• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

faridola

Cet auteur n'a pas encore renseigné sa description

Tableau de bord

Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 0 7 0
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Derniers commentaires


  • faridola 28 novembre 2007 15:03

    Les valeurs qui sont nôtres aujourd’hui ont été conquises dans la lutte et il faudra les défendre aussi dans la lutte. S’empêcher d’agir parce que c’est pas « gentil » montre bien la niaiserie hypocrite de l’époque. Si on vous assassine chez vous , vous tentez encore de dialoguer avec vos agresseurs ? IL est trop tard pour intégrer à nos valeurs ces barbares, ils gagnent plus à rester entre criminels et à faire leurs petits trafics qu’à aller travailler comme vous et moi. Réveillez vous et choisissez votre camp s’il faut un jour prendre les armes.


  • faridola 28 novembre 2007 14:51

    Vous avez raison, il y a un tel manque de consensus dans notre société divisée de courants idéologiques forts que l’on n’ose rien faire de peur de déplaire et ... de ne plus être réélu. La moindre parole forte, fait peur, la virilité n’est reconnue qu’aux jeunes de cité, les politiques, les éducateurs se sont retranchés derrière un vocabulaire plein de compréhension pour tous ceux qui disent souffrir et ils sont nombreux ! On est dans un monde qui refuse la sanction, ça fait trop autorité, père sévère, et ça n’est guère dans l’air du temps, qui est le temps des mères, des bonnes mamans qui refusent la correction à leurs sales marmots. Il faut se dép^cher de faire peur aux adolescents violents, c’est une question de survie pour la civilisation. Etre craint est une nécessité pour les forces de l’ordre et pour les pères, s’il y en a encore, c’est une question à poser.


  • faridola 27 novembre 2007 12:48

    C’est une nouvelle démonstration de la force du communautarisme et de l’impunité totale dont bénéficient les criminels qui sévissent en bande organisées dans les banlieues.Dire qu’on entend encore des niais qui les défendent ou leur trouvent des excuses !Je pense que l’état d’urgence devrait être décrété le soir pour tirer à vue sur ce qui bouge.Et faire vite de grosses rafles pour identifier et mettre hors d’état de nuire les personnes armées. On est en guerre avec la barbarie, c’est nous et nos belles valeurs ou eux qui triompheront.


  • faridola 3 novembre 2007 14:03

    D’accord avec cette vision de l’article qui s’inspire en effet du nihilisme ambiant. J’ajoute que c’est aussi très à la mode de polémiquer de façon radicale à propos de tout. Soyons attentifs à ne pas nous laisser entrainer dans la « guéguère » civile permanente, le dénigrement gratuit.


  • faridola 2 novembre 2007 21:19

    Je regrette de ne pas avoir vu cette émission , l’auteur de l’article me parait avoir bien perçu les injonctions paradoxales qui sont adressées à l’Ecole d’aujourd’hui et la totale absence de consensus des adultes vis à vis de l’éducation en général. C’est vrai aussi que les politiques ont pris l’habitude de légiférer en réaction par rapport à quelque chose, plutôt que de gouverner et piloter préventivement. A réagir sans cesse ainsi aux événements, on est appelé à subir les conséquences de ce que l’on a semé auparavant. L’école est un reflet de la société, elle ne peut tout corriger à elle seule sans les appuis traditionnels qui font défaut.







Palmarès