• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Gasp

Gasp

Cet auteur n'a pas encore renseigné sa description

Tableau de bord

Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 0 3 0
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Derniers commentaires


  • Gasp Gasp 22 novembre 2009 12:00

    Le rejet de l’hypothèse d’Hélios me paraît un peu rapide, à moi.


    Sans pour autant partir du principe qu’il a raison dans les conclusions qu’il en tire, il me semblerait assez surprenant que le choc engendré par la chute des étages supérieurs ne se propage pas d’une manière ou d’une autre dans les piliers (communs) des étages inférieurs.

    Dans l’absolu, le modèle du mille-feuilles sans propagation d’ondes (sans vibrations, quoi) reviendrait à dire que les étages entre eux ne sont reliés par rien.

    Or comme cette démonstration vise précisément à démontrer que le modèle du pancake ne « colle pas » au cas des Tours Jumelles (sur la base d’une analyse temporelle de la chute, expliquée par la perte de masse), cet aspect mériterait d’être creusé, à tout le moins pour pouvoir démontrer l’absence d’effet accélérateur (ou compensateur de la perte supposée de masse au cours de l’effondrement).

    Par contre, ce n’est pas un exercice facile, c’est certain.

  • Gasp Gasp 22 novembre 2009 04:17

    Justement, c’est regrettable de réagir ainsi...


    Nous avons :
    - d’un côté un article qui tend à démontrer que l’hypothèse du pancake est « absurde » (à l’aide d’une approche physique sur la base d’hypothèses et de mesures « empiriques » - si tant est que la vidéo puisse être jugée ainsi). La conclusion que l’auteur en tire est que la destruction ne peut qu’avoir été contrôlée
    - et de l’autre cette réponse qui tend à démontrer que l’hypothèse de la destruction contrôlée est elle-même peu pertinente (à l’aide d’une approche à la fois psycho-sociale et technique, cette fois)

    N’est-ce pas précisément là ce que nous souhaitons ?
    Un débat qui présente les points de vue de chacun et pose les limites de chaque raisonnement, pour permettre aux sceptiques de se faire leur propre opinion, sans devoir traverser des champs d’insultes et d’intimidations ?
    A quoi sert le débat s’il ne débouche que sur de l’étalage de certitudes, si les convictions profondes l’emportent sur tout échange, si les articles se résument à des professions de foi alimentant une guerre de religions entre les pro- et les anti-version officielle ?

    Ma question est valable pour les 2 camps : il n’y a pas d’enjeu, ce n’est pas une guerre de territoire entre 2 bandes rivales, tout au plus exprime-t-on ses certitudes, et la vérité (pour peu qu’elle diffère de la version officielle) ne sera de toutes façons jamais connue.

    Une peu de sérieux donc : si le but est un débat, que les 2 camps en acceptent les règles.
    Sinon retrouvez-vous au coin d’une rue avec des barres de fer et vous aurez réglé définitivement la question. Pour l’instant, les insultes entrent dans cette seconde catégorie, et ça n’a rien avoir avec l’âge de chacun des posteurs...

  • Gasp Gasp 21 novembre 2009 20:05

    Question naïve : si l’on voit sur cette fameuse photo un pan de l’immeuble (la structure de piliers centraux, je suppose) non encore tombé, est-ce que justement ce n’est pas un élément allant à l’encontre de l’hypothèse du mille-feuilles ?

    Celui-ci postule que chaque étage s’effondre en totalité et d’un même mouvement sous le poids de ceux du-dessus, or la colonne centrale n’a manifestement pas intégralement suivi le mouvement d’après cette photo, et ce sur un nombre significatif d’étages.

    Note : personnellement, les débats où l’essentiel tourne autour des insultes des pro- contre les antis- et réciproquement ne m’intéressent pas.
    Inutile de laisser une réponse à mon commentaire si vous avez cette tournure d’esprit.






Palmarès