• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Gary Gaignon

Gary Gaignon

Écrivain québécois, c'est-à-dire nord-américain d'expression française, pionnier du Web littéraire dès avril 1995, avec la sotie Le Poète éléphant suivie, toujours sur le site « editel.com », en 96 et 97, des poèmes de Divers d'hiver et de l'essai Sur le Web­. Ces deux titres peuvent aussi être commandés en ligne, en version papier à la demande ou au format ePub chez PF Gagnon éditions, entre diverses œuvres à paraître par la suite.

Tableau de bord

  • Premier article le 06/04/2006
  • Modérateur depuis le 02/05/2006
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 7 152 53
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0
Modération Depuis Articles modérés Positivement Négativement
L'inscription 18 13 5
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : ordre chronologique










Derniers commentaires



  • Gary Gaignon Gary Gaignon 3 septembre 2013 23:40

    Véronique Anger-de Friberg a beaucoup d’entrepreneurship culturel. Joël de Rosnay a été une de mes illuminations d’adolescence rebelle, il a toujours autant de brio intellectuel.

    Malheureusement - permettez-moi de piquer une pointe critique très aiguë en plein coeur de la problématique - le thème de la société dite fluide ne s’adresse qu’à une mince frange très supérieure de la population mondiale, en termes de positionnement socio-évonomique.

    Or, il s’agirait d’abord et avant tout de rallier et de rassembler, de libérer tous ces laissés-pour-compte des classes moyennes qui tendent dans nos pays à se confondre de plus en plus aux plus déminis et aux pauvres.



  • Gary Gaignon Gary Gaignon 31 octobre 2012 17:52

    La Grande Récession de 2008 perdure en effet pour les laissés-pour-compte du monde entier tandis que la réprise a déjà eu lieu pour les bien-nantis de la classe moyenne supérieure qu’elle n’a guère touché de toute façon, du moins en Amérique du Nord, sauf pour certains épisodiquement.

    Les crises économiques touchent d’abord et avant tout les pauvres gens, collent à eux et les englobent dans la noire orbite d’une espèce d’Attracteur étrange qui les maintiennent dans leur situation limite tel un Destin socio-économique pratiquement impossible à exorciser.

    Toutefois cet article réitère l’hypothèse d’une ghettoïsation généralisée des classes sociales à l’échelle planétaire, d’un cloisonnement étanche entre elles et de leur réduction au plus bas dénominateur commun de la pauvreté de moins en moins relative à chaque pays.

    Le Brésil représente bien ce qui nous attend en Occident si nous persistons à survivre sous le joug des néolibéraux. Une caste d’Intouchables dans la grande misère, les gens moyens tous appauvris les uns les autres, et une classe de très riches vivant dans des forteresses sous barbelés, contrôlant armée et État.



  • Gary Gaignon Gary Gaignon 30 octobre 2012 19:09

    « Quand j’ai lancé mon premier site en 1997, il y avait déjà une bonne poignée de sites littéraires et nous étions très solidaires. »

    M. Bon a repris le témoin à son tour, parmi d’autres - car déjà l’époque des pionniers était révolue depuis quelques années - et porté encore plus loin cette entreprise en effet collective par nature. Mes meilleures salutations, en passant par ici.



  • Gary Gaignon Gary Gaignon 9 août 2012 14:49

    TheChangeBook, « un réseau social alternatif propulsé par Actualutte. Il se veut sans publicité, libre et géré collectivement. » http://thechangebook.org/...

    À titre d’information urgente je cite in extenso cet article de Médiapart :

    «  par Yannick Comenge et Hélène Loublier - Médiapart, 04 Août 2012

    Les organisateurs de « TheChangeBook » sont un collectif.

    -Vous creez un nouveau réseau social ? Quelles sont les raisons de cette nouvelle interface ? Vous apportez quoi de dif

    férent ?

    Nous créons un outil de communication inter-mouvements de résistances sociales, économiques, politiques et écologiques. Avec Thechangebook, il n’y a aucun aspect commercial, publicitaire, ni aucune utilisation des données personnelles.Cet outil est un relai, un pot commun d’informations pour des données, des mises en place d’actions concertées, avec un réseau de correspondants internationaux. La gestion de cet outil se faisant de manière collégiale et démocratique, tout membre a son avis à donner. Il sera pris en compte.

    - La matrice ressemble beaucoup à Facebook. N’y a t il pas un souci de propriété intellectuelle ou de confusion parmis les utilisateurs ?

    Le script utilisé est phpfox, un script PHP et ajax d’origine nord-américaine qui permet de faire tourner un réseau social assez comparable à facebook. C’est un script payant, dont l’aspect est complètement configurable et modifiable. L’utilisation est permise par la loi, car l’outil est indépendant de facebook. Ce n’est pas un clone. Il s’agit d’une application différente. De nombreux réseaux sociaux privés ou d’entreprises sont propulsés par phpfox. Il existe d’ailleurs des versions open-source qui propulsent des réseaux sociaux. Pour les utilisateurs, il suffit de leur expliquer l’indépendance qui nous caractérise par rapport à facebook. Croyez-moi, ils voient vite la différence. Et puis si le code couleur les dérange, ils peuvent configurer et changer le visuel pour en faire des pages originales.

    -On dit que bon nombre d’Anonymous sont logés deja dans cette structure web ?

    Une chose est certaine, nous sommes en accord total avec la lutte pour la défense des libertés portée par les Anonymous.

    Ce sont des militants qui défendent les droits des hommes, luttent contre les dérives sectaires et ont notamment aidé la communication lors de la révolution tunisienne.

    Le web est le dernier espace de libre expression, et ils oeuvrent à protéger cet ultime bastion.

    Nous sommes tous des Anonymous, vous comme nous, et nous espérons que d’autres acteurs qui luttent pour les mêmes valeurs, finiront par nous rejoindre dans cette lutte d’émancipation des médias attachés au pouvoir et au monde financier.

    -Quelle est votre ambition ? S’agit il d’une première réponse à la machine à gaz qu’était le circuit de communication interne des indignés ?

    Nous n’avons aucune autre ambition que de mettre à disposition des militants humanistes du monde entier un outil de communication simple et utile. Thechangebook est libre, indépendant, collégial et démocratiquement géré. Ce réseau permet l’échange d’informations, la mise en place d’actions coordonnées et facilement consultables. C’est le lieu des débats d’idées, entre des militants qui agissent aux échelles locale, nationale et internationale. Thechangebook est un porte-voix. Nous aidons les discussions. Nous encourageons les regroupements.

    En effet, ce réseau est tout sauf une usine à gaz, dans la mesure ou tout contenu polluant (pub, jeux, ...) est banni. Il ne reste que l’information, sous toutes ses formes : son, musique, vidéos, image et texte. Tout partager sur le même support permet de relier ce qui était auparavant sur des sites différents, des pages distinctes.

    - Votre ambition pour ce réseau social ?

    En sortant du circuit commercial, nous voulons créer un réseau sain. Nous espérons offrir un lieu de convergence pour les associations, les mouvements, les syndicats, les collectifs. Il doit être un relai entre la pensée et l’action, le débat d’idées aux niveaux national et international, une prise de conscience de l’universalité des luttes étouffées par les médias traditionnels.

    Le monde de la finance a mondialisé l’ultra-libéralisme avec l’aide du pouvoir ; ce réseau social alternatif vise à mondialiser la lutte. Ouvert aux musiciens, peintres, journalistes, dessinateurs, écrivains, et militants, chacun avec son moyen d’expression pourra partager sa lutte, ses idées et se nourrir du partage de celles des autres participants. Thechangebook, c’est une agora au contenu militant. C’est un outil d’ouverture. C’est un Facebook qui réfléchit et qui lève le poing. »


  • Gary Gaignon Gary Gaignon 30 juillet 2012 22:39

    Nous attendons encore au Québec les conclusions patentées d’une commission d’étude environnementale. Nous vivons dans l’angoisse de la destruction de tous les terroirs de la Vallée du Saint-Laurent, notre seul et unique espace vital, qu’ils veulent éventrer à coups de 20 000 puits. Ils vont fracturer tout autant le sous-sol de la Gaspésie à la poursuite de pétrole soi-disant plus facile à extraire de cette façon, et enfin, ils veulent détruire la magnifique île d’Anticosti regorgeant semble-t-il de pétrole, sans compter que l’estuaire du Saint-Laurent vit sous la menace constante de voir un gisement soumarin exploité à moins de 80 km des Iles de la Madeleine. Tout cela pour enrichir une poignée d’actionnaires pour la plupart étrangers pendant 15 ans environ, avec la complicité du gouvernement néolibéral de Jean Charest qui s’apprête toutefois à déclencher des élections en septembre. Nous prions tous pour qu’ils soient boutés hors notre champ de vision et remplacés par un parti respectant le bien commun et nos fragiles terroirs ancestraux. Dieu nous entende !

Voir tous ses commentaires (20 par page)







Palmarès