Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Fanny

Ingénieur retraité

Tableau de bord

  • Premier article le 14/04/2015
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 1 252 14
1 mois 0 7 0
5 jours 0 3 0

Ses articles classés par : ordre chronologique




Derniers commentaires


  • Fanny 15 décembre 2016 02:49

    @Etbendidon

    Je suis surpris par votre constat.
    J’ai passé un bac Math Elem il y a qqes décennies, et j’ai voulu récemment faire un pb. de bac S en maths. Mon niveau en maths reste acceptable/terminale car j’avais poursuivi mes études à l’époque.

    Ma conclusion : le niveau de difficulté n’a pas baissé. Le programme s’est enrichi (statistiques), reprenant qqes notions de Math Sup de mon époque.


  • Fanny 10 décembre 2016 00:04

    @V_Parlier

    Oui, et tout est un peu plus violent en Russie. La haine du « beauf » russe de la part des bobos russes atteint des sommets inconnus de par chez nous. Ce sont des « sous-animaux » disent-ils. Cette haine du peuple par une certaine élite occidentalisée est inouïe (faut dire qu’un beauf alcoolisé, c’est pas la fête pour Madame, d’où le nombre de Madame s’offrant en mariage sur le net). Ces bobos se nomment eux-mêmes les « créatifs » et se prennent vraiment pour une super élite. Insupportables de suffisance et de mépris. 


  • Fanny 9 décembre 2016 20:28

    @Layly Victor

    Face à un pouvoir autoritaire bien qu’élu, le monde universitaire s’est toujours situé dans une opposition radicale, dans quelque pays que ce soit. La Russie montre ainsi qu’elle est un pays normal, comme les autres.

    Les intellectuels, souvent des fonctionnaires au statut relativement protégé à la recherche d’un public pour leurs bouquins doivent taper sur le pouvoir s’ils veulent vendre. Quand ils ne peuvent faire autrement qu’aller à la soupe, ils ne vendent rien en dépit de la pub massive (BHL). Mais il y a des contre exemples (J.Attali, auteur prolifique à succès - mérité à mon avis).

    Kasparov, j’ai eu la chance de le rencontrer (pas aux échecs, tout de même, j’ai pas le niveau). Joueur d’échecs génial, personnalité très séduisante, il délire quand il s’agit de l’histoire russe des siècles passés qu’il tente de réviser dans les grandes largeurs, en décalant les siècles (recentisme). Les historiens de métier le mettent dans la case psy (sans demander pour autant son internement -). De toute façon, Garrik vit en Amérique). Génial d’un côté, délirant de l’autre, Kasparov n’est pas un cas unique parmi les Grand-Maîtres (Morphy …).


  • Fanny 6 décembre 2016 20:40

    @Nicole Cheverney

    J’aime bien votre réponse, qui commence par se plaindre d’un insulteur pour finir par une insulte.

    Non, votre article n’est pas éclairant pour un lecteur lambda. C’est un tract, avec plein de longueurs inutiles où l’on comprend qu’il y a des bons et des méchants. C’est le style journalistique d’aujourd’hui : le tract où l’info, la vraie, est partielle et ne sert qu’à alimenter un procès.

     Sur le fond, je n’ai pas bien tout compris mais c’est pas grave, car je n’y connais pas grand chose.

    Comme j’ai pas bien tout compris, je reste avec l’idée que la somme des remboursements de soins de la Sécu est supérieure à la somme des cotisations (pour les soins) des bénéficiaires (en y incluant le non perçu : fraudes …). Mais en excluant de cette balance tout ce qui n’est pas soins (vieillesse, chômage …).

    Je ne dis pas que c’est mal, ce déficit, c’est juste une question de transferts de budgets publics et de gestion des dettes. Mais ce serait sympa de savoir.

    On va me dire que faire la balance entre remboursements de soins et cotisations pour les soins, c’est pas possible à établir, que c’est trop complexe, qu’on ne saura jamais vraiment, tout comme les effectifs des ministères. Bon, mais alors pas la peine d’écrire ce genre d’article.

    Quant à savoir qui soigne, public ou privé, c’est un autre sujet. Les médecins installés, les médicaments, les appareils d’examen et d’analyses, les labos, les cliniques privées, c’est déjà du privé. Pour une grande part, nous sommes déjà soignés par le privé.

    Autre remarque : les Mutuelles, c’est pas forcément le diable (pas de dividendes …). Les GMF, MACIF …, c’est pas mal du tout.

    NB : vive la Sécu, sincèrement.


  • Fanny 4 décembre 2016 21:30

    @Pomme de Reinette

    Quel bombardement en guise de réponse ! Pomme de Reinette est un peu « speed » dans ses posts, un tempérament de feu, mais je réponds malgré tout à tous ses projectiles, espérant calmer le feu.

    C’est Wikipedia, votre référence absolue, https://fr.wikipedia.org/wiki/Shoah, qui distingue la Russie des autres nationalités soviétiques. Ce lien donne par nationalité soviétique le pourcentage de victimes juives pendant la guerre. Que la Russie ait assez bien protégé sa communauté juive (11% de victimes) s’explique : elle n’a pas cédé devant les nazis et avait de l’espace à l’Est pour son plan d’évacuation. Quant à l’Ukraine et la Biélorussie envahies par les nazis, il n’y avait rien à faire malgré le plan d’évacuation et le bilan fut terrible (60 à 65% de victimes soit la moyenne européenne).

    L’article de Wikipedia sur l’antisémitisme de Staline est confus, totalement à charge bien entendu. Ça part dans tous les sens sous un bombardement de références. Au final, on ne sait trop si Staline était philosémite vu le nombre de collaborateurs juifs qu’il eut (et ses liens familiaux) ou antisémite vu le nombre de Juifs qu’il a assassinés. Sans doute ni l’un ni l’autre, ça ne l’intéressait pas, il se fichait de ces questions ethno-religieuses. La réalité me paraît plus simple. Staline était avant tout un dictateur, comme le fut Castro. Ces deux là avaient une propriété commune : dès qu’ils détectaient la moindre opposition à leur pouvoir absolu, le moindre risque de mise en cause de leur pouvoir, ils les éliminaient sans pitié. Staline a beaucoup plus tué que Castro, évidemment, avec une tendance à la paranoïa en fin de vie, mais le ressort psychologique du dictateur reste le même.

    Le départ des Juifs de Russie est en effet tragique. Mais ce fut leur choix. Il n’y aura plus de Oïstrakh, Gilels, Horowitz, Mandelstam, Pasternak ... en Russie ou Ukraine, et c’est bien triste.

    Quant à votre trotskiste de salon, M.Marie, ses références académiques ne m’impressionnent guère. Les passions politiques écrasent l’intelligence. Le couple Aron-Sartre et ses divergences est célèbre. Le couple de Gaulle-Sartre est emblématique des années 60. L’intelligence du soldat contre l’hyper intelligence académique. L’un, le soldat, s’est révélé être un vrai visionnaire (outre son engagement pendant que Sartre se la coulait douce), l’autre s’est toujours trompé : « tout anticommuniste est un chien ». La Fontaine aurait rédigé une fable : Le Génie et le Crétin (l’un en lion, l’autre en singe). Au crédit de Sartre cependant, il a reconnu s’être trompé (entretiens avec B.Levy) et fut un bon écrivain (Les Mots).

     NB : un des posts m’a fait découvrir J Street, organisation juive de gauche aux USA souvent attaquée comme anti-israélienne et « fondée en partie en réaction à la publication en 2006 de John Mearsheimer et Stephen Walt » (Wikipedia), ouvrage que j’avais cité parmi mes sources. Mais quel est le poids de J Strret face à l’Aipac ?

LES THEMES DE L'AUTEUR

Politique






Palmarès