Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox Mobile

Hétérodoxe

Cet auteur n'a pas encore renseigné sa description

Tableau de bord

Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 0 341 0
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Derniers commentaires

  • Par Hétérodoxe (---.---.---.201) 8 septembre 18:57

    Moi, je connais un mec qui arrive à se lécher le coude.
    Et toi, tu lui lâches combien au mendiant ?
    Quant à ton médecin, sachant que tout l’argent qu’il touche est de l’argent public (libéraux, mais pas trop .. c’est l’Etat qui se charge de leur recouvrement, c’est l’Etat qui prend en charge les démarches administratives de relations avec leurs clients, c’est l’Etat qui leur assure leurs revenus en obligeant, par exemple, les certificats médicaux pour tout et n’importe quoi ), pour reprendre ton argumentaire, c’est facile d’être généreux à ce compte-là.

  • Par Hétérodoxe (---.---.---.201) 8 septembre 18:47

    Parmi les mendiants de ce monde se trouvent une palanquée de bons gros bofs bien de chez nous qui n’ont même pas l’excuse de la langue pour justifier leurs carences.

  • Par Hétérodoxe (---.---.---.201) 8 septembre 13:01

    C’est quoi ce féminisme de bas étage ??

    « La fonction présidentrielle autorise-t-elle l’humiliation publique, dès lors qu’il s’agit d’une femme ? »
    Quand Sarko a prononcé sa célèbre maxime : « Casse-toi pauvre con ». Qui s’est soucié du sexe de son interlocuteur ? Il serait donc tolérable d’insulter, dés lors qu’il s’agit d’un homme ?

    Parler d’humiliation quant à Trierwieller, c’est d’un comique. Elle a voulu monétiser son cul, comme le font de nombreuses femmes et a profité de la bonne soupe du pouvoir sans avoir eu à se présenter devant les électeurs, elle a juste sucé la bonne queue. Tant mieux pour elle. Mais elle en connait le prix, désormais. Le pouvoir public n’est pas partagé par les hommes, ils se battent entre eux pour l’obtenir. Et c’est parfois violent. Elle vient de recevoir la plus belle leçon d’égalité sexuelle : elle a gouté à la technique masculine de gestion des conflits. Les femmes font ça de manière plus sournoise du seul fait de leur faiblesse physique. Quand le physique ne joue plus (genre même catégorie de poids, à la boxe, par exemple) les femmes ne sont plus les gentilles oiselles qu’on veut bien nous vendre. J’aurais même tendance à les trouver plus « méchantes ».

    Quant au pouvoir de l’argent, tsss ... Les mecs veulent du pognon pour pouvoir avoir des femmes. Parce que les femmes aiment le pognon, parce qu’elles aiment ça. Point.
    Je n’ai jamais demandé à une amante combien elle gagnait. Elles me l’on SYSTEMATIQUEMENT demandé. Et quand les espérances ne sont pas satisfaites, la réponse est toute autant systématique : « Moi, tu sais, je veux un mec qui a de l’ambition », et pas l’ambition de sauver le monde, de gravir l’Everest ou de trouver la solution des équations de Shrodinger, l’ambition d’avoir du pognon.
    Quand j’enseignais, les filles étaient clairement plus vénales que les garçons. Ils pensaient sans cesse à elles quand elles pensaient à elles aussi.

    Bref, les filles et les garçons, c’est différent. Et chaque situation a ses avantages et ses inconvénients.

  • Par Hétérodoxe (---.---.---.201) 8 septembre 12:38

    C’est quoi ce féminisme de bas étage ??

    « La fonction présidentrielle autorise-t-elle l’humiliation publique, dès lors qu’il s’agit d’une femme ? »
    Quand Sarko a prononcé sa célèbre maxime : « Casse-toi pauvre con ». Qui s’est soucié du sexe de son interlocuteur ? Il serait donc tolérable d’insulter, dés lors qu’il s’agit d’un homme ?

    Parler d’humiliation quant à Trierwieller, c’est d’un comique. Elle a voulu monétiser son cul, comme le font de nombreuses femmes et a profité de la bonne soupe du pouvoir sans avoir eu à se présenter devant les électeurs, elle a juste sucé la bonne queue. Tant mieux pour elle. Mais elle en connait le prix, désormais. Le pouvoir public n’est pas partagé par les hommes, ils se battent entre eux pour l’obtenir. Et c’est parfois violent. Elle vient de recevoir la plus belle leçon d’égalité sexuelle : elle a gouté à la technique masculine de gestion des conflits. Les femmes font ça de manière plus sournoise du seul fait de leur faiblesse physique. Quand le physique ne joue plus (genre même catégorie de poids, à la boxe, par exemple) les femmes ne sont plus les gentilles oiselles qu’on veut bien nous vendre. J’aurais même tendance à les trouver plus « méchantes ».

    Quant au pouvoir de l’argent, tsss ... Les mecs veulent du pognon pour pouvoir avoir des femmes. Parce que les femmes aiment le pognon, parce qu’elles aiment ça. Point.
    Je n’ai jamais demandé à une amante combien elle gagnait. Elles me l’on SYSTEMATIQUEMENT demandé. Et quand les espérances ne sont pas satisfaites, la réponse est toute autant systématique : « Moi, tu sais, je veux un mec qui a de l’ambition », et pas l’ambition de sauver le monde, de gravir l’Everest ou de trouver la solution des équations de Shrodinger, l’ambition d’avoir du pognon.
    Quand j’enseignais, les filles étaient clairement plus vénales que les garçons. Ils pensaient sans cesse à elles quand elles pensaient à elles aussi.

    Bref, les filles et les garçons, c’est différent. Et chaque situation a ses avantages et ses inconvénients.

  • Par Hétérodoxe (---.---.---.201) 29 juillet 03:02

    Et pendant ce temps :
    http://www.leparisien.fr/economie/i...

    et c’est partout pareil. (On pourra constater que pas un seul gazaoui ne figure sur ce classement)
    Bien sûr, il ne s’agit pas de minimiser la souffrance des gazaouis, mais la ficelle est un peu grosse.
    « Voyez-vous braves gens, on peut vous affaiblir un peu : il y a plus malheureux que vous »
    Théorie du Choc ?!







Palmarès



Agoravox.tv