• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Frantz Denba

Citoyen lambda de la France d’en-bas. Ancien téléconseiller Wanadoo. Exerçant actuellement dans une collectivité territoriale.

Tableau de bord

  • Premier article le 06/10/2009
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 2 10 42
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : ordre chronologique





Derniers commentaires



  • Frantz Denba 27 mai 2012 10:55

    Je crois vu les réactions à cet article qu’il faut tenter d’apporter des explications aux déboires rencontrés par son auteur, plutôt que de le désigner comme seul coupable.
    Mais je ne cesserais de m’étonner de l’attitude d’un nombre croissant de français qui, plutôt que de cibler les grandes entreprises, les multinationales, les patrons voyous, les institutions européennes, les gouvernements, les financiers, bref tous ceux qui ont le pouvoir de modifier notre société, préfèrent accuser certaines catégories de population.
    Et de plus en plus on désigne l’auteur même de la plainte comme coupable comme cette remarque des plus idiotes de Intercepte :
    « Je crois plutôt que vous en demander trop sens en payer le prix.
    Pour éviter tout problème, il faut y mettre le prix et avoir deux téléphones avec deux forfaits différents voir même avoir un téléphone satellite. Là, je vous garantis que ça aurait marché. »

    En fait, comme je l’ai mentionné dans mon article « France Telecom ou le harcèlement généralisé », tous les canaux de communication des entreprises telles que France Telecom, Bouygues ou autre FAI, sont organisés du haut vers le bas.
    En haut, la direction de l’entreprise, en bas, le personnel et les clients.
    Du haut vers le bas : ces entreprises sont structurés pour la vente essentiellement, et donc si vous voulez acheter, vous verrez que tout fonctionne trés bien et vous vous retrouvez avec un forfait mobile ou une box en un rien de temps.
    Du bas vers le haut : une fois la vente enregistrée et votre compte débité, vous aurez toutes les peines du monde à signaler une box qui n’arrive pas ou tel service téléphonique qui ne fonctionne pas.
    Et alors qu’elle vous vante les mérites de tous ces formidables outils de communication, vous vous retrouvez incapable de communiquer avec l’entreprise qui vous les a vendus !
    La direction de l’entreprise en fait ignore tout de vos déboires et ne regarde que les sondages qu’elle a elle-même mis en place.
    Des sondages orientés dans lesquelles vous ne pouvez pas expliquer ce qui vous arrive et qui au final aboutissent tous à des statistiques de satisfaction globalement excellentes.
    Ces sondages seront ensuite balancés dans les médias, surtout ceux qui s’en alimentent tout au long de l’année (Challenge, etc...) afin de promulguer la réussite de tel ou tel patron.

    Les problèmes évoqués par Homme de Boux sont donc bien réels et ne sont pas le fruit du hasard mais d’une volonté des grande entreprises françaises.
    Ne soyons pas dupes !



  • Frantz Denba 22 mai 2012 23:33

    @easy : j’aime bien votre façon de vous exprimer, qui est apaisante, après tout ce débat plus ou moins féroce.
    « en quelques heures un Massaî pouvait maitriser la conduite d’une automobile ou se servir d’un smartphone, d’un jeu vidéo. » : je trouve cette phrase géniale, car elle démonte complètement la notion « d’étranger ». Prenez un massaï, teintez sa peau en blanc, habiller le comme un occidental, apprenez-lui à utiliser un smartphone, et comme par enchantement nos français xénophobes vont le trouver sympathique...

    « Mais la xénophobie fondée sur la considération que des moeurs trop différentes sont incompatibles et déstabilisantes des nôtres, comment l’invalider ? » : en comparant cette difficulté-là (celle de vivre avec des étrangers) avec d’autres comme celles du monde du travail. Et là je crois qu’on atteint depuis les années 90 des summums de pression sur les salariés à tel point qu’ils en viennent à se suicider.
    Voir l’article que j’ai écrit sur les suicides à France Telecom mais qui surviennent aussi chez les paysans et d’autres corps de métier.
    Or à ma connaissance, je n’ai jamais vu quelqu’un se suicider parce qu’il avait des maghrébins comme voisins.
    Donc cette histoire de mélange impossible n’est aprés tout qu’une question de confort... pour les xénophobes.
    Pour les autres (comme moi) même si cela n’est jamais facile d’être confronté à une autre culture, on en sort toujours enrichi.

    Et puis bon on a pas parlé des extremistes : en fait c’est plutôt avec des extremistes qu’il doit être difficile de vivre qu’ils soient islamistes ou fachos. Mais il ne s’agit plus de xénophobie, et on sort du cadre de l’article, car on pourrait encore évoquer les pédophiles, les schizophrènes, les violeurs, les malfrats...



  • Frantz Denba 22 mai 2012 22:33

    @ Olivier Perriet : toujours à côté de la plaque, Olivier. Il faudra un jour que vous écriviez un article sur la xénophobie, vos rapports avec les étrangers et les grands penseurs qui vous inspirent. Ca sera sans doute un morceau de choix sur Agoravox.



  • Frantz Denba 22 mai 2012 22:24

    C’est à moi de vous remercier pour votre message que j’ai lu à plusieurs reprises car il est très émouvant.
    Et aussi très courageux.
    Vous savez j’ai vécu en Haute-Savoie et là-bas les frontaliers, ceux qui travaillent en Suisse sont victimes de xénophobie de la part des suisses : oui les français sont là-bas traités comme des immigrés et on leur crève les pneus ! (ils prennent les emplois des suisses...)
    Alors j’imagine un français participer à un débat sur la xénophobie en Suisse : c’est comme aller au casse-pipe !
    Et je comprends votre désir exprimé par ces termes « on est tous chez nous ».
    Mais comme vous dites, plutôt que cibler ceux qui ont le pouvoir et qui nous ont foutu cette crise sur le dos, une bonne partie des français (comme ceux qui critiquent mon article) ont choisi de s’en prendre aux étrangers, aux fonctionnaires, à ceux qui profitent du système, à ceux qui ne bossent pas.. etc.. Il y a plein de bouc émissaires à trouver, c’est tellement plus facile que de dénoncer des systèmes politico-financiers. Les rouages sont plus complexes mais sans doute hors de leur portée intellectuelle.



  • Frantz Denba 22 mai 2012 21:29

    Excellente remarque Annie. Vous devriez vous aussi apporter votre point de vue sous la forme d’un article.







Palmarès