• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Helicrysum

Cet auteur n'a pas encore renseigné sa description

Tableau de bord

Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 0 1 0
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Derniers commentaires



  • Helicrysum 20 septembre 2007 13:35

    Bonjour à Toutes et a tous,

    Tout d’abord, je suis assez d’accord avec Peldja (bien que je ne sais pas ce que vous voulez comme preuve de plus sur Milosevic et son régime dans son entreprise de nettoyage ethnique proche d’un génocide,... mais bon ! ...vaste et autre sujet ... ). Par contre pas du tout Ok avec Monique qui ferait mieux de ne pas abuser de la Slivo le matin avec son petit-déjeuner ! Bon je plaisante gentiment, mais sérieusement vous feriez peut-être mieux de vous pencher sur l’Histoire (passionnante) de la Yougoslavie et en particulier sur sa création avant d’évoquer ces histoires de complots à la « X Files » ; effet de mode en ce moment mais qui finissent par lasser à la longue.

    Pour commencer je vais peut-être en choquer certains, mais je pense que l’inpédendance du Kosovo est un très Mauvaise et Fausse « bonne » idée.

    Concernant l’argumentation // aux indépendances passées suite à l’éclatement de la Yougoslavie : Tout d’abord historiquement, à la différence des autres peuples de la Yougoslavie, le KOSOVO n’a jamais existé en tant que tel comme état, ou royaume, ou ce que vous voulez.... Si je voulais enfoncer le clou, je pourrais rappeler qu’au contraire, il a été le berceau Serbe. À la différence des autres états fédéraux « constitutifs » Yougoslaves (Croatie, Slovénie, Bosnie-Herzégovine, Monténégrin et Macédoine avec et malgré leurs minorités internes), le Kosovo a toujours fais partie de la Serbie en tant que province autonome (statut non respecté, il est vrai, par Milosevic). Il faut en effet être cohérent et réfléchir aussi sur les risques que ferait peser cette décision sur la paix et la stabilité dans les Balkans. Une indépendance du Kosovo entraînera sans nul doute une demande inverse d’indépendance de la part de la minorité serbe (et d’ailleurs pas que de celle-ci car il existe d’autres minorités non albanaises au Kosovo). Par ailleurs, si une province de la Serbie accède à l’indépendance, à ce moment-là, pourquoi pas la province du Sandjak (frontalière du Kosovo et du Monténégro) à forte minorité Musulmane (Musulmane dans le sens Slave islamisé comme les Musulmans de Bosnie) ? Et ainsi de suite, propager une situation de désagrégation à l’infini jusqu’à arriver à des dizaines ou centaines d’états timbres-postes... La Bosnie-Herzégovine serait ensuite la première cible et victime indirecte idéale à ce retour au nationalisme ethnique. Certains extrémistes nationalistes de tous bords là-bas développent déjà le discours suivant en vue des prochains élections : Si les Kosovars ont leur indépendance pourquoi pas les « serbes » de Bosnie et idem « croates » de Bosnie en Herzégovine ? Là-bas, pris individuellement les populations ont envie de travailler et de re « vivre ensemble ». Ou du moins de vivre côte à côte dans un état fédéral, le temps peut être pour 1 ou 2 générations de faire l’introspection des 200.000 morts et des atrocités passées. Un état d’esprit qui s’inscrit aussi dans une logique économique, un pragmatisme, ou du bon sens tout simplement, car la partition de ce pays est une aberration menant à un suicide économique ou du moins à la situation végétative actuelle. Mais (paradoxalement ?) dés qu’il s’agit d’élire leurs représentants, collectivement les vieux réflexes de méfiance et sécuritaire d’appartenance reprennent le dessus (ce qui pourrait changer avec les générations suivantes ... mais bon ... nous n’en sommes pas encore là malheureusement). Si d’aventure « croates » et « serbes » de Bosnie venaient ainsi à se séparer, voire à se rattacher à la Croatie et Serbie (presque) voisine, le prétexte d’indépendance du Kosovo aurait ainsi donné une victoire posthume aux Tudjman et Milosevic !! . Aberration géographique, historique (et économique comme dit plus haut), risque d’une radicalisation d’un état croupion « musulman », une catastrophe pour eux mais aussi pour nous si nous perdons de nouveau cette seconde occasion de défendre nos principes de laïcité et de citoyenneté. Dans ce cas-là, je vous encouragerais alors d’aller visiter Sarajevo avant qu’il ne soit peut-être trop tard. Une ville étonnante, malgré les plaies mal cicatrisées, ressentiments et différents encore non réglés, et qui reste encore aujourd’hui une « Jérusalem européenne ». Plus encore, je pense que la reconstruction matérielle et « immatérielle » de la Bosnie-Herzégovine d’antan est plus que jamais à l’ordre du jour : Un devoir, une nécessité, une priorité impérieuse alors que les fondamentalismes de tout d’abord tentent par tous les moyens de nous jeter les uns contre les autres dans une guerre de civilisation (qui n’aura pas lieu ... mais ca c’est mon coté optimiste !!!).

    La soif de liberté des Kosovars est légitime, comme l’est un certain ressentiment vis-à-vis de Belgrade. Mais réouvrir la « boîte de pandore » du nationalisme me semble à la fois à contre-courant de la construction européenne et un prix beaucoup trop cher à payer.

    Alors pourquoi ne pas imaginer un autre modèle de séparation ; plus souple, moins radical, le temps de donner du temps au temps (comme disait l’autre) et donner la chance à cette région de se développer harmonieusement avec ses voisins du Sud Est européen dont le souhait des peuples est, avant tout, d’intégrer un grand ensemble européen prospère.

    Ciao à Toutes et Tous

    JC







Palmarès