• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Fred59

Cet auteur n'a pas encore renseigné sa description

Tableau de bord

  • Premier article le 12/05/2012
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 1 133 17
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : ordre chronologique




Derniers commentaires


  • Fred59 7 avril 08:53

    La plupart des reproches formulés ici concernent le partie législative.
    Vous seriez bien mieux avec un Asselineau élu + un front de gauche fort à l’assemblée.

    Par ailleurs, dans un programme axé sur le bon sens qui est celui de l’upr, on trouve des propositions classables à droite et d’autres classables à gauche. Vous picorez les miettes qui servent votre analyse, mais désolé, cela n’a rien d’objectif.

    Le seul reproche véritablement présidentiel que vous lui faites,
    c’est la hausse du budget militaire.
    ous voulez un pays démilitarisé et qui viole ses engagements internationaux unilatéralement...
    C’est peut-être ça votre paradis, mais moi j’appelle ça du suicide collectif.
    Une armée de dissuasion, pur être efficace, doit être dotée de moyens suffisants, quitte à avoir plus de missions humanitaires lors des catastrophes par exemple.

    Au fait, Mélenchon sortirait de l’Otan par quel processus exactement ?


  • Fred59 20 septembre 2014 20:08

    Impressionnant de voir avec quel rapidité ce titre mensonger et grossier a été référencé AVEC photo dans les premiers résultats de Google.

    Mensonger et grossier, car son titre est accusatoire d’une stratégie machivélique de tromperie. Alors qu’en lisant l’article, on découvre que peut-être éventuellement cette fois-ci Asselineau pourrait avoir fait une erreur (et encore ce n’est pas sûr).

    Alors, qui diffame qui dans cette affaire ?


  • Fred59 3 septembre 2014 08:46

    Ma réponse est aussi bien pour Alinéa que pour vous

    La question de l’Euro se pose de toute façon. Nier cela, c’est se soumettre. C’est accepter le destin des pays africains depuis 40 ans. Vous ne semblez pas vous rendre compte du déficit de compétitivité, de désindustrialisation, de vassalisation, la pression permanente que représente une monnaie non souveraine.

    Pour la France, un niveau de compétitivité correct serai à environ 1 à 1.10$ pour 1€. ; il est à 1,35.
    Tout ce que nous importons est artificiellement moins cher de 25% que nos propres produits
    Tout ce que nous exportons est artificiellement plus cher de 25% que nos produits.
    Notre PIB est d’environ 2000 milliards d’€.
    L’écart artificiel est de 500 milliards d’€. 500 000 000 000 chaque année.

    Et ceux qui nient le problème monétaire ne laissent qu’une voie : baisser les salaires, vendre la tour Eiffel et la sécu... dilapider tout, pour un gain dérisoire vite avalé par une nouvelle baisse du dollar, ou des taux d’intérêts.

    Là où vous avez raison, c’est qu’être resté trop longtemps sous ce joug ne nous aidera pas au moment de la libération. Il y aura des séquelles. Ce n’est qu’un premier verrou. L’U.E., Tafta, L’Otan, le FESF, le MES, etc.. en sont d’autres... le système banque/assurance, le système médiatique, lutter contre 60 ans d’intox propagandiste...


  • Fred59 2 septembre 2014 21:33

    Les questions posées par l’auteur sont naturelles et légitimes.

    Imaginons un blessé qui aurait trop longtemps porté un plâtre.
    Le plâtre l’handicapait, limitait ses mouvements. A un moment donné c’était sans doute utile, et puis c’est devenu un fardeau. Il faudra s’en débarasser, mais... c’est le début d’une nouvelle ère, et cela génère des angoisses...

    Sortir de l’UE, est-ce revenir en arrière ?
    Mais cette vision d’Etats-continents monolithiques, luttant entre eux pour le contrôle du monde, n’est ce pas une vision datée, périmée, obsolète ? Cela ne vous rappelle pas l’URSS ? Victor Hugo prônait les Etats-Unis d’Europe, comme outil pour dominer les races inférieures...
    Regardez comment s’en sortent l’Islande, Singapour...ce sont pourtant des confettis sur la carte.

    Regagner la souplesse, accepter la complexité, dialoguer avec le monde plutôt qu’avec ses seuls voisins, sans subir et sans vouloir à tout prix dominer, voilà le sens de la sortie de l’UE.

    Les ressources s’épuisent. Sans aller jusqu’à l’autarcie, on ne peut garder un niveau de vie correct qu’en favorisant les circuits courts, consommer ce qui est produit près de chez soi. Le premier pays à le faire sera celui qui survivra le mieux à la prochaine crise. Cela n’empêche pas d’avoir des rapports commerciaux, diplomatiques, culturels et politiques dans le monde entier.

    Bref, le monde ne s’arrête pas à Bruxelles. Sortir de l’UE, cela n’a rien de magique, c’est juste la première des choses à faire. On casse le plâtre, les chaînes si vous voulez. Après, tout commence. N’appartenir ni aux Brics (notion inventée par Golman Sachs) ni à qui que ce soit. Dialoguer avec tous.

    Et comprendre que les forces politiques et médiatiques ont entretenu des craintes fausses, sciemment, afin de ne pas perdre leur emprise.


  • Fred59 12 juillet 2014 10:51

    Quelques compléments d’infos sur le parcours de M. Pierre Michel, le Mercenaire :

    Il fait partie d’un think tank influent ;
    la Fondation Terra Nova , ce think tank artisan au PS, de l’abandon des classes laborieuses et de son orientation vers les « tribus modernes » dotées de lobbys représentatifs. Pas étonnant qu’il ait poignardé les intermittents en feignant d’être leur ami.

    Ses rapports successifs dans l’intermittence au cours des années 2000 ont été la principale source documentaire pour remodeler l’intermittence et même pour la penser. Elles n’ont résolu aucun problème... Et pour cause !

    Ce faussaire était mandaté dès le départ pour trouver une justification idéologique à des choix déjà faits par le Medef, tout en accordant un contrôle opérationnel aux syndicats de salariés. Il a utilisé des statistiques qui n’avaient aucun sens dans le but de légitimer des politiques de réduction arbitraire de l’activité économique elle-même.

    Son rôle n’a jamais été de préserver l’intermittence, mais d’empêcher son développement naturel. Quitte à broyer la vie de nombreux artistes, techniciens, et employeurs. C’est, au final, un allié objectif de Disney et d’Universal contre la culture française.

    Je propose à ceux qui voudraient vraiment comprendre la sociologie de l’intermittence de s’intéresser plutôt aux travaux de Matthieu Grégoire, qui fait partie du Comité de Suivi , ce comité mis en place depuis novembre 2003 pour étudier les effets des réformes successives de l’intermittence et modéliser des contre-propositions sérieuses.

LES THEMES DE L'AUTEUR

Tribune Libre Europe Grèce Dette






Palmarès