• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Gilles Pradeau

Gilles Pradeau

Lecteur du Canard Enchainé.
Centres d’intérêt : ONU, OMS, Conseil de l’Europe, Parlement Européen, santé et démocratie participative. Problématique des droits de l’homme et des limites de la dignité humaine.

Tableau de bord

  • Premier article le 10/08/2006
  • Modérateur depuis le 17/08/2006
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 9 34 234
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0
Modération Depuis Articles modérés Positivement Négativement
L'inscription 6 3 3
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : ordre chronologique












Derniers commentaires



  • Gilles Pradeau Gilles Pradeau 18 avril 2007 09:53

    [...] Dans les jours qui suivront, les experts de Météo France affinent leurs prévisions : le fuel pourrait arriver en Vendée, vers l’île d’Yeu. C’est là que sera positionnée la quasi-totalité des moyens de prévention... Et c’est le préfet de la Charente-Maritime qui est chargé de coordonner le plan Polmar.

    En tout état de cause, de marée noire encore point. Le Ministre chargé de l’environnement n’a donc pas son mot à dire et c’est au Ministre des transports qu’il revient de gérer le dossier. Je pars donc sans regrets à la Réunion mais je reste en contact avec mon cabinet. Nous convenons que je rentrerai si la menace se fait plus précise...

    Pourquoi la Réunion ? Tout simplement pour signer le Contrat de plan Etat-Région, qui nous avait donné bien du souci, et présider les travaux de l’Initiative française pour les récifs coralliens (IFRECOR). On m’a reproché cette mobilisation déplacée, sinon futile. C’est ignorer que les récifs coralliens français couvrent quelque 55 000 km2, soit 10 % du patrimoine mondial. [...]

    A l’issue de la réunion, je suis interpellée par des journalistes. Ils sont un peu à cran, car il n’y a rien à filmer... Quelques questions à la ministre, peut-être ? Je manifeste un peu d’agacement, à l’idée de devoir formuler un jugement sur la gravité de la catastrophe, alors même qu’on ne sait encore rien. C’est là que je prononcerai cette phrase qui me sera durement reprochée ensuite. « Je ne suis pas sûre qu’il s’agisse d’une catastrophe écologique ». Pas sûre ? Pas « encore » sûre. [...]

    http://blog.voynet2007.fr/images/erikavoixoff.pdf



  • Gilles Pradeau Gilles Pradeau 24 octobre 2006 13:28

    Pour les noirs et les arabes, qui s’estiment ségrégués ? Et pourquoi pas les Chinois, et les Corses ? Rien ne s’oppose aux Chinois, aux Corses, aux Bretons, aux Niçois,... c’est d’ailleurs le sens du texte de François Héran disponible sur le site du colloque.

    La question des quotas est vraisemblablement la conséquence pratique de ce type de stats : après tout il y a la parité en politique pour les femmes, à partir du moment où ce procédé n’a pas été jugé anticonstitutionnel pour elles, on voit mal pourquoi il le serait pour les autres groupes discriminés.

    Enfin, pour les différentes communautés, là, c’est tout à fait différent : envisager des stats ethniques n’implique pas qu’il y ait des communautés (d’ailleurs, les communautés est un terme très ancien qui ne s’appliquerait pas dans les enquêtes sociologiques de terrain en France je pense). Mais la question de la parité des dépenses par type de population est quelque chose de tabou en France, notamment pour la sécu : les riches payent plus pour les pauvres, car ces derniers sont plus souvent malades. Pour autant, contrairement au Royaume-Uni, rien n’est fait pour pallier les inégalités de santé et donner plus aux pauvres qu’aux riches (selon le revenu, etc.) : quant on fait de la prévention, on la fait pour tout le monde, et il n’y a rien pour viser particulièrement les groupes vulnérables (quel que soit le statut : « race », revenu, sexe, âge,...).



  • Gilles Pradeau Gilles Pradeau 24 octobre 2006 13:18

    D’une part, je ne mentionne pas le CRAN. D’autre part, le métissage très éloigné fait partie de ces « cas-limites » que je mentionne comme les rebeux qui ressemblent à des espagnols (ou l’inverse d’ailleurs). Mon article est basé sur les 3 types envisagés, mais ce sont des grandes catégories aux frontières très floues.

    En quoi la disponibilité de cette connaissance fera-telle changer les comportements ? Je ne sais pas répondre à cette question. Améliorer la connaissance devrait aller normalement avec une utilisation bénéfique.

    Accepterait-on une association qui soit réservée aux blancs ? sûrement pas ... Quelle mauvaise foi ! Où est-il marqué que le CRAN est réservé aux Noirs ? C’est presque de la calomnie.



  • Gilles Pradeau Gilles Pradeau 23 octobre 2006 15:29

     smiley C’est un des problèmes évoqués, mais le problème reste que si on donne l’autorisation pour cet usage juste à l’INED, il n’y aura aucun problème. Le tout est de savoir à qui on donne cette autorisation et pour quels types d’usage.

    Il reste tout de même le problème de voir impossible de dire si, en France, les Mehdi ou les Ali obtiennent des peines plus longues que les Alain ou les Jacques (prénoms au hasard parmi d’anciens membres du RPR).

    Je pense qu’il faut vraiment comparer par rapport à ce qui se passe au Royaume Uni.



  • Gilles Pradeau Gilles Pradeau 20 octobre 2006 12:36

    Moi j’ai trouvé ça chiant, et c’est d’autant plus dommage que j’avais vraiment apprécié les premiers livres du bonhomme et 17 fois Cécile Cassard. On dirait qu’il ne sait plus innover et qu’il se laisse pétrir par son petit milieu chiant parisien.

Voir tous ses commentaires (20 par page)







Palmarès