• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Florence Signoret

Florence Signoret

Rédactrice aux mille passions, dont la première est celle d'Apprendre !
De la (géo)politique, aux sujets sanitaires, jusqu' à l'Art, sous toutes ses formes, le besoin de connaître et de comprendre est partout !
Avec un credo : l'humour, qui, plus qu'une politesse du désespoir, se révèle une philosophie de Vie ... Rire pour "mieux" vivre ! Car, comme dirait Woody Allen :"Tant que l'homme sera mortel, il ne sera jamais décontracté".

Tableau de bord

  • Premier article le 27/02/2007
  • Modérateur depuis le 21/02/2008
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 7 43 131
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0
Modération Depuis Articles modérés Positivement Négativement
L'inscription 1 1 0
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : ordre chronologique










Derniers commentaires


  • Florence Signoret Florence Signoret 24 juillet 2012 00:49

    Cher Dominique... quel plaisir de vous retrouver là ! Oui... il est vrai que 5 ans après, ma vision du portable a quelque peu changé... encore que ! De son utilisation, pas vraiment . Mais il va falloir que cet article « renaisse de ses cendres »... et pour vous, je le réactualiserai ...après avoir lu votre livre smiley (et celui de Franz-Olivier Giesbert « Dieu, ma mère, et moi », mes « magots » littéraires, acquis en cette belle « Journée du Livre de Sablet », hier, dimanche 22 juillet 2012 ! 
    Bien à vous, cher « Frère de Mots ».

    Amitiés Dominique,
    Florence 


  • Florence Signoret Florence Signoret 18 octobre 2011 11:04

    @ Alberto,

    Vous dites :"Mais admettez, SVP, que les contrôles sanitaires effectués auprès de la filière Bio sont autrement plus sévères que ceux de la filière agro-industrielle !

    Les éventuels errements de la filière Bio sont annoncés illico à grands renforts d’annonces médiatiques tandis que les poisons de la filière agro-industrielle sont tus et cachés et mettent les années avant d’être reconnus"...

    Oui, je l’admets, Alberto : les contrôles sanitaires auprès de la filière Bio sont plus sévères que ceux de la filière agro-industrielle...

    En amont, pas de quartier pour le Bio !

    Mais en aval, quand la filière agro-industrielle se plante, quel tapage médiatique (à raison !) aussi... Comme je viens de l’écrire à propos des farines animales (à amipb).

    Bien à vous,
    Florence




  • Florence Signoret Florence Signoret 18 octobre 2011 10:42

    @amipb

    Je suis d’accord avec lesTOUS les points que vous soulevez et qui mettent en cause d’ autres graves dérives industrielles, autre que l’hydrogénation, et que l’homme a fromentées dans son cerveau de comptable profiteur par souci, hélas, de rentabilité au détriment de la santé publique, comme le scandale de la farine animale qui, rappelons-le, a donné lieu à l’ Encéphalopathie spongiforme bovine (l’ESB), alertant la communauté scientifique en novembre 1986, lorsqu’une forme de maladie neurologique jusque là inconnue est apparue chez les bovins au Royaume-Uni. 
     Transmissible à l’homme, en mars 1996, on a noté des lors une nouvelle forme de MCJ, variante de la maladie de Creutzfeldt-Jakobd qui, contrairement aux formes classiques, a affecté des patients plus jeunes (âge moyen de 29 ans, contre 65 ans) et qui s’associait en effet fortement à une exposition à l’ESB, par l’alimentation. 

    Oui, oui et encore oui... le scandale est bien présent dans des pratiques illogiques et d’une irresponsabilé totale encore une fois au profit... du profit, de donner à manger à des animaux herbivores... de la viande !!!

    Vrai pour le faux sucre (cancérigène)

    Vrai pour les excés de sel, cause d’hypertension et de sucre rapide, trop rapide ! ( cause d’obésité, etc.)

    Vrai pour tout le reste !

    Mais dans votre dernier commentaire sur les engrais bio qui ne sont quasiment jamais des matières fécales , le site (assez genial en effet et qui mérite d’êter cité, futura-sciences.com ) indique quand-même que « certains engrais bio proviennent de l’utilisation, par certaines industries agroalimentaires, de résidus animaux(...) et qu’ils sont excellents pour fertiliser un jardin ».
     Et le site... cite, en engrais bio le « Guano du Pérou » , ce « fertilisant provient des fientes d’oiseaux peuplant les roseaux d’îles situées en Amérique du Sud. Il est très riche en azote et en potassium. Il est utilisable toute l’année et pourra être apporté en couverture quand vous aurez bêché, avec son enfouissement par ratissage. Dissous dans l’eau, vous pourrez aussi l’employer avec avantage dans la culture des fuchsias, des pensées et de bien d’autres fleurs, à raison de 1 à 4 kg par 100 l d’eau, selon la rusticité de vos végétaux. Profitez autant que possible d’un temps pluvieux qui fera disparaître, dans le cas d’un produit non déshydraté, son odeur au plus vite ».

    Merci pour votre commentaire, en tout cas qui enrichit le débat.
    Bien à vous,

    Florence


  • Florence Signoret Florence Signoret 17 octobre 2011 16:21

    @ Alberto,
    Merci pour votre témoignage, et c’est sûr que l’on ne peut faire porter le chapeau aux bios pour les steaks hachés Lidl !!! smiley Voilà un trait d’humour dans toute cette histoire de sécurité alimentaire et... du match Bio contre Industriels !.

    Cependant, à moi d’ apporter une information à votre information : celle de nouveau, de Jean Daniel Flaysakier, quand je lui ai posé la question suivante :
     « le bio vous semble -t-il à la hauteur des espérances d’une sécurité et d’une hygiène alimentaire, au vu des derniers dangers sanitaires rencontrés, notamment dans les graines germées ? »
    Réponse de J-D Flaysakier :«  On peut se battre contre les engrais chimiques et les pesticides. Mais croire, par exemple, qu’en utilisant des matières fécales pour pallier les engrais nitratés est sans danger, il y là une belle erreur.(...) Le fait que ces germes puissent parfaitement persister sur les graines et profiter d’une culture en milieu chaud et humide pour proliférer n’est pas sans problème.
     Il faut donc bien comprendre que le fait de manger »bio « ne protège pas obligatoirement des intoxications alimentaires possiblement mortelles »...

    En bref, pour moi, vous et Jean Daniel Flaysakier avez raison tous les deux (quelle comparaison !!!) : danger de tout côté !

    Le danger avéré de la filière industrielle est principalement l’hydrogénation (procédé présent dans les viennoiseries, la biscuiterie industrielle) des acides gras essentiels (naturellement insaturés en hydrogène) comme les acides gras polyinsaturés : oméga 6 et 3, bons pour la santé ( les « oméga 6 » contribuent à diminuer le taux de cholestérol et sont présents dans les huile de tournesol, de maïs et de soja) et les oméga 3 (contenus dans les huiles de noix, de colza et de lin, consommées à froid pour garder leur propriété, ou dans les aliments comme la mâche et autres salades, les amandes et les noix... oméga 3 qui sont bénéfiques pour le fonctionnement du système cardio-vasculaire, du cerveau et jouant un rôle protecteur contre les cancers !!!)..

    Cette hydrogénation de l’industrie agro-alimentaire transforme ces trésors d’acides gras essentiels insaturés, en acides gras trans (on les sature en hydrogène !!!) qui se comportent comme des acides gras saturés ( charcuteries, viandes grasses, beurre...) faisant augmenter le taux de cholestérol si on les consomme en grande quantitél !).
    Non à cela !!!
    Mais le bio a ses limites aussi....
    Bien à vous
    Florence.


  • Florence Signoret Florence Signoret 17 octobre 2011 14:50

    A Zadig,

     Quand j’ai commencé, cet été, à faire cette enquête sur les graines germées et la bactérie responsable de ces dégâts (enquête dans le cadre de la sécurité alimentaire), j’ai demandé, son avis à Jean Daniel Flaysakier, médecin et journaliste sur France 2, et je lui ai posé la même question que vous me posez !
    Stupeur... quant à la réponse, au cours de cet été, en juillet :
    « la bactérie en cause, Escherichia coli 0104 : H4 semble être d’origine essentiellement humaine plutôt que bovine.
    Il faudra donc savoir comment elle s’est retrouvée sur les graines »
    Matière fécale humaine sur les graines ?... c’était en juillet.
    L’enquête est longue, comme je l’ai expliqué.. 
    J’ai recapitulé les faits mais ce n’est pas fini. Sachez juste que les autorités égyptiennes, déjà pénalisées par l’interdiction d’exporter leurs graines dans les pays européens jusqu’à fin octobre, se trouvent dans une position délicate pour donner une explication sans compromettre l’ « hygiène » de leur l’agriculture. Comme ce fut le cas des autorités espagnoles... quand on a attaqué ses fermes productrices de concombres, et qui ont demandé, après coup réparation ! 







Palmarès