• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

glasgow

Cet auteur n'a pas encore renseigné sa description

Tableau de bord

Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 0 11 0
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Derniers commentaires



  • glasgow 16 février 2008 14:22

     

     

    bon, s’il faut l’heure à la minute près, c’est raté mais ce n’est pas grâve

    Au contraire, c’est grave : comme vous l’avez déjà appris dans ce forum, c’est de l’heure précise de naissance que dépend le calcul des planètes dominantes. Il faut donc vous assurer de l’exactitude de cette heure en allant la contrôler sur un acte de naissance, ou sur le livret de famille, ou auprès des parents.

    Si vous faussez les données dès le départ, direz-vous que l’astrologie raconte n’importe quoi alors que vous ne lui donnez pas les moyens de prouver sa bonne foi ?



  • glasgow 16 février 2008 14:17

    Un homme se définit par ses actes, point barre. Le principe même de vouloir connaître les gens sans prendre le temps de les connaître réellement par divers méthodes divinatoires sont criticables et discriminantes par principe.

    Merci Mjolnir. Sincèrement merci. Vous venez de prouver que vous condamnez l’astrologie par principe, parce que vous avez décidé dès le début que ce n’est que du vent, et non pas par observation concrète.

    Vous ne valez donc pas mieux que les 99.99% d’astrologues qui adhèrent à l’astrologie par principe, parce qu’il trouvent ça "cool" ou parce que ça leur fait gagner du fric sur le dos des personnes crédules, et non pas parce qu’ils ont pris du temps pour faire des observations sur le terrain.

    Ce qui permettra de trancher le débat, ce sont les observations concrètes, pas nos a priori respectifs. C’est comme cela que les connaissances progressent : par l’observation des faits, et non pas à grands coups de préjugés et d’idéologies toutes faites.



  • glasgow 16 février 2008 14:05

    Vous dites qu’il est facile d’aller chercher les biographies des personnalités célèbres pour ensuite faire coller les descriptions planétaires. C’est tout à fait vrai.

    Et bien je vous propose la chose suivante : indiquez-moi les coordonnées de naissance d’une (ou de plusieurs, c’est encore mieux) personne que vous connaissez depuis suffisamment longtemps pour très bien la (ou les) connaître, et je vous indiquerai en retour quelles sont ses probables principales tendances psychologiques. Après ce sera libre à vous de conclure.



  • glasgow 16 février 2008 13:39

    Vous soulevez là une question fondamentale. Dans tous les cas, que la distance joue ou non, les astrologues sont encore une fois incohérents puiqu’ils n’en tiennent pas compte : ils ne regardent que les positions apparents. On en revient donc à ce que j’ai déjà dit : il faudrait dans ce cas tenir compte de tous les corps de l’univers.

    Et si la distance joue, les astrologues ne font pas correctement leur travail, peut être que certaines étoiles relativement proches comme Proxima Centauri doivent être prises en compte.

    Tout d’abord, dans l’absolu, l’incohérence n’est garante ni de la validité, ni de l’invalidité. Rappelez-vous à quel point les assertions de la physique quantique (dualité onde-corpuscule, non-localité, simultanéité des états quantiques) peuvent paraître contre-intuitives et incohérentes avec notre conception "classique" des particules. Rappelez-vous aussi à quel point les assertions de la relativité générale (non-additivité des vitesses, modification de la longueur et de la masse en fonction de la vitesse et du référentiel) sont également perturbantes par rapport à l’idée restreinte que nous en avons d’après notre expérience quotidienne.

    Ensuite, il y a une différence fondamentale entre les autres corps de l’univers et ceux qui font partie de notre système solaire : la Lune, le Soleil et les planètes ainsi que Pluton forment un système dynamique lié, qui est (presque) totalement indépendant des corps extérieurs au système solaire. Pluton a ceci de particulier que son orbite est en résonance 2/3 avec celle de Neptune, ce qui la distingue nettement des autres corps du système solaire possédant une taille équivalente, comme les satellites ou les astéroïdes les plus massifs. Les corps qui sont isolés par l’observation astrologique ont donc un statut très particulier dans la dynamique interne du système solaire. Il y a peut-être là une piste d’explication scientifique, qui se complètera d’elle-même dès que les connaissances sur le sujet progresseront.

    Quant aux explications que j’ai trouvé dans votre site sur le pourquoi de l’importance du moment de la naissance, elles sont floues et non convaincantes : pourquoi ne tiendrait on pas compte du moment de la conception ou le moment où le cerveau devient fonctionnel ? Pourquoi serait on "marqué" définitivement par les positions des planètes à cet instant précis ? On est dans un déerminisme comparable que celui du "tout génétique" et qui est tout aussi criticable sur le plan éthique, avec tous les préjugés que ça entraîne. .

    Les différentes parties constitutives du cerveau ne commencent à apparaître qu’à partir de la quatrième semaine de conception. Ce n’est qu’à partir de la 25e semaine après la conception que se fait la myélinisation des fibres nerveuses (qui permet une transmission normale de l’influx nerveux). Le système auditif est l’une des premières modalités sensorielles à se mettre en place, entièrement fonctionnel vers 7 mois après après la conception, suivi de près par le système visuel. Toutefois le cerveau n’est toujours pas matur à la naissance : après la naissance, les structures nerveuses vont s’optimiser rapidement afin de traiter correctement les informations sensorielles tactiles, auditives, visuelles, etc. en provenance de l’environnement.

    La naissance a ceci de particulier qu’elle correspond à un traumatisme sensoriel considérable : l’environnement visuel devient très lumineux et coloré, l’environnement sonore devient beaucoup plus bruyant et chargé en fréquences aigues, l’environnement tactile devient beaucoup plus diversifié et agressif que dans l’utérus. La nature traumatique de ce moment, qui marque le début d’une période de sur-stimulation sensorielle du nouveau-né, est peut-être une explication possible par rapport à l’importance de ce moment en astrologie.

    Pour terminer cela n’a rien à voir avec un discours déterministe, c’est même tout le contraire. Le conditionnement astrologique n’est qu’un facteur parmi des dizaines d’autres facteurs : http://www.astroariana.com/spip.php?page=article&id_article=844

    L’influence des rythmes planétaires et zodiacaux sur les comportements humains individuels et collectifs s’exerce à l’intérieur du cadre des déterminismes génétiques, sexuels, socio-culturels, économiques, politiques, historiques, spirituels, etc., qui en modulent les effets



  • glasgow 16 février 2008 12:47

    Reconnaissez aussi que rares sont les astrologues qui se sont vraiment intéressés aux planètes.

    Ils sont loin d’être rares. Allez faire un tour au rayon astrologie de la librairie la plus proche et faites le compte des bouquins parlant des planètes ; vous serez surpris. Par contre, parmi ceux qui s’intéressent aux planètes, nombreux sont ceux qui racontent n’importe quoi en faisant des amalgames de symbolisme, d’ésotérisme et de mythologie poussiéreuse.

    Etes vous certain que les astrologues ont étudié l’impact de Xérès ou d’Eris pour en déduire qu’elles seraient négligeables face à Pluton ? Ne considère t on pas cette dernière UNIQUEMENT par TRADITION ?

    Non, la tradition n’a rien a faire ici : c’est un musée d’horreurs illogiques et ubuesques. C’est l’observation pratique qui montre qu’il est nécessaire de prendre en compte Pluton pour expliquer certaines tendances psychologiques particulières.

    Sans prendre en compte Pluton, il serait difficile d’expliquer :

    - le côté secret et complexe de François Mitterand (http://www.astroariana.com/Un-Scorpion-nomme-Francois.html), le côté intérieur et méditatif de John Lennon (http://www.astroariana.com/John-Lennon.html), le côté lucide et désabusé de Barbara (http://www.astroariana.com/Barbara.html), le côté sceptique et dérangeant de Bernard Henri-Lévy (http://www.astroariana.com/Bernard-Henry-Levy.html), le goût poussé de l’absurde chez Albert Camus (http://www.astroariana.com/Albert-Camus.html), le côté marginal rebelle de Leonardo Di Caprio (http://www.astroariana.com/Leonardo-DiCaprio-l-adolescent.html), ainsi de suite.

    Pourquoi aucun astrologue, avant la découevrte de Neptune, ne s’était aperçu de ses erreurs (puisqu’il ne tenait pas compte de Neptune) et en déduire qu’il devrait exister d’autres planètes ?

    Je ne sais pas. En éliminant les 99.99% d’astrologues qui font du grand n’importe quoi et ne gardant que les 0.01% d’astrologues qui tentent de faire du travail un minimum sérieux, il n’en reste plus beaucoup pour se rendre compte qu’il y a des omissions dans leurs descriptions psychologiques. Peut-être ne s’agissait-il que d’une question de temps, afin de rassembler suffisamment d’observations montrant que les portraits obtenus n’étaient pas complets pour une partie de la population observée.

    De plus, tenir compte des 4200 planètes, astéroides et satellites bouleverait votre table RET (qui est bien pratique sous forme de table 3x3) ainsi que les 3 fameux champs. Se poserait aussi alors la question de la méthode pour établir le "sens" et l’"action" de chacun de ces 4200 corps, qui n’ont rien d’objectif ni d’univoque.

    Comme je vous l’ai dit, le RET n’est qu’un modèle qui tente de se calquer sur les observations. Ce n’est donc ni un dogme intransgressable, ni un élément indispensable. Comme tous les modèles, il sera remis en cause à chaque fois que de nouvelles observations concrètes ne cadreront pas avec. Si cela se révèle nécessaire, il sera invalidé et abandonné.

    Que pensent vos collègues astronomes et astrophysiciens du CNRS de tout ceci ?

    Dans mon laboratoire, je commence à les intéresser à cette problématique. J’ai déjà fait le thème natal de plusieurs d’entre eux et à chaque fois cela donne une description beaucoup trop précise de leur caractère pour que cela ne soit dû qu’à des artefacts de description psychologique.







Palmarès