Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox Mobile

gogoRat

gogoRat

citoyen français

 participant à :  http://okidor.free.fr/reflects/
________________
marotte principale pour agir :
Objectif :
  • une reconnaissance officielle d'un égal poids d'expression publique attribué à chaque citoyen-français (ie : en âge d'assumer son expression publique autant que les lois officielles en vigueur).
     ( Chacun pouvant à tout instant réajuster cette expression publique qu'il a la responsablité morale d'assumer personnellement )

    Nota Bene :
     on distingera légitimité morale (d'appréciation individuelle) de légalité officielle (ce qui est procédurièrement licite) et de 'reconnaissance officielle' (qui n'est pas nécessairement caution implicite, mais plutôt prise en compte actée ) !
     
Le contre-pouvoir à mettre en place ? des cahiers de doléances permanents - à faire officialiser !
10000 points permanents de 'reconnaissance officielle' à chaque citoyen
(en fait peu importe le nombre pour peu que ce soit strictemement le même pour chaque électeur)  :
à répartir à tout moment entre des doléances existantes
(par initiatives individuelles antérieures) ou à rédiger de sa propre initiative ... 
 Les doléances ayant recueilli le plus de points devant être traitées en priorité par les détenteurs officiels du Pouvoir : élus ou dictateurs, ils ne pourront pas les ignorer devant le Monde et l'Histoire ...
 
 
 
 esquisse de brainstorming collectif, par ce "framapad"  :
 http://lite3.framapad.org/p/2OVC8AvGrv&nbsp ;&nbsp ;&nbsp ;
( apportez-y vos idées sans même vous inscrire : chaque modification y est archivée en permanence )

___
 présentation globale de KDO
___
un Kdo-fork bien outillé (wiki)
... dans ggouv.fr
+ mindmap
présentation interactive
 
 
 



Tableau de bord

  • Premier article le 30/07/2010
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 1 958 19
1 mois 0 31 0
5 jours 0 10 0



Derniers commentaires

  • gogoRat (---.---.---.160) 4 août 01:03
    gogoRat

    Singularité ? 
     Voilà bien un singulier nom de baptême pour un concept !
     
     Les associations d’idées attachées intuitivement à l’usage courant du mot ’singulier’ devraient inciter à se demander si cette appellation ne révèle pas une sorte de lapsus trahissant certains ressorts douteux dans les motivations à voir émerger une telle ’singularité’.

    2 acceptions du mot :

    • Littéraire. Qui est unique, particulier, ne concerne qu’un seul individu : Toute vie est singulière.
    • Qui attire l’attention par son caractère étonnant, étrange, curieux : Un homme singulier qui n’a pas fini de nous surprendre.

     

     Toute vie est singulière, certes. Mais le phénomène de la Vie, n’est-il pas essentiellement pluriel ? ...
     ( à commencer par un certain ’Big Bang’ qui aurait transformé un infime point de presque rien en une quasi infinité de particules se baladant aléatoirement dans un univers en expansion ... et se complexifiant au gré de rencontres entre ’clés’ et ’serrures’ de plus en plus étonnement élaborées ...)
     
     
     La fleur de nos esprits scientifiques éclairés, qui n’a de cesse de prendre toutes ses distances avec les mystères, le sacré, l’inconnu, l’inexplicable, le miracle ... rêverait donc en fait de se faire surprendre par un stade étrange et curieux ? 
     Intéressant à noter !

     
     L’intérêt pour ce stade de singularité est-il démocratiquement partagé ?
     Par qui est pour qui est-il espéré ? Pour une minorité ’en avance’ ou pour l’ensemble des humains-tranhumanotori ? (cf ’morituri te salutant’ )
     
     Si ceux qui visent à atteindre cette singularité avancent sans chercher au préalable à obtenir l’aval des autres, c’est bien alors hors de l’idéal démocratique : démarche orgueilleuse et péremptoire qui jurerait de dépasser l’équilibrage multi-millénaire jusqu’ici reconnu au processus darwinien de ’sélection naturelle’. 
      Les plus ’rusés’, les moins précautionneux et scrupuleux accèderaient ainsi à la vie éternelle ?
     Pour y faire quoi ? On souhaite bien du bonheur sans fin à cette bande de loups mutants (seuls leurs gènes subsisteront ... si c’est logiquement réaliste smiley) ) prêts aux perfidies les plus étonnantes, étranges et curieuses pour arriver à des fins qu’ils avouent déjà ne même pas savoir imaginer ! 

  • gogoRat (---.---.---.51) 25 juin 11:33
    gogoRat

     L’espionnage, les indiscrétions  : un verre d’eau ? 
     
    --------------- 
     
     sur le plan matérialiste :

     
     ce serait ignorer le pouvoir premier de l’information : plus efficient que le pouvoir politique (au sens large), lui-même plus efficient que l’argent, lui-même plus efficient que la force brute .... !
     
     Il faudrait alors passer à la trappe, secrets d’états, secrets stratégiques, secrets industriels, secret de l’instruction, confidentialité des sources , secrets de Recherche ... autant que secrets d’alcôve !
     Sacrée révolution ! Chiche ? 
     
     Difficile de croire qu’une telle révolution soit en marche ! Qui sont les naïfs ?!
    ------------------ 
     
     sur le plan moral, civilisationnel, culturel, ou même seulement de la pertinence intellectuelle : 
     - cf C. Dejours parlant de ’banalisation du mal’ et d’inversion des valeurs ...
     
    rappel de vocabulaire :
     - http://www.larousse.fr/dictionnaires/francais/indiscr%C3%A9tion/42638
     
     Je maintiens : vanité prétentieuse et manque de respect !
     
     Que faire d’une prétendue ’civilisation’ (hôpital qui se fout de la charité) qui se gausse de la politesse (réserve, retenue, discrétion) ? La politesse, autre nom du ’savoir vivre’, étant la clé du vivre ensemble. 
     Sans compter, pour qui vouerait un culte à l’intelligence ( cf anglicisme smiley) ) que les gens avisés ne sauraient oublier que toute mesure impacte l’objet mesuré : lorsque chacun devra se considéré épié en permanence, poussé à se la jouer en permanence, en représentation et comme sur les feux de la rampe à chaque instant, sans plus aucune intimité, restera-t-il des hommes ?
     ( Qui prétendrait démontrer qu’un parallèle (voire ellipse smiley ) avec la notion de décohérence quantique ne saurait avoir aucune pertinence  ? 
     cf wikipédia : ’Naturellement, le fait de mesurer volontairement un système quantique provoque des interactions nombreuses et complexes avec un environnement constitué par l’appareil de mesure. Dans ce cas, la décohérence est pratiquement instantanée et inévitable.’ )

  • gogoRat (---.---.---.159) 25 juin 01:19
    gogoRat

     Au-delà du ridicule des postures de vierge effarouchée de nos ’représentants’ au pouvoir, cette tentative (certainement orchestrée, et tant mieux !) de mobiliser l’attention du public sur cette question cruciale et stratégique des indiscrétions, atteindra-t-elle son objectif ?
     
     Rien n’est moins sûr !
     Bertrand Russell disait :
     « La plupart des gens préféreraient mourir que de réfléchir. C’est ce qu’ils font d’ailleurs. »
       
     Les deux principaux poncifs opposés à cette mobilisation des consciences sont connus, et jouent très efficacement leur rôle soporifique sur la conscience :
    - 1° poncif : ’rien à faire d’être espionné, je n’ai rien à me reprocher ’
     (sous-entendu : ceux qui s’inquiètent des indiscrétions ont des choses à se reprocher )
     
    - 2° poncif : ’Ceux qui se croient espionnés ou craignent que des indiscrétions ne risquent de leur nuire sont des paranos’
     
     
     Pour faire court, (au moins dans un premier temps) je dénoncerai deux graves fautes de jugement communes à ces deux poncifs.
      D’abord une vanité prétentieuse :
     - concernant le 1° poncif, dans un groupe humain, quoiqu’il soit bon de ’se connaître soi-même’, il est bon aussi de ne pas ignorer qu’autrui a d’autres angles de vue et d’autres critères pour prétendre à son tour nous connaître ...
     La confrontation des deux prétentions (la mienne, qui crois me connaître, contre celle des autres qui croient me connaître) a toutes les ’chances’ (ou malchances ?) de donner lieu à quelques surprises ...
     - concernant le 2° poncif :
     qui, (hormis un psy chevronné, dûment informé, dans l’exercice de ses fonctions, ...) saurait déclarer fraternellement que vous êtes parano ? Quelqu’un qui vous connaît parfaitement ? cf ci-dessus ! ( ou quelqu’un qui croirait parfaitement vous connaître parce que, précisément, il se baserait sur des indiscrétions vous concernant ?  smiley 

     Seconde faute de jugement :
     manque de respect envers le libre-arbitre, la pudeur et l’intimité d’autrui.
     Et cette faute n’est pas seulement morale. Elle est une entrave à l’approfondissement de la remise en cause personnelle. Stratégiquement parlant, il est aussi peu avisé de sous-estimer que de sur-estimer. Pourquoi écarter l’adage ’ à malin, malin et-demi’. (cf vanité prétentieuse _ Les infos obtenues par indiscrétion ne peuvent-elles pas être tantôt contrôlées consciemment par la cible de l’indiscrétion, tantôt mal interprétées par ceux qui y apporteront foi ? ) 

  • gogoRat (---.---.---.159) 24 juin 14:50
    gogoRat

     @Jacques-Robert SIMON

     Autant pour moi : le terme ’conviction vraie’ n’est pas répertorié dans le dictionnaire. La seconde acception du seul mot ’conviction’, donnée par Larousse, aurait pu suffire, mais j’espérais la distinguer ainsi des autres acceptions et surtout de ce que l’on peut communément entrevoir comme n’étant que des ’convictions affichées’, susceptibles d’être entachées de quelque fausseté.
     La conviction ne se discute pas. Pas plus que la conviction d’une nécessité de convictions ... pouvant mener autant au ’meilleur’ qu’au ’pire’ en passant par ’cohérences’ ou ’incohérences’ : jugements relevant de l’opinion ? de la conviction ? de la démonstration mathématique ?
    (’Des goûts et des couleurs on ne discute point’). On peut choisir de garder pour soi certaines convictions, mais, par nature, il est cohérent qu’elle soient défendue . M’est avis qu’une conviction qui se laisserait aller à des compromis au gré des discussions n’en serait pas tout à fait une, ou bien alors une transformation aurait donné naissance à une nouvelle conviction.
     
     Je témoignerai de la conviction que lorsqu’on vise à une démocratie, le respect d’autrui et la quête d’une conscience de ce que Rousseau nommait ’volonté générale’ incitent à s’intéresser aux convictions de ses compatriotes. Le théorème du jury de Condorcet semblant donner quelque cohérence à cette attitude, en considérant bien entendu, que chaque participant s’attache à opiner indépendamment, par lui-même : ce qui, je suis bien d’accord, est fondamentalement incompatible avec la ’logique’ (actuelle) des partis.

  • gogoRat (---.---.---.159) 24 juin 11:53
    gogoRat

    @gogoRat
    correctif :
      Ce qui serait plus louable serait d’avoir des convictions vraies

LES THEMES DE L'AUTEUR

Economie Fiscalité Scandale






Palmarès