• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile


Tableau de bord

Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 0 1790 0
1 mois 0 32 0
5 jours 0 8 0

Derniers commentaires


  • gimo 24 mai 11:15

    @Fergus
    RE RE BONJOUR



    OK PAS KOC

    c’est pour cet enjeu que je soutiens personnellement la France Insoumise, seul parti réellement au service des travailleurs et des retraités modestes. BIEN  MERCI///

    idem for my  a +

  • gimo 24 mai 11:02

    @Ar zen

    Bien sur le bais cognitif  existe semblable une sorte de hypnose Mais sur des sujet faibles
     peu sur d’eux peureux  besion des autres manque de discernement de libre arbitre

     dieu sait si il y a en a  dans cette planete

    Un homme intègre peut se transformer en bête s’il est dans la foule adéquate. Le contraire n’est que rarement vrai. Freud explique qu’une masse possède une âme collective avec laquelle l’individu a besoin de s’identifier. Le mot clé c’est « besoin », que celui-ci soit réel ou imposé. Le mot caché c’est inconscient, car l’individu n’a même pas conscience du besoin ressenti.

    Dès lors, tout est simple : il suffit de gratter quelques instincts primaires (risque de perdre la sécurité, crainte d’être dépossédé, besoin d’approbation ou appât de gain, la peur…) et la foule se laisse manipuler. Très utile pour les affaires. Et très dangereux en politique. Il suffit de contrôler l’accès à l’information et le tour est joué : les nord coréens croient dur comme fer que la présence du Cher Leader Kim Il Sung faisait fleurir les arbres et fondre la neige. Ça leur évite de se rebeller. Et j’ai longtemps cru qu’une vierge avait eu un enfant et que celui-ci se transformait en pain 5 fois par jour, le dimanche, 2000 ans après sa mort. Ça me permettait de toucher au divin.

    On a le devoir d’essayer de s’échapper à cette manipulation. Mais la plus pire des mauvaises nouvelles c’est qu’on ne peut le faire que jusqu’une certaine limite. Le même Freud explique dans Malaise dans la culture, comment la société s’assure du respect de ses exigences via le surmoi et comment nous avons été conditionnés à renoncer à la satisfaction de nos pulsions et de nos désirs individuels… en échange d’un peu de sécurité et d’amour.

     


  • gimo 24 mai 09:57

    @Croa +++++++ BON DISERNEMENT CROA SA VIENT ////// OK


     UN COMPLEMENT   UTILE /////// SVP
    ceci est bien compris par les dominants ’qui se  goinfrent sur notre dos

    Là ’ est le malheur du peuple ( Proverbe Chinois ;; ;; ;« ventre plein ;; tete vide »" du circus et du
    pain)

    La vie elle-même est essentiellement appropriation, agression, assujettissement de ce qui est étranger et plus faible, oppression, dureté, imposition de ses propres forces, incorporation, et, tout au moins, exploitation. sans morale ni conscience

     
    Tout instinct est avide de domination : et comme tel il aspire à philosopher. ET A VOLER
    Raison de plus pour ne pas s’assoupir pour etre complice de leurs méfaits contre nous 
     a son corps défendant 

  • gimo 24 mai 09:34

    @Fergus
    Bonjour 

    Exact !!    ceci est  bien compris par les dominants ’qui se  goinfrent sur notre dos

    Là ’ est le malheur du peuple  ( Proverbe Chinois ;; ;; ;« ventre plein ;; tete vide »" du circus et du
    pain)

    La vie elle-même est essentiellement appropriation, agression, assujettissement de ce qui est étranger et plus faible, oppression, dureté, imposition de ses propres forces, incorporation, et, tout au moins, exploitation.  sans morale ni conscience

     
    Tout instinct est avide de domination : et comme tel il aspire à philosopher.
    Raison de plus  pour ne pas s’assoupir pour etre complice de leurs méfaits contre nous 
     a son corps défendant 

  • gimo 23 mai 19:17

    @Fergus


      BONJOUR nous ne sommes pas dans le besoin et donc dans le rejet viscéral de la société dans laquelle nous 


    CE JOUR sera trop tard pour avoir la lucitite necessaire    La nécessité n’est aveugle qu’autant qu’elle n’est pas comprise. La liberté consiste en la souveraineté sur nous-mêmes et sur le monde extérieur fondée sur la connaissance des lois nécessaires de la nature. sans’agir
      il ne trouvera point  bon   chemin car le temps joue contre celui qui ne sait pas agir

    L’esprit humain se forme à accepter, non à décider par peur par paresse
     si une oeuvre est belle mais à réfléchir sur l’oeuvre belle.

    L’agir est le devenir de l’esprit comme conscience. Ce qu’elle est en soi, elle l’apprend donc de sa propre réalité effective.
     Ainsi l’individu ne peut savoir ce qu’il est avant de s’être porté par l’action à la réalité effective.







Palmarès