• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Huan

Cet auteur n'a pas encore renseigné sa description

Tableau de bord

Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 0 5 0
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Derniers commentaires


  • Huan 12 mai 2008 08:58

    L’avantage avec la redite, c’est que l’info dite importante a des chances d’être lue, comprise et c’est ce que nous voulons tous. Le problème avec la redite, c’est qu’elle n’est pas souvent utilisée pour diffuser l’info dite importante.


  • Huan 12 mai 2008 08:48

    Comparer Ingrid Bétancourt, le Tibet et la Birmanie démontre une seule chose. L’esprit humain a la faculté de tordre, malaxer toute les réalités afin de dresser les plus improbables équations. Nous sommes tout simplement incapables de mener des combats au long cours et faisons commodément cohabiter tout et son contraire. Cela fait longtemps que l’individu a renoncé à utiliser ses propres ressources et les a confiées à des tiers. On préfère la dissertation à l’action !

    Certains d’entre vous ont parlé de diversion concernant cette affaire... Que ce soit voulu ou non, il est bien évident que l’on ne peut décemment déployer autant de moyens pour une seule personne. C’est une pure insulte à l’entendement mais bon, tout le monde y a trouvé son compte, notamment les municipalités qui ont fait imprimé ce bien joli kakémono avec cette chère Ingrid. C’est bien pratique car on ne peut pas dire qu’on n’y pense pas. Bref, l’affaire Bétancourt n’est qu’une anecdote qui a mobilisé sans doute plus de ressources médiatiques que plusieurs dizaines de birmans pourrissant à l’air libre et leur famille désespérée. 

    Parfois, j’ai la nausée rien que d’y penser ! 


  • Huan 25 août 2007 10:07

    Voilà ce que j’aime dans les avis qui sont donnés, comme ça, genre coup de coeur bien subjectif ! On prend ou on ne prend pas (y’en a un apparemment qui a fait une petite fixette sur les critiques faites à Wouelbec !) mais si l’envie est transmise alors on commence à se parler. Sans faire une critique des forums, blogs et autres manifestations de ce cher Web 2.0, nous avons foultitude de moyens pour se parler mais finalement on parle de soi sans écouter les autres. Alors pour le coup j’adhère à l’avis sans avoir lu le bouquin, comme ça par plaisir et parce qu’après tout j’en ai le droit, non ?!

    Pour l’anecdote, on m’a offert le bouquin qui depuis attend dans la bibli en faisant tipotap tipotap, signe d’impatience caractéristique de ceux qui n’attendent que d’être pris en main. C’est le cri de désespoir du bouquin oublié. Alors il est fort probable que sur le conseil d’un parfait inconnu, je décide de tendre la main pour passer quelques heures dans ses pages. Moi c’est ce genre de petit truc qui me plaît.

    Et pour celui qui n’était pas content, je suis sûr que lui aussi a plein de bouquins et qu’il prend son pied ! P’t’être même que sur son conseil, je lirai un Wouelbec...


  • Huan 24 août 2007 11:31

    Pour la faire simple, ce film m’a laissé songeur et c’est déjà beaucoup. Je ne dirais pas que je n’ai pas aimé car j’étais avec 2 amis pour le voir et après une hésitation à quitter la salle nous avons bien ri. Si Chabrol a tenté de nous dire quelque chose, nous ne l’avons pas compris. Ma crainte est qu’au travers du film il se soit parlé et ait oublié une bonne partie du public. Mais combien avant lui ont fait de même ? là n’est pas vraiment la question. Je reste vraiment bouche bée devant l’écart de perception que nous pouvons avoir d’un tel film. J’en suis à me demander si mon avis n’aurait pas été différent si je l’avais vu seul. N’ayant pas vu tous les Chabrol, il y a sans doute comme une trame qu’il faut suivre pour comprendre cette dernière contribution. Peut être aussi certains d’entre vous ont découvert des situations incongrues qui par effet de nouveauté vous ont séduits. Je reste « le spectateur coupé en deux »


  • Huan 16 août 2007 15:03

    A inscription tardive, réaction tardive !

    Une analyse judicieuse et pertinente qui permet aux naïfs de mon espèce de mieux décrypter cette notion mythique de « double-thinking ». Je n’avais retenu de cette information que son caractère délétère visant à entretenir un climat ambiant de suspicion autour d’un profil psychologique type « Thénardier ». C’est également une approche très marketing de l’information avec un processus de projection sur cet « autre inquiétant » qui malgrè tout est en chacun de nous. Cela induit une désimplication qui permet aux téléspectateurs de traverser sans choc moral le sujet consacré au Darfour.

    Si l’objet de cette frappe d’information chirurgicale était le lobbying, on peut s’inquiéter des dommages collatéraux !







Palmarès