• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Hocinergies

Cet auteur n'a pas encore renseigné sa description

Tableau de bord

Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 0 1 0
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Derniers commentaires



  • Hocinergies 8 février 2008 18:40

     

    Quelques perles de ces politiques « hors du temps » :
    Philippe Vuilque, député des Ardennes, s’inquiète dans un communiqué diffusé mercredi de la "réforme annoncée de la lutte contre les sectes et de la remise en cause de l’action de la Miviludes.
    Il va même jusqu’à considérer qu’elle fait "un travail remarquable de prévention, d’information et de vigilance".
    Les faits :
    Quel simulacre ! Avec l’argent des impôts (plusieurs millions d’euros) la mission a systématiquement ignorée les travaux des sociologues et autres spécialistes !
    Elle s’en est tenu de façon impartiale aux témoignages pour le moins subjectifs d’anciens fidèles en mal de rupture. Ceci sans entendre l’autre partie ; ce qui est une atteinte grave à la présomption d’innocence, pilier de la démocratie.
    Enfin La Miviludes, dans sa forme actuelle, et les officines anti-sectes qui gravitent autour alimentent des campagnes de rumeurs comme les chiffres alarmants concernant les enfants qui avaient été annoncés.

     

    Pourtant, les déclarations (sous serment) faites par treize hauts fonctionnaires montrent qu’il n’existe aucun problème grave avéré lié aux minorités spirituelles ou thérapeutiques.  
    Jean-Pierre Brard, député (apparenté communiste) de Seine-Saint-Denis, vice-président du groupe d’études sur les sectes à l’Assemblée nationale, s’indigne : l’approche de Mme la Ministre revient à "piétiner inconsidérément le travail rigoureux et méticuleux accompli par la Miviludes", assurant que « les travaux des parlementaires et de la Mission ont toujours scrupuleusement respecté les libertés publiques et la liberté de conscience". Or c’est faux !
    Il est bon de rappeler que M. Roulet le président de la MIVILUDES est issu de la Commission consultative du secret de la défense nationale et a fait partie de l’IHESI, Institut des hautes études pour la sécurité intérieure, une institution fortement impliquée dans l’élaboration de la " Liste Noire ", dressée par la commission parlementaire de 1995, ce qui peut effectivement expliquer cette hostilité.
    De plus qualifier de « rigoureux « le travail de la MIVILUDES est une farce ! En décembre 2006, les Témoins de Jéhovah ont divulgué les documents des Renseignements généraux les concernant, obtenus par décision de justice. Ils s’étaient vu refuser l’accès à ces documents au motif que leur divulgation présentait " des risques d’atteinte à la sécurité publique ".La Cour Administrative d’Appel de Paris et le Conseil d’État ont donné raison aux Témoins de Jéhovah, estimant que ces documents étaient constitués " d’appréciations qualificatives très laconiques sur les effets de l’association sur les individus et la société " et présentaient un " caractère succinct et anodin ".
    Quel sérieux dans tout cela !
    Enfin M.BRARD a regretté que Mme Michèle Alliot-Marie, ministre de l’Intérieur, ait parlé de "laïcité intolérante" à l’égard des croyances et déplore qu’au nom de la liberté de conscience, elle remette en cause la lutte contre les sectes. (Parole de Staline ?!)
    Mme Alliot-Marie, poursuit-il, "a publiquement désavoué" la Miviludes, dont il est question de "recentrer le travail sur les mouvements dangereux, c’est-à-dire ceux ayant déjà commis des infractions pénales".
     Quelles infractions ??? Il ne précise rien puisqu’en fait il n’y en a pas !
    La ministre a confié au Parisien lundi, vouloir "décomplexer la lutte contre des dérives sectaires" et "assurer la liberté de croyance de tous". Dans la foulée, elle a affirmé que ce n’était "pas à la Miviludes de définir une politique, ni de mener des actions de répression".
    Pour M. Brard, "c’est piétiner inconsidérément le travail rigoureux et méticuleux accompli depuis des années par la Miviludes. C’est nier la nécessité absolue d’un travail de prévention et d’information sur les dérives sectaires. (...) Renoncer à cet indispensable outil d’investigation et d’alerte, c’est condamner les pouvoirs publics à l’aveuglement, c’est abandonner les victimes et leur famille".
     Quelles victimes ? Celles qui sont rémunérées et instrumentalisées pas l’UNADFI ?
     Que dire alors des victimes de l’Eglise catholique ou bien celles de toutes les confessions protestantes ???
    Jean-Pierre Brard, dit regretter en outre que « le président Nicolas Sarkozy mélange allègrement tous les principes républicains qui fondent la séparation des Eglises et de l’Etat » et va jusqu’à dire que ce dernier « confond tolérance et complaisance envers les sectes, Refusons le toilettage au kärcher de la loi de 1905 comme celui de la Miviludes", conclut le député.
    Jean Pierre Brard n’a pas bien compris le principe de laïcité qui se veut avant tout impartial ! Sait-il ce que c’est ?
     
    Et M.Gest de fantasmer à nouveau, lui qui préside le centre archéologique de Ribemont-sur-Ancre dans la Somme, fouilleur de vieux os et sans doute tourneur de tables pourquoi pas ? Il déclare :
    "Cette évolution est le fruit d’une manipulation orchestrée par des hauts fonctionnaires du ministère de l’intérieur favorables aux mouvements sectaires, qui placent le débat sur la liberté de conscience et la religion, alors que les mouvements dangereux, aujourd’hui, n’ont plus de références religieuses" ! C’est à en mourir de rire ! Les Témoins de Jéhovah qui n’auraient pas de références religieuses ? On ne doit pas vivre dans le même monde….






Palmarès