• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Frederic BADINA

Géographe aménageur investi dans le champ citoyen, associatif et politique.
Je pars du principe que pour accompagner le changement, voire insuffler il faut s’investir de l’intérieur dans la Société. Le meilleur moyen d’être citoyen, c’est l’associatif et naturellement le politique.
Je travaille dans le champ de l’aménagement du territoire, de l’urbain, au contact des acteurs institutionnels publics privés, ce qui me permet de traduire dans mon investissement associatif et citoyen mon goût pour l’Intérêt Général et l’évolution de la Société.
Ma modeste contribution : montrer qu’une approche transversale, ouverte et passionnée de la citoyenneté pour mener à toutes les formes d’engagement, y compris être moteur dans la vie professionnelle et personnelle de chacun.
Je suis par ailleurs un engagé en politique depuis 2003, à CAP21, au Mouvement Démocrate et désormais chez Europe Ecologie.


 
 

Tableau de bord

  • Premier article le 13/03/2007
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 2 3 75
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : ordre chronologique





Derniers commentaires



  • Frederic BADINA 24 août 2010 11:22

    Merci pour ce billet, à préciser que ce n’est pas Générations Engagées qui quitte ou rejoins quelle que formation politique que ce soit, mais certains membres dont Virginie, qui en est la présidente, et moi-même, cofondateur.

    GE est une structure qui regroupe des engagés issus du monde associatif, politique et citoyen. Certains sont encartés, au MoDem, EE ou ailleurs, d’autres ne le sont pas du tout et sont des cadres associatifs ou de simples citoyens engagés dans leurs vie quotidienne.

    Nous attachons beaucoup d’importance à ce pluralisme et donc insistons pour préciser encore une fois qu’il s’agit de décisions individuelles, non liées à Générations Engagées, structure non rattachée à un parti politique.

    A très bientot,



  • Frederic BADINA 16 juillet 2007 16:19

    @Alex75 Ne suis-je peu être pas assez clair sur le caractère critique ou non de mon propos. Je vais donc clarifier : la politique de la majorité actuelle va dans le bon sens en matière de transports publics, et a marqué une rupture avec le passé.

    Evidemment que la Ville n’a pas la main sur la RATP, et encore moins sur la PP, réputée pour avoir toujours été proche du pouvoir en place au niveau du Gouvernement, et plutot pro-voiture, c’est un fait. Mais le problème n’est pas d’avoir la main, il relève plutot de la capacité à faire du lobbying auprès des instances concernées pour faire pencher la balançe. Nous sommes dans le bras de fer politique systématique avec la PP, mais aussi avec le Préfet de Région (cf notamment affaire du TGI dans le 13ème). C’est l’avis de l’un contre l’autre. L’un est l’autre étant acteurs de la politique des déplacements, la PP devra s’interroger sur le rôle qu’elle souhaite jouer dedans : celui du blocage, ou de la construction...Encore une affaire de culture. Hélas, il semble ne pas y avoir de solutions évidents pour la PP, a moins d’avoir un Préfet de Police envoyé non plus seulement comme émissaire du Gvt, mais comme véritable acteur dans la construction d’une politique des déplacements équilibrée. En ce qui concerne la RATP, la Ville contribue via le STIF à l’amélioration du réseau de transports en IDF, l’argent reste un moyen de pression. Un énorme boulot d’amélioration de l’existant, avec de l’investissement sur le matériel roulant bus, ainsi que sur les sites propres a été fait. Mais on peut citer par exemple le retard technique pris sur l’amélioration des conditions de circulation sur la ligne 13 qui reste aujourd’hui problématique et qui pose la question de quelle utilisation alternative au métro va t-on pouvoir proposer aux Parisiens ? La réponse se trouve en surface... Le problème n’est pas tant le fait que la RATP ai fait ou non les investissements qui s’imposaient, mais plutot le fait que la Ville a communiqué beaucoup sur le réseau de surface, et peu sur le réseau souterrain, ayant pris le parti de dire que le réseau de bus devaient être un métro de surface (c’est écrit dans les documents qui ont servis de base à l’élaboration du programme Mobilien).

    Je suis donc pour que les efforts soient encouragés, qui serait contre d’ailleurs. Mais en obligeant la Région IDF a rendre conformes les engagements pris dans le PDU régional. Beaucoup de projets de rocades ont pris énormement de retard, une bataille politique est lancée sur la paternité d’un projet de métro en rocade en 1ère en 3ème couronne, une réforme du zonage de la tarification des transports est en reflexion, il est temps d’en sortir les grands axes (tarification en zones concentriques autour de Paris, ou autour de grands pôles économiques avec paiement à la zone traversée ?).

    Delanoé aime à dire qu’il est dans une relation de travail constructive avec JP Huchon, c’est surement vrai, mais la Ville de Paris doit pouvoir aujourd’hui influer sur les priorités régionales en matière de transports publics. Non pas pour ne privilégier que sa propre qualité de vie, mais aussi pour être moteur d’une qualité de vie régionale apaisée et constructive. L’idée du Grand Paris est une piste à explorer impérativement, la réflexion qui en découle est le seul moyen de sortir de la querelle d’opposition entre collectivités en IDF. La conférence métropolitaine est un bon premier outil, il faut aller désormais plus vite. Car la qualité de vie à Paris dépend aussi de la capacité de la Région à mettre en oeuvre un plan pour désengorger la capitale, sans pour autant repousser à l’extérieur les problèmes qu’elle ne peut pas traiter. Le péage urbain serait en ce sens un vrai outil de défiance vis à vis du reste de la Région, purement égoîste et très anti-social, malgré toutes les vertues qu’on peut lui trouver, notamment au regard des modèles Londoniens et Suédois.

    Je suis donc pour poursuivre le plan engagé, avec comme axe prioritaire l’implication dans un réseau de collectivités francilienne pour faire avancer ensemble les objectifs liés aux PDUIF et réduire la pression de l’automobile sur l’ensemble de la Région. Je suis pour qu’à Paris, une lutte drastique soit menée par la Préfecture de Police pour traquer les mauvais usages de la voirie en déplacements : elle vient notamment de lancer une campagne de sensibilisation au respect du code de la route à l’approche d’un carrefour, cause importante des embouteillages à Paris. Je pense qu’il faut désormais partir du principe que la collectivité ne sera pas seule l’actrice de l’amélioration des conditions de circulation, et considère ainsi que le conducteur doit être partie prenante des efforts pour limiter la congestion et fluidifier la circulation à Paris. l’axe n’a jamais ou peu été étudié, il est temps de le faire.



  • Frederic BADINA 16 juillet 2007 15:19

    Le plus drole quand on lance ce type de sujet, c’est que tout de suite, c’est le débat passionné. L’enjeu c’est pourtant de vivre ensemble et de partager un espace public. Si en effet les vélos devront au même titre que les voitures ou 2roues être soumis à un code de la rue spécifique, l’enjeu c’est d’abord de faire comprendre à chacun que l’on partage quelque chose et qu’on est pas seul.

    Sur l’utilité du vélo en libre service, libre à chacun de trouver cela communiquant, démago ou ce que l’on veut. Reste que l’impact générateur est indéniable, sans pour autant proner la reconversion systématique, il s’agit là de parler de complémentarité dans les usages de tous les modes de déplacements à Paris. Ainsi, Vélib n’est pas forcement dédié à l’usage strict du vélo dans un déplacement simple, c’est un outil en complément d’un trajet en métro, en bus, voire même en voiture.

    Je suis malgré tout d’accord pour dire que le financement par la publicité et l’affichage est contestable, sur le principe de fond, comme sur le principe juridique. Je me pose encore la question de savoir si en fait, une collectivité n’est pas prise en otage par ce type de système, surtout si on imagine une mise en réseau à terme des micro-réseaux locaux qui naitront dans la 1ère couronne....







Palmarès