• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Gugusse

Cet auteur n'a pas encore renseigné sa description

Tableau de bord

Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 0 6 0
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Derniers commentaires


  • Gugusse 15 avril 2008 12:55

    Très beau texte, mais dommage qu’on aborde l’économie sans parler des ressources...

    L’hypothèse la plus vraisemblable n’est même pas effleurée : une difficultés constante à assurer l’approvisionnement, l’impossibilité de faire croître les quantités d’intrants, bref, une crise écologique et économique...

    Je suppose que vous avez lu l’Avènement de la Démocratie de Marcel Gauchet ?

    Bien à vous Gug


  • Gugusse 7 mars 2008 15:00

    Et j’insiste, simplement pour préciser.

    Ce que je veux dire dans le dernier paragraphe, et peut-être me suis-je mal exprimé, c’est que compte tenu de la situation sur le front énergétique, il vaut beaucoup mieux aborder de tels défis avec une population qui ne décroît pas à grande vitesse, parce que cela ne fait qu’ajouter aux problèmes, que je décris. On aura assez de problèmes comme ça ! Il faudra des bras et des cerveaux pas encore trop âgés en suffisance pour faire front et soutenir l’ensemble de la société dans ces circonstances difficiles. Croire qu’une diminution aussi rapide que possible est la meilleure solution de toute façon est simpliste et dangereux. D’où ma réflexion sur l’obscurantisme d’une certaine écologie (politique), qui ne voit pas plus loin que le bout de son nez ... rassurez-vous je suis moi-même mandataire écologiste...

    Et aussi : je ne suis aucunement partisan d’un contrôle de la natalité. La baisse de la natalité humaine (-50% ces 35 dernières années) est un processus intrinsèque. Il n’y a pas à être pour ou contre, il se passe, c’est tout. La grande différence avec d’autres séquences passées (Kondratiev), c’est qu’au cours de ce cycle-ci, nous avons changé de régime démographique, ce qui est sans précédent dans l’histoire. Et tout écologiste que je suis, je tiens à préserver ce nouveau régime, ne fut-ce que pour le rôle décent qu’il permet pour les femmes, par exemple, qui ne sont plus obligées de pondre 6 fois par vie pour faire pendant à une forte mortalité.

    Bien à vous Gugusse


  • Gugusse 7 mars 2008 13:53

    Je regrette de devoir préciser que mon dernier paragraphe n’est pas du tout hors-sujet. Dans une société qui manque de sources énergétique, l’huile de bras sera très nécessaire. Encore faut-il que les bras existent... et c’est là tout le problème


  • Gugusse 7 mars 2008 12:06

    L’article présenté a le mérite de poser un des enjeux méconnus et mal compris de notre temps.

    A première vue, il est inquiétant d’être si nombreux et, surtout, toujours plus nombreux. Derrière cette apparence se cache la vérité de notre époque : les populations humaines atterissent les unes après les autres dans le régime démographique « moderne » (faible mortalité, faible natalité, fécondité en dessous du seuil de renouvellement, espérance de vie longue). En gros, la croissance démographique s’affablit progressivement au point de devenir proche de zéro autour de 2050. Le vieillissement de la population humaine, d’ici là, va se généraliser, à l’exception de l’Afrique subsaharienne et du Nord de la pénisule indienne et de quelques autres poches, beaucoup plus restreintes. Mais même dans ces zones la population se stabilisera et vieillira bien avant 2100.

    Tant mieux, oui, nous ne sommes plus confrontés à l’explosion démographique. Certes. Mais il y a un petit hic. Une pyramide des âges trop brutalement inversée peut provoquer des dégâts économiques et des tensions intergénérationnelles dont nous n’avons même pas idée. Je vais tenter de vous expliquer le plus en détail possible.

    Admettons une pyramide des âges réellement pyramidale (plus on descend dans les classes d’âge, plus elles sont nombreuses). A indice de fécondité inchangé durant 3 ou 4 décennies, la population augmente de toute façon. Parce que les classes d’âge qui ne sont pas encore en âge d’avoir des enfants au début de la période considérée sont plus nombreuses dans l’absolu que la génération qui a déjà des enfants au début de la période considérée. Si l’indice de fécondité est par exemple de 2 enfants par femmes, étant donné qu’il y a plus de femmes dans la génération la plus jeunes, ces femmes engendrent plus d’enfant qu’aupravant, même si elles ont la même fécondité moyenne que leurs aînées. Cet effet s’appelle l’effet dynamique de la pyramide des âges.

    Mais attention, cette règle s’applique aussi dans l’autre sens ! La tranche d’âge 0-20 ans en Europe aujourd’hui est largement moins nombreuse que la tranche des baby-boomers (environ 20%). L’indice de fécondité moyen de l’UE est de 1,5 enfants par femme, soit les 3/4 de ce qui est nécessaire pour assurer à peu près le renouvellement de la population sur le long terme, sans prendre en compte l’allongement de la durée de la vie (facteur d’accroissement de la population, mais uniquement par vieillissement) et l’immigration. Si l’on imagine que cet indice de fécondité de 1,5 sera celui de la tranche 0-20 ans, étant donné que cette génération est moins nombreuse que la précédente, la diminution déjà entamée de la population s’aggravera dangeuresement, elle s’élèvera à ce qui manque, soit environ 25% de diminution en environ 30 ans (sans viellissement et sans immigration).

    Par contre, si cette jeune génération connaît un rétablissement progressif de son indice de fécondité de 1,5 aujourd’hui à 2 d’ici 2030, cette augmentation de la natalité d’une génération qui est déjà moins nombreuse que la précédente suffira tout au plus à enrayer quelque peu la baisse de la population d’ici 2030, et l’on pourra, si la fécondité se maintient à 2 après 2030, espérer stabiliser à peu près la population européenne vers 2060, soit une génération plus tard encore, et à un niveau inférieur d’environ 30% par rapport à aujourd’hui. Je me permets de vous rappeler que cette seconde hypothèse est, actuellement, très improbable. Les politiques familiales sont généralement déficientes en Europe (la France est une exception à cet égard) et, surtout, vu les problèmes énergétiques qui arrivent, la population européenne n’aura certainement pas envie de faire plus d’enfants qu’aujourd’hui. A moins que la pénurie de combustibles fossiles ne donne naissance à un style de vie moins consumériste et que les gens se rendent compte qu’avoir des enfants peut leur être utile. Ce serait une sorte de régime démographique « post-moderne ». (actuellement on fait des enfants parce qu’on a envie d’avoir des enfants ET si on a l’impression qu’on aura les moyens d’assurer leur éducation)

    Les dangers d’une dépopulation aussi rapide sautent aux yeux, y compris sur le plan écologique/environnemental. Déjà les premiers effets sont bien là. Malgré le chômage, il existe d’iinnombrables pénuries que personne n’arrive à expliquer. La raison est pourtant très simple. Il n’y a pas assez de gens dans la jeune génération pour remplacer les baby-boomers qui partent à la retraite. Cette pénurie de main-d’oeuvre souligne la totale inadéquation entre notre enseignement, notre économie et les besoins réels de nos sociétés vieillissantes.

    Multipliez par 10 ces problèmes de pénuries, les problèmes d’immigration (que l’on sera inévitablement tenté d’utiliser de plus en plus) ainsi que les problèmes géopolitiques (que faire si se font face un continent de vieux face à une Afrique subsaharienne jeune et 3 fois plus nombreuses qu’elle, et bien entendu pauvre comme job ? vous avez des solutions vous ?) et de retraite (40% de plus de 65 ans) et vous comprenez pourquoi l’appel au sursaut démographique prend tout son sens. Il vaudrait beaucoup mieux que le déficit démographique soit moins violent. S’il faut que la population humaine diminue, autant que cela se fasse progressivement et simultanément... un scénario idéal qui ne se produira pas, j’en ai bien peur, notamment à cause d’un certain obscurantisme vert... Beaucoup de verts n’ont pas l’air de se rendre compte que le naturel de l’homme est d’assurer le remplacement des générations...

    Gugusse


  • Gugusse 6 mars 2008 17:14

    Un cloisonnement ? Il faudrait d’abord lire les cartes des matières premières, vous constaterez vite qu’il ne peut pas être question de cloisonnement.







Palmarès



Agoravox.tv