Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox Mobile

gogoRat

gogoRat

citoyen français

 participant à :  http://okidor.free.fr/reflects/
________________
marotte principale pour agir :
Objectif :
  • une reconnaissance officielle d'un égal poids d'expression publique attribué à chaque citoyen-français (ie : en âge d'assumer son expression publique autant que les lois officielles en vigueur).
     ( Chacun pouvant à tout instant réajuster cette expression publique qu'il a la responsablité morale d'assumer personnellement )

    Nota Bene :
     on distingera légitimité morale (d'appréciation individuelle) de légalité officielle (ce qui est procédurièrement licite) et de 'reconnaissance officielle' (qui n'est pas nécessairement caution implicite, mais plutôt prise en compte actée ) !
     
Le contre-pouvoir à mettre en place ? des cahiers de doléances permanents - à faire officialiser !
10000 points permanents de 'reconnaissance officielle' à chaque citoyen
(en fait peu importe le nombre pour peu que ce soit strictemement le même pour chaque électeur)  :
à répartir à tout moment entre des doléances existantes
(par initiatives individuelles antérieures) ou à rédiger de sa propre initiative ... 
 Les doléances ayant recueilli le plus de points devant être traitées en priorité par les détenteurs officiels du Pouvoir : élus ou dictateurs, ils ne pourront pas les ignorer devant le Monde et l'Histoire ...
 
 
 
 esquisse de brainstorming collectif, par ce "framapad"  :
 http://lite3.framapad.org/p/2OVC8AvGrv&nbsp ;&nbsp ;&nbsp ;
( apportez-y vos idées sans même vous inscrire : chaque modification y est archivée en permanence )

___
 présentation globale de KDO
___
un Kdo-fork bien outillé (wiki)
... dans ggouv.fr
+ mindmap
présentation interactive
 
 
 



Tableau de bord

  • Premier article le 30/07/2010
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 1 927 19
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0



Derniers commentaires

  • gogoRat (---.---.---.64) 5 juin 13:39
    gogoRat

    @alinea
     fort bien vu alinea, mais attention ! , en concluant ’je suis pessimistes’ vous faites le jeu des auto-proclamés ’méritants’ , ’optimistes’ qui ont troqué le vocable torve de ’sinistrosés’ contre celui de ’déclinistes’ ...
     
     Pour aller dans le sens d’un optimisme paradoxal il suffirait sans doute de s’exercer à un regard transformé, car lorsque vous dites :
    ’Mieux qu’une grève générale, ils pointeraient l’absurde de notre société ! Mais cela n’est même pas une utopie, c’est impossible ...’
     rien n’est moins sûr !
     Certes, ce ne sont pas ’ tous ceux qui bossent et qui jalousent « l’assisté »’ qui le font, mais il se pourrait bien qu’un pourcentage grandissant de nos compatriotes, privés de boulot ou ayant résisté à la prostitution (cf ’se vendre’) du marché de l’emploi, sachent parfaitement pointer l’absurde de notre société en assumant leur fierté de ne pas (ou de ne plus) participer à la mascarade générale :
    non ce n’est pas impossible. 
    Mais, pour l’instant encore chut ! car c’est justement en ne cherchant pas à faire la révolution, en obéissant sagement aux injonctions et aux souhaits de ceux qui les déclassent et les maintiennent sur la touche, en laissant jouer entre eux les optimistes méritants ... que les invisibilisés participent à la mise en évidence du ridicule institutionnalisé.

      Nous manquons d’outils dites vous ?
     devant l’absence encore quasi totale de participation collaborative à des suggestions comme celle des cahiers de doléances pondérés ... on serait plutôt enclins à estimer qu’on manque plutôt de réelle conviction démocratique pour élaborer les outils qui nous font défaut.

     

  • gogoRat (---.---.---.238) 2 juin 14:10
    gogoRat

    Bonjour @Andy,

     votre réponse semble ignorer la portée de la réponse qui y est déjà faite dans ma ’conclusion’ précédente !
    un peuple ne peut avoir que la démocratie qu’il mérite !

     Là encore, les pessimistes, (’déclinistes’ diraient nos ’élites’ ? ) ou ceux qui (comme vous ?) n’ont en fait aucune foi en l’idéal démocratique et en les capacités du commun de la population, pourront avoir tendance à interpréter cela comme une prétention de prise de hauteur dédaigneuse d’un bas-peuple.
     
     Mais la plus élémentaire logique pourrait par contre inciter à bien vouloir envisager que, qui a pris la peine de détailler une suggestion (fut-elle complexe - et même, a fortiori) pour la soumettre à la sagacité de celles et ceux qui voudraient bien collaborer collectivement, doit avoir un minimum de confiance respectueuse en la capacité d’entendement du commun de ses semblables ....

     Si je (ou mon avatar) n’est ni ’pessimiste’, ni ’décliniste’, ni incapable de maîtriser les complexités que nous devons maîtriser, ni naïf et sot au point de ne pas savoir faire face aux risques de détournement de toute idée et toute entreprise qu’il estime intéressante ... pourquoi faudrait-il que les autres soient forcément atteints de tares qui les condamneraient tôt ou tard à devoir s’en remettre aux esprits éclairés de dictateurs ?
     La question reste ouverte : à chacun d’y répondre individuellement ... et c’est peut-être pour en évaluer la réponse qu’il serait judicieux de co-inventer et co-réaliser des cahiers de doléances permettant à chacun et à tous d’éviter la prétention, incohérente, d’y répondre tout seul .

  • gogoRat (---.---.---.238) 2 juin 13:27
    gogoRat

    même Harpagon, adorateur du fric devant l’Etrnel, était en pâmoison devant la fameuse maxime :
    ’il faut manger pour vivre, et non pas vivre pour manger’

     Nos donneurs de leçons seraient-ils incapables de transposer :

    • ’Il faut avoir du fric pour vivre, et non pas vivre avoir du fric’
    • ’Il peut paraître efficace de se prostituer pour avoir du fric, mais c’est encore moins honorable de vivre pour se prostituer’
    • ’Il peut paraître efficace d’abêtir les consOmateurs pour créer des clients afin de créer des postes de prostitués afin d’obtenir du fric pour soi-même ; mais il est infâme d’obtenir du fric pour abêtir ses proches et les inciter à ’se vendre’ !
    • etc ...
  • gogoRat (---.---.---.238) 1er juin 12:34
    gogoRat

    Serait-ce détourner le sujet que de rappeler ici la suggestion de cahiers de doléances permanents en temps-réel exposée dans le profil de l’avatar Gogorat ?

  • gogoRat (---.---.---.238) 1er juin 10:05
    gogoRat

     Hé oui, ’sport’ et politicaillerie sont les deux faces d’un même attrape-nigauds
     mais ne jouons les naïfs : le phénomène est connu depuis la nuit des temps ... ou presque.
     J’en veut pour preuve la fameuse formule : 
     - que demande le peuple ? - panem et circences !
     
     Les érudits vous diront qu’il serait naïf de croire que le circenses ne faisait allusion qu’aux aspects purement ludiques des jeux du cirque ( déjà tout de même plus matures - avec des enjeux directs de vie et de mort pour les gladiateurs - que nos amusements passifs avec des professionnels payés pour courir après des baudruches remplies de vent  !). En fait, déjà le populos était bien autant motivé par les paris que par les performances des esclaves, dans ce circenses .
     
      Nombre de nos politicailleurs, arrivistes, voire à la limite un rien machiavéliques, le savent si bien qu’ils ont démarré leur carrière politique en gravitant dans les sphères du ’sport’ à la française .
     
     Par contre, ce qui s’est certainement perdu, c’est ce que recouvre ce mot anglais, malheureusement intraduisible en français, de fair-play.
     Wikipédia nous propose cette remarque :
    ’Sébastien Nadot considère que le fair play est né de deux mondes a priori antagonistes : celui de la guerre et celui de la courtoisie, deux arts pratiqués simultanément par les chevaliers médiévaux.’
     
     Où, sinon dans nos rêves, inavouables tant ils seraient considérés aujourd’hui comme ringards, pourrait-on chercher un esprit chevaleresque ?

LES THEMES DE L'AUTEUR

Economie Fiscalité Scandale






Palmarès



Agoravox.tv