pourront que remiser leurs rodomontades.

    L’impérialisme ? Vous faites bien d’en parler. Nous y sommes, en France, plus que jamais attachés, vivant sous le parapluie nucléaire d’une grande puissance impériale prétendant régenter le monde via ses centaines de bases militaires, via la terreur infligée aux peuples par ses guerres sans fin. On se demande encore par quel miracle Chirac s’est refusé à aller massacrer des centaines de milliers d’Irakiens sans aucun mandat international (et sans aucune raison), sachant que nous sommes désormais rentrés dans le rang.

    J’hésiterais à demander à un prof.de maths (Abou) si l’équation de « Pyrrhos » : nazis = Islamistes = Poutine est vérifiée. Je risquerais un zéro pointé. Bien entendu, tous les opposants au Kremlin ne sont pas des nazislamistes, ce qui ne soulage en rien l’inquiétude des populations russophones d’Ukraine face au premier ministre de leur gouvernement fantoche qui fut un adepte du salut nazi (ça n’est pas un point Godwin, c’est tout simplement l’actualité). 

  • Par Fanny (---.---.65.135) 2 mars 19:05

    Pour les bagnoles, je n’ai aucun doute : 40 ans de métier. Pour le reste ...


    Un souvenir : en 68, élève ingénieur, j’étais sur les barricades à gueuler des slogans. Arrêté par la police, j’ai été fiché (je crois que je le suis toujours), ce qui m’a valu un service militaire un peu pénible. J’avais des amis Tchèques de Prague venus se réfugier en France. L’un deux m’a dit : pour nous, Pompidou, c’est le rêve absolu. Cette réflexion m’est restée gravée dans le crâne. Qui a raison ? 
  • Par Fanny (---.---.65.135) 2 mars 16:14

    Bien sûr, et très explicitement, que néo-nazisme (plusieurs ministres du gouvernement fantoche d’Ukraine appartiennent à des partis néo-nazis) et Islamisme ont des points communs. Le premier est d’avoir à leur programme l’élimination de populations entières : les Russes et les Juifs pour les premiers, les non-croyants et les Chiites pour les seconds. Du point de vue « stigmatisation », on ne fait pas mieux. Ils ont encore en commun d’être régulièrement manipulés par les USA (Ukraine, Afghanistan, Bosnie, Syrie). Encore que concernant les Islamistes, Obama commence à se poser des questions sur les dangers d’une telle politique au MO.

    Concernant le droit des peuples à disposer d’eux-mêmes, les Syriens sont en majorité en soutien à Assad. Si les habitants de Crimée souhaitent se séparer de Kiev, c’est tout à fait leur droit (jurisprudence Kosovo).

    Ianoukovitch n’est pas plus pro-Russe (Poutine le méprise) que pro-UE. Il menait une politique d’équilibre entre Ouest et Est plus ou moins pilotée par les oligarques ukrainiens, en veillant à s’enrichir personnellement ainsi que sa famille. Il n’a pu signer d’accord avec l’UE, qu’il a pourtant longuement négocié, car la facture était tout simplement impossible à assumer par l’Ukraine (mise aux normes européennes, processus au coût exorbitant, durant lequel les marchandises de l’UE rentraient en Ukraine, mais pas la réciproque). Il manquait quelques dizaines de milliards d’euros que l’UE n’était pas disposée à payer.

    Les USA et la Pologne ont préparé un plan pour contrer ce refus de signer de Ianoukovitch, plus généralement pour intervenir à la faveur de manifestations à Kiev (manifestations compréhensibles pour des gens à 300€/mois face à des politiques tous plus ou moins corrompus, qu’ils soient pro-Ouest ou pro-Est). Ils ont organisé l’entrainement de milices issues des partis néo-nazis ukrainiens en Pologne pour investir Kiev en cas de besoin. C’est ce qui s’est passé : ces milices venues de l’Ouest à Kiev ont ouvert le feu sur la police ukrainienne à la faveur de manifestations, police qui a évidemment riposté. (dans le même esprit, les USA entrainent des Islamistes en Jordanie pour intervenir en Syrie)

    Des oligarques ont fait leurs comptes, ont jugé qu’il était risqué de soutenir un pouvoir discrédité après la mort de nombreux manifestants et ont retourné leur veste entraînant des députés ukrainiens qui sont leurs clients (les députés ukrainiens sont payés par des oligarques pour se faire élire, ces oligarques sont les vrais patrons du pays). Ces députés ont voté la destitution de Ianoukovitch et une modification de la Constitution (illégal). Menacé de mort, les milices néo-nazies s’étant emparées du centre de Kiev, Ianoukovitch s’est réfugié en Russie (à l’Ouest, il aurait possiblement été assassiné, comme Milosevic ?).

    En résumé, nous ne portons pas les mêmes lunettes. Vous portez des lunettes siglées OTAN, les miennes sont siglées « non alignés ». Quant à Poutine, sur qui vous faites une fixation, je m’en moque : c’est l’affaire des Russes, pas la mienne.

Palmarès

Agoravox utilise les technologies du logiciel libre : SPIP, Apache, Debian, PHP, Mysql, FckEditor.


Site hébergé par la Fondation Agoravox

Mentions légales Charte de modération