• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

goufio

Cet auteur n'a pas encore renseigné sa description

Tableau de bord

Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 0 4 0
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Derniers commentaires


  • goufio 11 avril 08:07

    @smilodon

    Les 57 % sont des dépenses publiques par rapport au PIB (en 2016 : 2 .488 milliards d’euros) soit 1.418 milliards de dépenses publiques. Les recettes fiscales (ce que vous appelez les impôts) sont les recettes provenant des impôts qu’ils soient directs et indirects. Les recettes fiscales sont des recettes majeures car elles représentent plus de 90% de l’ensemble des recettes de l’État. A titre d’exemple, en 2016, les recettes fiscales nettes devraient représenter 288 milliards d’euros soit 11,58 % du PIB (sur un total de recettes de 292 milliards d’euros). Le solde budgétaire en 2016 est négatif à 73 milliards d’€, donc la France empruntera ce montant sur les marchés financiers essentiellement auprès de particuliers (en France détenteurs de contrats d’assurance vie en euros 80 % des 1.600 milliards détenus), auprès d’étrangers pour plus de 60 % (fonds de pensions, pays pétroliers etc) mais pas auprès des banques contrairement à ce qui est écrit trop souvent sur les réseaux sociaux. Les dépenses sociales sont de l’ordre de 620 milliards € et comprennent les retraites pour environ 240 milliards Etc

    http://comptespublics.fr/budget-de-letat/recettes-de-letat/recettes-fiscales/


  • goufio 11 avril 07:43

    Au début, il y eu l’esclavage, ensuite il y eu la reconnaissance de dette qui a réduit de nouveau à l’esclavage, il y eu ensuite la remise des dettes tous les 7 ans puis lors du jubilé, puis une longue période de retour à l’esclavage et de nouveau le retour des dettes réduisant à l’esclavage nos contemporains. Tous les prétextes sont bons pour l’esclavage. A chaque fois, l’esclavage aurait pu s’appeler impôt 


  • goufio 11 avril 07:32

    @franck milo

    L’état ne créant pas de richesse, il n’y a que le secteur marchand pour en créer, à partir du moment où l’état donnerait quelque chose, cela veut dire qu’il prend moins. L’état n’a donc pas donné 50 milliards aux entreprises, il leur a pris moins c’est cela qu’il fallait comprendre ; et encore moins au président du MEDEF
    En toute sympathie

  • goufio 7 juillet 2012 20:23

    Il est en effet absolument nécessaire que nos dirigeants européens reviennent à la réalité. La seule solution à la crise de l’euro est d’organiser une monnaie commune comme elle aurait due être faite initialement et non une monnaie unique. Ainsi chaque pays revenant d’une manière organisée à sa propre monnaie nationale acceptant en même temps des taux de change flexibles. Il devra être parallèllmeent interdit à tout pays d’avoir recours à l’émission monétaire et au recours à la dette. Il faudra aussi fermer les banques centrales nationales. 







Palmarès