• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

François Saint-Cast

François Saint-Cast

Docteur en économie Université Paris 12 Val de Marne, fondateur de Diagnostic & Systems, spécialisé en étude d’impacts économiques. Initiateur de Eco Eco Index Project

Tableau de bord

  • Premier article le 20/01/2009
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 2 20 50
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : ordre chronologique





Derniers commentaires


  • François Saint-Cast François Saint-Cast 13 juin 2011 10:51

    Ne vous fâcher pas, je vous ai lu attentivement et je vais tenter d’être plus explicite. Il y a en fait 3 cas de figure (en faisant abstraction des autres paramètres d’implantation industrielle) à une délocalisation fiscale entre un impôt sur le capital et un IS :
    Imaginons un pays A avec un impôt sur les bénéfices et pas d’impôt sur le capital et un pays B avec l’inverse
    1/ La société fait des bénéfices
    Si le taux d’imposition dans le pays A est suffisamment faible pour que la différence avec l’impôt sur le capital dans le pays B permette de financer le transfert de l’activité du pays B au pays A alors oui il peut y avoir délocalisation
    2/ Sinon il n’est pas intéressant de délocaliser
    3/ L’entreprise ne fait pas de bénéfices ou peu
    Il est alors intéressant pour elle de délocaliser. Encore faut-il qu’elle trouve les financements pour le faire.
    Comme vous le voyez il y a un, en dehors des autres contraintes économiques un calcul coût avantage assez complexe. Ce d’autant plus que les bénéfices des sociétés ne sont pas réguliers.
    J’espère avoir été plus explicite


  • François Saint-Cast François Saint-Cast 10 juin 2011 11:13

    Monsieur ,
    je travaille effectivement, mais le soupçon de « valet du grand capital » dont vous m’affublé est caricatural et ne nous avance guère dans une réflexion sur une « éventuelle » réforme de notre fiscalité. En ce qui concerne les finances publiques notre montant de prélèvement est déjà de 42.8% du PIB si on y ajoute le déficit 8%, les ressources des administrations publiques représentent 50.8% du PIB, sur cette somme qui représente 967 milliards euros en 2009, 80% de la population contribue pour 38% de ce montant soit 367 Mds le reste 600 Mds est payé par les 20% restant. Alors il est caricatural encore une fois de dire que si l’Etat s’approche de la faillite c’est parce qu’il manque de recettes et que les riches ne payent pas d’impôts Tout impôt et taxe confondus les 20% des français les plus aisés en finance 62%.


  • François Saint-Cast François Saint-Cast 10 juin 2011 10:39

    http://www.danone.com/fr/groupe/presentation.html
    le chiffres de « DANINE » Europe 56% du chiffre d’affaire, 45.6% des emplois dont France 8.7% soit 8787 salariés. Une implantation industrielle ne se décide pas uniquement en fonction de la fiscalité mais aussi des ressources en matières premières, en main d’oeuvre et sous traitance, en débouchés...


  • François Saint-Cast François Saint-Cast 10 juin 2011 10:31

    La question de la création monétaire est effectivement importante. Pour l’instant, et malgré les « Bâle ». Il y a une perpétuelle création monétaire de la part du système bancaire à partir des dépôts des personnes le ratio de couverture est de 8% « cooke » dans Bâle I et Mc donough dans Bâle II. Cette création parfois non contrôlée prive la collectivité de ressources. Sur le sujet je renvoie une fois de plus à « Impôt sur le capital et réforme monétaire » où il est préconisé une couverture à 100% des crédits et une indexation systématique des taux à l’inflation. La contrepartie des crédits accordés est alors l’épargne des personnes. et la progression est entièrement contrôlée par la banque centrale. Les ressources liées à cette création reviennent au budget des Etats ou de l’Europe


  • François Saint-Cast François Saint-Cast 10 juin 2011 10:07

    Par surplus il faut entendre l’écart entre la valeur subjective qui existe entre le vendeur et l’acheteur. Jusqu’à quel prix je monte pour obtenir le bien, jusqu’à quel prix je descends pour céder le bien.







Palmarès