Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox Mobile

fredleborgne

Fredleborgne est né en 1999 comme adresse de messagerie. Mais c’est sur odebi.org qu’il se réveille, à l’occasion des débats sur la loi DADvSI.
Il en tirera un livre : "La guerre contre les majors"
Il écrit depuis des nouvelles de société-fiction, si possible délirantes, pour dénoncer les dérives potentielles des germes malfaisants plantés hier ou aujourd’hui sur www.inlibroveritas.net.

Tableau de bord

Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 0 917 0
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Derniers commentaires

  • Par fredleborgne (---.---.---.28) 2 mars 11:30

    Tout d’abord, merci de participer courageusement à ce débat alors que vous êtes « impopulaire » et d’un avis très peu partagé.
    Vous aimez votre futur métier, son côté aléatoire...
    Vous parlez de « pseudo » sécurité.
    Alors, assumez cette précarité et ne demandez pas à d’autres de financer votre pseudo sécurité sous prétexte que vous nous seriez indispensables.
    Je suis d’accord avec vous, ce ne sont pas les petites mains qui coûtent le plus cher au système, et vous-mêmes vous payez le prix de la soif de pognon des vautours.
    Personnellement, je préfère voir disparaitre un temps tous les spectacles moisis qui font des tournées dans des salles qui ont coûté la peau des fesses aux collectivités, déjà pour la bonne raison que je ne peux pas me les payer, et que leur existence ne me sert à rien, sauf à augmenter mes impôts locaux.
    Personnellement, j’aimerai qu’il y ait dix fois moins de chaines télés : il y aurait dix fois moins de pub, et la pub, c’est encore un impôt qui pèse fort sur les prix de la consommation. Ce fric en plus paye des footballeurs et des artistes qui ne sont plus imposés chez nous alors qu’ils polluent notre quotidien.
    Mais vous n’êtes pas responsables, dites-vous ?
    Un ouvrier, il fait la grève contre son patron. Et vous, vous voudriez défendre les vôtres qui font toutes les saloperies que vous n’avez pas niées. Bon, forcément, vous devenez ainsi complices, donc responsables. !
    Vous savez, je critique aussi les larbins des grands hôtels qui font la « réputation » de notre « beau pays », comme ceux qui « servent », esclaves mieux payés que des hommes libres, dans les riches demeures au-delà de l’admissible stars, people et riches héritiers qui utilisent ainsi l’argent qu’ils ont soutiré par abus au reste de la population.
    Pour ma « distraction culturelle », j’inviterai Ginou et son accordéon ou un de ces petits groupes qui répètent tous les week-end dans leurs garages.
    On devrait interdire les enregistrements, les partitions,les livres. La tradition orale renaitrait, l’homme réinventerait sa culture sans droits d’auteurs de dix mille, 3 milliards de feux différents.
    Parce que finalement je préfère qu’il y ait des milliards d’auteurs d’étincelles que des milliards de consommateurs de led.
    Et il n’y a pas de place pour un inge son dans cette culture là.
    Recyclez-vous ;o)

  • Par fredleborgne (---.---.---.28) 1er mars 00:10

    Chère Isabelle
    Que vous défendiez le statut d’intermittent du spectacle peut se comprendre si vous en bénéficiez.
    Mais pitié, ne me parlez pas de la liberté d’expression.
    Cela fait bien longtemps que les artistes mangent dans la main des puissants. Et au Moyen Age, les moins chanceux faisaient aussi déjà les poches au Peuple.
    Ce qui a changé, c’est la manière, comme si les lèches-bottes et les voleurs, pardon les saltimbanques, avaient des droits supérieurs au reste de la population.
    La « production artistique » est une industrie qui
    - privatise les bénéfices, nationalise les pertes
    - touche des subventions d’Etat pour servir la politique des dirigeants
    - pollue la véritable création populaire par une professionnalisation par privilèges et cooptation.
    Les intermittents touchent des salaires en rapport avec les périodes d’inactivité. Malheureusement, le « petit personnel » se fait prendre sa part par les plus gros : l’époque sourit aux insatiables affameurs.
    Perso, je suis informaticien au chômage (trop vieux et aujourd’hui depuis trop longtemps hors du coup). Et bien, en CDD, j’ai toujours du travail très varié bien loin de ma spécialité.
    Si les acteurs savaient manier une pelle, essayaient au moins, ils pourraient être terrassiers. Mais non, ils préfèrent jouer des rôles de grand ceci ou cela et donner l’image d’une société si belle en ce 21 siècle.
    Doit-on payer pour ces impostures ?
    Moi, je dis non.
    Par contre, le net est plein d’amateurs qui donnent un vrai renouveau à l’art. Mais eux, quand on les « aide », c’est pour les « récupérer », en faire des aspirateurs à pognon, et après, ils prétendent vivre aux crochets de l’ADAMI qui exerce un racket généralisé sur tous les supports numériques, via la SACEM et ses 1425 salariés qui se " félicitent de l’adoption par le Parlement européen du rapport sur l’exception et la rémunération pour copie privée de la députée européenne Françoise Castex."
    Non, vous n’êtes pas des protecteurs de la liberté d’expression, vous êtes du côté des profiteurs en étouffant les cris de colère du peuple dans les medias, en le distrayant ou en le berçant avant de l’envoyer à l’abattoir.

  • Par fredleborgne (---.---.---.28) 21 février 09:28

    D’accord pour la manipulation, Mr Gruni.

    Mais je m’inquiète un peu de la réalité de ces photos, fussent-elles au Canada.

    Il y a un proverbe qui dit « Donnez-leur la main, ils vous prendront le bras ».

    A-t’on besoin d’ouvrir la porte de l’école à de telles dérives potentielles ?

    Les cours d’éducation sexuelle ont-ils réellement fait baisser les statistiques de l’avortement et des grossesses non désirées depuis 1975 ?

    A en croire les défenseurs de l’avortement dont je fais partie, il parait que non. Stabilité !

    Mais on ne va pas revenir sur les cours d’éducation sexuelle quand même ! En tout cas, ce cours me semble obscène et stupide dans le peu qui est ainsi présenté et reconnu. Et encore moins utile à la compréhension de ce qui se passe lors d’un acte sexuel et après.

    C’est comme si on expliquait l’homosexualité avec le visionnage d’un défilé de la gay pride.

    Etes-vous sûr que cela n’arrivera jamais chez nous, surtout quand la minute de haine anti-catho influence des adultes à se dire « non choqués » sans se demander quelle gêne nos ados plein de pudeur peuvent ressentir en silence ?

    Mais on peut peut-être supprimer la pudeur dès la maternelle...
    Encore une fois, dans quel but ?

  • Par fredleborgne (---.---.---.28) 20 février 12:38

    Aujourd’hui, depuis la loi Pinel votée mercredi, cela devient plus compliqué d’exercer son droit au travail quand les patrons n’embauchent pas.
    L’auto-entrepreneur va devenir un micro entrepreneur, qui devra payer une CFE minimale, passer un stage de gestion, avoir un minimum de paperasse et subir l’incompétence du RSI...
    Donc, impossible d’aller donner quelques leçons de piano, d’exercer une heure ou deux comme écrivain public, tailler une haie, changer une ampoule, réparer un carreau « à l’occasion ».
    Les petits métiers, cela n’existe plus : il n’y a que des petits employés ou des petits franchisés... avec des systèmes opaques pour ne pas régler d’impôts parce qu’un petit artisan, avec les charges qu’il a à payer, et bien, il est hors de prix pour les petites gens.
    Encore plus noir que le tirailleur Banania, le poussin qui au 1 janvier prochain baissera le rideau...

  • Par fredleborgne (---.---.---.130) 13 février 17:31

    J’ai eu droit moi aussi à deux entretiens de « ouf ».
    Je vous comprends aussi quand vous parlez de la souffrance des « sans travail », et aujourd’hui, je ne pense pas qu’voir des idées de gauche, ce sont des idées de gauche.
    Les idées de gauche doivent permettre le combat de gauche pour survivre à l’exploitation de ces pourris sur notre dos.
    L’ennemi, ce n’est pas un mot comme le capitalisme, c’est bien ces vautours qu’il va falloir décapiter.







Palmarès



Agoravox.tv