• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Hemilepistus

Cet auteur n'a pas encore renseigné sa description

Tableau de bord

Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 0 1 0
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Derniers commentaires



  • Hemilepistus 16 juin 2008 19:28

     

    Je sais bien que M-S Zeliche est trop poli et bien élevé pour répondre à certaines plumes bien énervées ici... Je m’excuse donc auprès de lui en postant quelques mises au point, tout aussi énervées...

     Monsieur le grand théologien Kabyle d’Espagne, l’évangélisme protestant, messianisme apocalyptique "millénariste", est bel et bien le versant « chrétien » de l’autre messianisme apocalyptique « islamique », le salafisme djihadiste ou proto-djihadiste. Sa présence en Algérie n’est nullement le fruit de contingences mais d’une stratégie prosélyte à l’échelle mondiale, manichéenne, guerrière (l’islam, religion et civilisation, complexe, tout à fait hétérogène et bien sûr critiquable, essentialisé et conceptualisé comme entité totalisante, n’est, pour eux, ni plus ni moins que l’Antéchrist, hé oui !). Cette religion évangéliste d’un pacifisme « désarmant » a ses entrées et ses centres d’influence dans le complexe industriel militaro-politique américain, petit fabricant de carabines destinées à la vente pour les paisibles chrétiens persécutés qui voudraient se prémunir des bombes atomiques musulmanes, comme vous l’avez si subtilement précisé. Elle est aussi le porte-drapeau le plus virulent de ce qu’on appelle le « christianisme sioniste », pas essentiellement protestant, loin de là.

     Dire que l’on s’inquiète que quelques habitants de l’intérieur algérien se convertissent comme par miracle à cette doctrine est preuve d’ « intolérance », de « fanatisme », de « pro-islamisme » ou Dieu sait quoi encore, nous répètent inlassablement les éternels donneurs de leçon et les spécialistes du « prêt-à-penser », cervelles lobotomisées et gavées de concepts pédants, stérilisées par un pseudo-humanisme new age, et un moralisme pervers (convocation pathétique des familles meurtries par le terrorisme islamiste) d’essence colonialiste (mot qui doit encore donner des cauchemars à notre cher Kabyle espagnol). Marteler qu’on est contre l’emprisonnement ou la persécution de ces « nouveaux chrétiens », mais bel et bien pour un débat ouvert et intransigeant avec eux sur les desseins et les origines de cette foi « évangélique », ne sert à rien, la « messe est dite ». Le manichéisme n’est pas l’apanage de l’évangélisme, loin de là…

     Boudjedra, dans un récent billet, disait que les intellectuels (ou pseudo-intellectuels) maghrébins instrumentalisés par une certaine propagande occidentaliste (accointances et alliances, parfois mafieuses, entre politique-média-gros capitaux, et même religion) portaient un regard « naïf » sur une liberté occidentale en carton pâte, derrière le seul vrai créneau (credo ?) porteur : la liberté totale et impérieuse de consommer.

     Boudjedra se trompe en partie. Il n’a jamais été question pour une bonne partie d’entre eux de naïveté (d’ailleurs l’intelligence ne subit pas bien longtemps l’épreuve de la naïveté, et certaines réponses ici le prouvent) mais bien d’une participation claire et consciente à une élaboration d’artefacts d’états fraîchement décolonisés, gouvernés par une logique consumériste et suiviste à tous les points de vue, avec une culture, une identité, et des valeurs réduits à de l’anecdotique, une suite de clichés plus vrais que nature, une devanture « civilisée » où le bon bougnoule triomphe du méchant fellagha, l’Arabe (ou le Berbère monsieur le Kabyle d’Espagne, il serait vain d’essayer d’imposer une hiérarchisation ethnique pour espérer l’entrée au club des « races élues ») lisse à tous les points de vue (religion, histoire, libération, etc.), bref le rêve de Sarkozy pour son Union pour la Méditerranée : la pleine liberté de la marchandise, la sanctification de l’idéologie capitaliste, la réduction de tout apport humain de la rive Sud à une main d’œuvre sous-payée qui la ferme et des intellectuels de cour à actionner à la demande, parfaits nouveaux goumiers des « arts et des lettres » (vous avez dit Sansal ?).

     Sansal, je ne me suis pas gêné pour le critiquer, d’autant plus que j’ai été un de ses défenseurs dans mon cercle restreint d’amis férus de littérature, à la sortie de son marquant Serment des Barbares. Le malaise s’est installé durablement ensuite, bien qu’un sentiment de « dés pipés » n’ait jamais été complètement absent lors de la lecture de son premier roman. Il avait quand même du style, le chien ! Que s’est-il passé donc avec Sansal ? Le couac, c’est quand ? Parce que même ses soutiens lettrés les plus hargneux avaient, avant son fumeux Village de l’Allemand, du mal à le placer et le vendre en tant qu’auteur maghrébin "hyper tolérant judéophile et qui ne fait même pas cas de la Palestine ou du passé colonial de l’Algérie" ! Bref un nouveau Ben Jelloun, en mieux même, beaucoup mieux ! Mais le Marocain très malin savait calculer, il avait au moins eu l’intelligence de savoir faire passer les pilules orientalistes ! Sansal, lui, ça serait comme un Céline (toutes proportions gardées) qui aurait cru dur comme fer que son seul talent aurait été d’insulter les juifs, les métèques, les chinois, et de glorifier les Allemands, alors que le « Ferdine », lui, savait qu’il avait du style, qu’il était tombé dedans quand il était jeune. Sansal a continué jusqu’au bout à enfiler ses histoires faites de bric et de broc, d’apologies sadomasochistes du colon, de simplifications malhonnêtes sur la guerre d’Indépendance, d’anti-islamisme hyper conventionnel, de pleurnichage sur le bon vieux temps des colonies, de zèle philosémite, alors qu’on ne lui en avait même pas demandé tant chez Gallimard. Puis l’idée de génie, la dernière liquidation avant inventaire qui s’est transformée en juteuse affaire, voilà : Les Bienveillantes à Sétif ! Le SS raffiné chez les barbares ! Badaboum ! Un officier nazi qui aide des Algériens obscurs et revanchards à se débarrasser du bon peuple de France et d’Europe. Un banlieusard parisien d’origine algérienne qui se suicide parce que son papa a envoyé des juifs au four crématoire ! Deux en un ! Qui dit mieux ?... Qui « osera » ? 







Palmarès