• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

flegmatik

Cet auteur n'a pas encore renseigné sa description

Tableau de bord

Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 0 3 0
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Derniers commentaires



  • flegmatik 4 novembre 2009 22:39

    « Dans mon projet, chaque élève est propriétaire de son ordinateur portable »
    Quel cout pour les familles, même avec des « prix de gros » ! Et puis un pc est à changer tous les 3/4 ans !

    « le collège pourrait servir de période d’apprentissage de la dactylographie »
    Depuis bien plus jeune, les élèves se servent du clavier un peu n’importe comment... le cours de dactylo seraient un vrai bazar ! Ils « sauraient » et n’auraient pas besoin d’écouter !

    "Mais vous seriez confrontés à d’autres problèmes dans une classe traditionnelle, ceux qui écoutent leurs MP3 ou affiliés à ceux qui bavardent ou font circuler magazines de mode...« 
    Mais j’ai aussi la classe en cours traditionnels. C’est plus simple à gérer ! Ils sont tous face au prof et on devine, rien qu’à leur attitude !

     »comment protéger efficacement les données partagées de la copie« 
    Rien n’a été trouvé à ce jour ! Mais par contre, avec l’habitude, on peut reconnaitre les impressions de 2 travaux identiques bien que légèrement modifiés (police de caractère, taille, couleur,...). Mais les tricheurs peuvent quand même »trouver des trucs« ...

     »les élèves de ces égarements.« 
    Et bien il y a »netsupport school« qui bloque les ports usb, le lecteur cd, coupe le son et permet de voir les sites visités, les logiciels utilisés et même surveiller la frappe ! Et permet d’établir des listes de sites ou logiciels interdits. Mais il faut passer son temps à surveiller !
    Et puis les téléphones portables font maintenant lecteur mp3 et radio fm, sont plus petits et donc il faut faire la chasse !

    Cette expérience n’est pas particulière mais commune à bon nombre de lycées technologiques (bacs stg et BTS tertiaires). Le fait de travailler en réseau fait partie du référentiel des diplômes.

    Par contre ce que vous décrivez me fait penser à une offre alternative d’éducation que pourraient mettre en oeuvre des majors du livre ou du divertissement : des cours à domicile (le lycée n’est pas obligatoire, l’instruction si, preuve par les familles qui n’envoient pas les enfants à l’école en les éduquant eux-même) par internet. Exit les établissements scolaires traditionnels et vive l’éducation par des entreprises (et non des écoles) qui sauraient faire du lobbying pour être reconnues. Et pourquoi pas des diplômes »maison" ?



  • flegmatik 4 novembre 2009 22:15

    Désolé de vous contredire une nouvelle fois !!!

    En effet, en juin dernier j’ai un élève qui a passé ses épreuves écrites grace à un ordinateur portable relié en wifi à une imprimante de l’établissement !

    J’explique : c’est un élève qui souffrait d’un problème au poignet (canal carpien) et qui a eu une autorisation médicale (1/3 temps médical pour passer les épreuves). Le portable a été fourni par le lycée (et bien sur vérifié avant pour qu’il ne contienne que les logiciels et pas de données. Quand il a eu fini de composé il a envoyé l’impression et le tour est joué !

    Mais ce ne peut être qu’une exception, le principe est lourd et demande 1/3 de temps de composition en plus (preuve que saisir du texte prend plus de temps que d’écrire).



  • flegmatik 4 novembre 2009 19:16

    Cher lycéen, vous croyez imaginer un monde qui existe déjà, comme vous le pressentez, dans certains établissements tels celui dans lequel j’enseigne.
    Les remarques et/ou objections à votre article que je ferai après sont donc des leçons tirées de l’application (ou presque) de votre théorie...

    Tout d’abord je vous présente l’établissement : un réseau administratif et un réseau pédagogique gérs par un administrateur réseau, 22 salles informatiques dotées chacune de 17 postes, plusieurs « classes mobiles » c’est à dire un meuble à roulettes qui supporte 20 ordinateurs portables, et enfin 4 classes (divisions élèves) dotées d’un ordinateur portable par élèves (étudiant puisque ce sont des classes de BTS). Déjà pas mal coté équipement non ?

    J’ajoute à cela que par le biais du site internet du lycée il y a des échanges d’informations (cahier de texte, les parents peuvent consulter les absences et les notes de leur enfant à distance, il est possible de réserver une salle de cours équipée d’ordinateurs, d’effectuer le suivi des stages des étudiants grâce à un accès profs/étudiant/tuteur ! )

    Et pourtant votre projet est peu réaliste !

    Tout d’abord pour les postes informatiques : vous notez l’inévitable obsolescence des postes, mais pensez y remédier en affirmant qu’un portable qui peut faire TTX, Tableur, BDD et internet suffit. En théorie oui, hélas les nouveaux logiciels sont souvent gourmands en ressources et empêchent la poursuite de leur utilisation.

    Et puis d’un coup vous parlez de e-books largement suffisants pour les cours. C’est vrai également. Mais pour un usage plus ample à la maison (puisque vous évoquez le fait de transférer ce qui a été saisi dessus via une clé usb) il faut un autre ordinateur non ?

    Ensuite, il suffit de saisir les cours directement sur l’e-book pour ne plus gaspiller de papier. Impossible sans connaitre le clavier ? Alors on donne des cours de dactylo en premier ! Comme vous y allez !!! Savez vous combien de temps de formation il faut pour un apprentissage assez élevé de la dactylo ? Et puis s’il était possible de saisir sur clavier à la vitesse de la parole, les méthodes de prise rapide de la parole (sténo en autres), les dictaphones n’existeraient pas pour venir en aide aux secrétaires professionnelles ! Alors des élèves en cours....

    Autre aspect qui pose problème : l’évaluation du travail ! Bien sur qu’il est plus aisé de lire du texte dactylographié que du manuscrit, mais à quel risque ! Envoyer vers l’imprimante les travaux lorsque les élèves souhaitent écrire leur nom à la main sur leur copie (pour gagner de la place pour faire leur travail), faire du copié/collé grace aux clés usb ou cartes sd, tout cela je connais (ils passent même par le réseau pédagogique, mis grace aux clés ils font sauter le barrage que l’administrateur réseau a prévu pour éviter le phénomène.

    Et puis s’ils ont internet, ils écoutent la radio en ligne (grace aux sites internet, oreillette bluetooth sous des cheveux longs, c’est du vécu !)

    Et ls profs ? Ils surveillent, grace à des logiciels tels net support school (très bon) et passent leur temps à cela, à jouer au chat et à la souris avec les élèves en traquant les sites interdits, les moments pendant lesquels ils ne travaillent pas... Très drole et instructif.

    Mais je terminerai par une information : les classes de BTS qui avaient un portable prétté pour un an par l’établissement ne l’ont plus depuis la rentrée : trop de casse, d’utilisation non autorisée (que de téléchargments sur les disques durs quand ils venaient en réparation) et de pertes (ou vols) ! Donc l’opération est fini, tel que pourrait l’etre votre doux rêve !

    Et pourtant nous continuons à nous servir de l’informatique...

    Je suis disponible pour de plus amples précisions si vous le souhaitez







Palmarès