• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Hervé Darce

Hervé Darce

Cet auteur n'a pas encore renseigné sa description

Tableau de bord

  • Premier article le 12/06/2007
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 2 10 94
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : ordre chronologique





Derniers commentaires


  • Hervé Darce Hervé Darce 8 avril 2012 11:04

    Je suis content de rendre heureux un consommateur de politiciens. Votre remerciement me touche.

    Quelque soit votre soumission dans l’isoloir, je serai enchanté de plier l’échine avec vous pendant 5 années.


  • Hervé Darce Hervé Darce 24 juillet 2010 12:44

    Je suis bien conscient que la caste politico-economico-médiatique nous amène vers le totalitarisme. Elle promeut une idéologie poussée à son extrême, et soutenue par des idées tournant sur elles-mêmes :

    • Le droit de propriété comme droit à réduire à l’état d’esclave ceux qui en sont dépourvus ;
    • Le droit de la personne morale contre la liberté d’expression de la personne physique ;
    • Le droit d’auteur pour justifier le vol du peuple par des rentiers ;
    • Le droit d’émettre la monnaie pour piller, détruire les richesses des peuples ;
    • Le droit de la représentativité comme renoncement à réfléchir, à agir, à choisir son destin au profit du seul représentant politique.

    Mais l’article retourne comme un gant le mot totalitarisme. L’endroit devient l’envers, le haut devient le bas, la gauche devient la droite.

    Citation de Xavier Lemoine maire UMP de Montfermeil invité à l’émission « Ménard sans interdit » le 5 juillet [3:41 - 3:55] « Dans les banlieues, le désordre, il n’est pas d’ordre, il n’est pas euh... La cause n’est pas sociale, n’est pas économique, n’est pas urbaine. Ce n’est pas social, ce n’est pas économique, ce n’est pas urbain. La cause est d’ordre culturelle. Quand on dit culturel, on va toucher beaucoup plus loin, et pour pas dire des fois cultuel. Il faut aller jusque là. »

    Bien sûr pour cette caste, il est hors de question de remettre en question l’ORDRE social, l’ORDRE économique, l’ORDRE politique et toute remise en cause est un DESORDRE. Pour divertir les consommateurs et les détourner d’enjeux citoyens, la caste trouve chez le musulman un bouc émissaire bien pratique. En d’autres temps c’était le juif.

    Pouvons nous tirer des leçons de l’histoire ? L’histoire est-elle un éternel recommencement ? Jusqu’où la caste va-t-elle nous envoyer ?


  • Hervé Darce Hervé Darce 29 juillet 2009 09:31

    Le titre de propriété confère au détenteur une autorité sur l’espace de propriété. Libre au propriétaire d’exclure de ce dernier les autres membres de la communauté même s’ils ont participé à la valorisation de l’espace. Est-ce moral ? Est-ce juste ?

    Je considère que le principe d’égalité est un principe juste. Si le détenteur du titre de propriété baffoue le juste, comment peut-il se revendiquer d’être une autorité morale ? Le droit de propriété est-il un principe juste ?

    1° exemple : une maison

    Je conçois qu’il est juste de rétribuer les créateurs qui sont intervenus sur la construction d’une maison : le maçon, l’électricien, l’artisan qui fabrique des briques, l’architecte.... Il est juste que chacun ait une part dans l’utilisation de la nouvelle maison.

    Comment permettre au maçon, à l’électricien... d’avoir sa juste de part dans l’utilisation de la maison ? en lui permettant d’avoir une maison semblable par exemple. Le possesseur de la maison a un devoir envers tous les participants, celui de permettre à chacun d’avoir une maison similaire en taille et en décoration. Le salaire perçu par les créateurs de richesse ne reflète pas cette dimension.

    Je pense que les créateurs de richesses (ouvriers, artisans, employés...) sont volés lorsque :
    - ils ne sont pas possesseurs d’une maison similaire.
    - le détenteur du titre de propriété vend la maison sans en partager les fruits

    2° exemple : une bande de fréquences

    Je conçois qu’il est juste de rétribuer les créateurs de richesse qui sont intervenus dans la construction du réseau sans fil : les ingénieurs, les métallurgistes, les électroniciens, les ouvriers, les secrétaires... Comment peut-on licencier un créateur de richesse sans lui verser sa part légitime provenant du service rendu à la commmunauté ? S’il y a dividende à verser, c’est à chacun des créateurs y compris ceux qui sont licenciés. De plus les salaires sont grevés par des actionnaires absoluement inutiles dans le processus de création.

    Par un tour de passe passe, entre l’Etat et les détenteurs de papier sur lequel est marqué « euro », une personne morale entreprise détient un droit d’utilisation d’une bande de fréquences. Au nom de ce droit d’utilisation, comment peut-elle exclure les créateurs de richesses des bénéfices ? Le tour de passe est celui d’évincer les véritables créateurs de richesses et ceci n’est même pas réaliser au profit de la communauté.

    Dans une société les liens d’interindépendances sont nombreux et mondialisés. Je pense qu’il est nécessaire d’appliquer le principe d’égalité et non de propriété à tous les membres d’une communauté qui a la taille dorénavant de la Terre. Nous sommes tous responsables du bien être d’autrui à part égale. Les services, les produits, les ressources devraient être attribuées à tous selon le principe d’égalité.

    Je suis bien conscient de mes limites : mon article est « criticable », « confus ». Cependant, je remarque ce qui me semble des injustices. Comment un rentier oisif peut-il être rémunéré pour une propriété hérité qu’il n’habite pas ? Comment un salarié ne peut-il pas par ces revenus accéder à un logement décent ? Les injustices dans ce monde sont nombreuses. Il est nécessaire de revenir à la source des injustices et de ne pas hésiter à remettre en question même les choses les plus évidentes. Où sont nos représentants ? Où sont les juristes et les avocats ? Où sont les journalistes ?

    « La propriété étant un droit inviolable et sacré, nul ne peut en être privé, si ce n’est lorsque la nécessité publique, légalement constatée, l’exige évidemment, et sous la condition d’une juste et préalable indemnité ». article 17 de la déclaration des droits de l’homme 1789
    Bien, peut-on m’expliquer le devenir de ceux qui n’ont pas la chance d’être propriétaire ? Comment allez-vous expliquer au pauvre bougre non propriétaire l’article 1 de la déclaration des droits de l’homme 1789 ? « Les hommes naissent et demeurent libres et égaux en droits. Les distinctions sociales ne peuvent être fondées que sur l’utilité commune. » Pour l’un son droit sera inviolable, pour l’autre il ne sera que théorique.

    Certains ont reconnu Proudhon et c’est vrai qu’il m’a inspiré. Je ne l’ai pas cité par peur de lui faire du tort car sa critique de la propriété est beaucoup plus assurée. Manifestement, les commentaires semblent dire le contraire. Je ne voudrais pas que le lecteur s’arrête à un « sous produit de Proudhon » et je l’invite à découvir son livre « Qu’est-ce que la propriété ? Ou recherches sur le principe du droit et du gouvernement » téléchargeable sur la page web classiques.uqac.ca

    Merci à tous d’alimenter ma propre réflexion.


  • Hervé Darce Hervé Darce 13 juin 2007 07:04

    Même si je m’abstiens pour ces élections marketing, je refuserai de me taire.


  • Hervé Darce Hervé Darce 13 juin 2007 06:56

    Je devrais ajouter un autre adjectif : démocratie représentative marketing. Un peu long peut être !

    Je suis pour que le peuple vote les lois et non des représentants. Ainsi, je n’irai pas manifester inutilement dans la rue pour exprimer un désaccord puisque la majorité a décidé.

    Actuellement, les représentants et leur équipe de communication prépare le peuple avec la pédagogie de la soumission ou se passe royalement du peuple lorsqu’il exprime une idée contraire à l’idéologie dominante. Le traité constitutionnel européen est un exemple flagrant.

    Si tu considéres qu’émettre des idées et débattre sur des idées est inutile, tu remets en cause les fondements même de la démocratie. C’est lorsque l’idée devient majoritaire qu’elle s’applique dans une démocratie. Et moi, pauvre bougre que je suis, défend cette idée de démocratie directe même jusqu’à l’inutile.

    Je dis merci à tous qui m’ont soutenu. Vos commentaires de soutien me permet de penser que nous ne sommes pas seuls.

    Vox populi, vox Dei http://fr.wikipedia.org/wiki/Vox_populi

    Ne me demandez pas de trahir ma passion en participant à cette démocratie représentative marketing. Les marques actuellement à la mode sont Nicolas Sarkozy, Ségolène Royal et François Bayrou.







Palmarès