• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

goeland86

Bachelier dans la section S, j’obtiens mon Bachelor en informatique aux Etats-Unis, je resides a Los Angeles. J’utilises Linux comme mon systeme d’exploitation par defaut depuis 5 ans, et connais un bon nombre de facons pour garder mon ordinateur a l’abris de pirates ou d’accidents.

Tableau de bord

Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 0 4 0
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Derniers commentaires



  • goeland86 4 octobre 2009 02:52

    « Vous savez que vous ne pouvez pas être retracé via votre adresse IP »

    FAUX ! FAUX FAUX FAUX !!!!

    Je suis moi même diplômé en informatique, et je réside aux Etats-Unis, d’où la recherche de coupables de téléchargements illégaux a démarrée.

    L’adresse IP permet, avec l’heure et la date du méfait de retrouver EXACTEMENT l’auteur responsable, à condition que le FAI fournisse, ou se fasse voler par piratage, l’information qui associe un compte abonné avec l’adresse IP pour la fenêtre temporelle fournie.

    Je vous signale d’ailleurs que malgré les lois sur la vie privée, il est souvent très facile de s’introduire dans les bases de données des FAI, ou d’acheter un renseignant qui vous fournisse ce qu’il faut.

    Ceci, bien sur, sans compter le fait que les FAIs se partagent des « tranches » d’adresse IP, et ceci souvent par découpement géographique, c’est ce que l’on appelle aux Etats-Unis la « geoIP ». On peut bien souvent déterminer dans quel quartier vous habitez rien qu’avec l’adresse IP. Rassemblée avec les autres « traces » sur le web que vous avez laissées et il est facile de recouper le nom de la personne recherchée.

    Je signales également qu’en informatique il y a énormément de domaines, et que tous les étudiants ne touchent pas forcément à tous les domaines. A moins d’être spécialisé en sécurité, par exemple, vous ne connaissez pas toutes les entrées et sorties dans un ordinateur via le réseau. Vous connaissez, certes, les moyens normaux, « officiels » disons, mais toutes les portes cachées vous dépassent.

    Je ne m’en prends pas à votre éducation en particulier, mais plutôt au système européen en général, qui force les étudiants à choisir un domaine particulier très tôt dans la formation, et ignore complètement de rajouter les connaissances générales des autres domaines dans le cursus.

    Les programmes aux Etats-Unis dits « Liberal Arts » approchent l’éducation d’une façon complètement opposée : vous apprenez les théories et algorithmes de base dans TOUS les domaines, sans jamais toucher aux détails en cours, ce qui permet au cursus de couvrir plus de distance dans le même temps, laissant à l’étudiant le soin de s’approprier les détails dans un domaine particulier.

    Toutefois, je répètes, ne sous-estimez pas les capacités du « data-mining » qui consiste à raccorder toutes les données laissées sur le web par une adresse IP qui se recoupe, rechercher géographiquement la zone de résidence, et de faire un recoupage social avec l’annuaire à ce moment là.

    Je vous encourage a lire mon commentaire plus bas qui explique que même utiliser un serveur proxy public ne vous protège pas. En effet, l’interception de données entre le proxy et l’abonné reste possible. Et un seul serveur proxy peut également être piraté de façon à obtenir l’information aussi. Surtout si ce serveur est hébergé à l’étranger, où les pirates n’auront pas le souci de se faire prendre.



  • goeland86 4 octobre 2009 02:23

    L’article parle des adresses IP dynamiques comme d’une parade à la detection en ligne.

    Il n’y a rien de plus faux : les fournisseurs d’accès internet, en France comme aux Etats-Unis gardent pour une durée plus ou moins longue la concordance entre l’adresse IP et l’abonné avec la période ou l’abonné a utilisé cette adresse. Ceci permet donc a toute autorité, ou même enquêteur privé d’obtenir le nom et autres informations connues par le FAI de l’abonné connu uniquement par une heure, date et adresse IP.

    Le seul véritable moyen de ne pas pouvoir être suivi en ligne est une combinaison d’un réseau de proxys (pluriels !) et de chiffrage entre les proxys eux mêmes et entre le dernier proxy et l’abonné.

    Pour achever cet objectif il existe un projet libre (open-source) nommé Tor : The Onion Router

    Les guides d’installation existent pour tous les systèmes d’exploitations majeurs (Windows, OS X et plusieurs distributions Linux), sont très compréhensifs et fournissent un plugin pour Firefox afin de faciliter la configuration pour l’accès au web. Je le recommande à tous, et si vous avez également de la bande passante inutilisée je vous encourage à la partager.

    En effet, Tor est un système de proxy tel le réseau P2P, ou les serveurs anonymes sont des utilisateurs avec des connexions à haut débit dans les deux sens - il ne suffit pas de simplement télécharger les données du web, il faut en effet les rediriger (après chiffrage bien sur) vers l’utilisateur qui les a demandées.

    A moins que vous ne soyez extrèmement compétents dans le monde informatique, et du hacking en particulier (auquel cas vous avez entendu parler de Tor depuis longtemps ou n’en avez pas besoin), Tor représente le seul moyen sûr et libre de surfer le web de façon anonyme.



  • goeland86 13 septembre 2007 17:47

    Tres interessant, malgre les nombreux anglicismes (je sait, je suis bien place pour les voir, etant aux US).
    Dommage que l’article ne fasse pas mention du maniaque de tout partager, Richard Stallman. D’un cote certains Americains voient Stallman, et la plupart des ideaux open-source comme un revient du communisme, et d’un autre cote, de plus en plus d’industries s’en emparent. Drole de paradoxe. Et puis il y a aussi les cas ou la menace de basculer dans l’open-source negocie des contrats plus bas, par example dans le cas de l’etat du Massachussets, ou de certaines villes europeenes dont la mairie annonce la decision de passer le systeme informatique a une base linux, et Microsoft, effraye, offre des prix extremement rabaisses.
    La communaute scientifique est unanime quand aux benefices du modele de partage gratuit, ne serait-ce qu’avec wikipedia, dont les pages scientifiques, plutot que des sciences sociales, sont parmis les meilleures ressources disponibles pour plusieurs sujets. Les pages informatiques, bien sur, sont bien fournies et avec une minutie de details qui mettent Britannica hors de la course dans le domaine. Idem pour la physique, les maths, la chimie ou biologie, puisque ces sciences sont basees sur des faits, non des opinion, et ne peuvent donc pas etre contrariees. A mon avis ce n’est plus qu’une question de temps avant que l’economie ne tourne completement le dos au modele de brevets. Il y a un siecle le modele de brevets pouvait fonctionner, ou il etait relativement aise de creer un outil ou proces radicalement nouveau, et le brevet assurait non seulement un certain revenu, mais aussi une page dans l’histoire a l’inventeur. Puis, dans la guerre froide, les decouvertes faites etaient souvent sous contrats gouvernementaux, qui empechaient l’application de brevets pour la recherche. Cette periode de l’histoire, ou bien des avancees technologiques et scientifiques ont etees faites, est bien vide de brevets, par rapport a l’entre-guerre. Malgre le vide de brevets, le nombre de decouvertes est bien plus grand, ce qui rend le systeme de brevets pour certaines sciences completement obsolete, puisque les nouvelles decouvertes ne peuvent plus se faire par un individu sans acces a la recherche des decouvertes precedentes. Pareil pour la physique. Que ferait le CERN si il y avait un brevet sur l’idee d’un accelerateur de particules ? Ou Roche, ou Vichy, si l’usage d’un microscope requerrait un brevet ? Les nombreuses compagnies qui se « protegent » en passant des brevets, ne sont en fait qu’en train d’aiguiser leur arsenal legal pour demanteler la competition. Il est temps que l’economie se rende compte que la competition economique n’est pas aussi indispensable que la recherche scientifique. Evidamment c’est une idee utopique, mais les utopistes ne font-ils pas avancer le monde ? (Jules Verne et marcher sur la lune, Icare et voler, Leonardo de Vinci et ses nombreuses inventions, et bien d’autres que l’histoire a ignore)



  • goeland86 1er juin 2007 00:15

    Il est interessant pour moi, etant expatrie aux Etats-Unis et devant etre sous surveillance constante, de me rendre compte que les Francais, alors que pour bien longtemps effrayes de compagnies privees obtenant leurs informations, commencent a etre effrayes par le gouvernement collectant ces informations. J’espere seulement que dans la bataille menee pour les droits a la vie privee, que les Francais ne laisseront pas les compagnies se saisir de ces memes informations pendant que les peurs creees par le gouvernement distraient l’attention !

    Aussi, pour ceux qui tiennent a leur vie privee sur la toile, je suis un grand fan de Tor, qui, en combinaison avec Privoxy permet d’anonymiser les packets de donnees transmis depuis un ordinateur. Le site web est en anglais, mais je pense qu’il se trouveras bientot une traduction des instructions. Le site web est dans l’entete.







Palmarès