• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

ICE

Cet auteur n'a pas encore renseigné sa description

Tableau de bord

Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 0 13 0
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Derniers commentaires


  • ICE 25 juin 2008 15:44

    hmm... contre qui au juste s’élève ainsi Mme Brunel ? Peut-être son livre est-il plus précis sur ce point (pour autant, comme dit le commentaire de Léon plus haut je ne l’acheterais certainement pas...), mais vu d’ici ca ressemble un peu (beaucoup) à un grand n’importe quoi paranoiaque( "ON nous dit ", "ON nous culpabilise", "ON nous fait peur"), à un gigantestque homme de paille ("ILS veulent que les pauvres restent pauvres"), ou du moins à qqn qui s’énerve apres avoir lu les pages écolo-bio-bourgeois (meme pas boheme) du Figaro madame /magazine (et là on comprend mieux smiley ). On dirait un peu du Laurent Cabrol, tiens...L’auteur n’a pas l’air d’avoir les idées très claires.

    Bref. En tout cas quand j’entends parler de culpabilité, je pense souvent à cette phrase de Camus (ou Sartre ?), a peu près : "les hommes ne veulent pas etre heureux : ils veulent, avant tout, être innocents"...

     


  • ICE 17 janvier 2008 15:04

    bon, encore cette vidéo....

    debunkée ici par exemple : http://www.realclimate.org/index.php/archives/2007/03/swindled/

    cela dit je comprends les interrogations de l’auteur : qd on a pas les moyens d’étudier les arguments en détails, et que pour telle ou telle raison on ne croit plus pouvoir faire confiance à la science "mainstream" (ces méchants climatologues obnubilés par la gloire médiatique, les financements faciles, l’aura des prophètes, le goût de la taxe, etc...), alors toutes les théories un tant soit peu bien "cosmétisées" se valent. C’est malheureux, et les sceptiques en jouent très bien...

     


  • ICE 19 octobre 2007 18:25

    Clem,

    si je comprends bien, vous ne semblez pas nier le problème du changement climatique, mais plutot vous offusquer que cela serve encore à faire payer le consommateur, toujours lui, pendant que certains s’en mettront plein les poches.

    Evidemment pour l’instant les mesures anti-pollution, ou de réduction des émissions sont carbone sont dérisoires, peu cohérentes ni efficaces. je ne connais pas bien le cas des frigos que vous citez mais je vous crois volontiers. Evidemment aussi que les entreprises vont chercher à surfer sur cette vague éco, et faire du devt durable à n’en plus pouvoir tout en cherchant toujours à optimiser leur profit, c’est leur job. Carrefour qui fait du devt durable ca fait sourire, forcément...

    Alors quoi ? on ne fait rien ? Ne prenons pas le n’importe quoi actuel dans certains secteurs comme prétexte pour ne rien faire.

    « pourquoi ne fabrique t on pas que des twingo alors si c’est si grave ? »

    trois erreurs dans cette phrase 1) il n’y a pas de « on » qui décide pour nous ! en démocratie les dirigeants suivent l’opinion plus qu’ils ne la précédent, les medias informent les gens sur ce qu’ils veulent entendre et les politiques s’informent aussi dans les médias... tout le monde se tient par la barbichette en qq sortes...si nous voulons des voitures et du réchauffement climatique, et bien nous aurons des voitures et du rech.clim... c’est aussi simple que ca. Personne ne va nous fournir une solution si nous n’en voulons pas. c’est être bien paresseux de penser le contraire.

    2) « si c’était si grave » : agir contre le pb est genant ; personne ne se presse pour agir (autrement que verbalement) ; c’est donc qu’il n’y a pas de pb. beau sophisme...

    3) mettre tout le monde dans des twingos ne resoudrait pas le pb, loin s’en faut...la twingo n’est pas la « voiture propre ».

    Grosso modo la principale solution au changement climatique c’est d’orienter le plus vite et le plus intensément possible nos sociétés vers la sobriété en carbone, et pour l’instant, vu le faible developppement actuel et à court terme des énergies non-fossiles renouvelables (solaire/eolien, hydro, biomasse, geothermie, nucléaire IV, fusion), ca implique davantage de sobriété en énergie , tout court. C’est sur que ca ne va pas vraiment dans le sens que nous, nés en période d’énergie abondante et peu chère, croyions être le sens de l’histoire, a savoir que les consommateurs pourront toujours plus nombreux consommer toujours plus de biens toujours moins cher...

    La seule solution : augmenter le prix de ce qui pose pb (les énergies fossiles) de facon constante et progressive pour réorienter les comportements et redeployer l’organisation de la société. Avant que le marché s’en charge de facon chaotique et désastreuse (cf. peak oil et autres).

    Si vous voulez réellement comprendre pourquoi, lisez « Le Plein, s’il vous plait » de Jean-Marc jancovici et Alain Grandjean. Vraiment. Ca vous convaincra.

    Là où je vous rejoins, c’est qu’à prendre des demi-mesures comme on le fait actuellement et ne pas fournir d’éxplication claire de tout ca, on va donner aux gens l’impression qu’on veut leur bouffer la laine sur le dos, comme vous semblez le ressentir. smiley


  • ICE 19 octobre 2007 16:01

    mcm,

    « Déjà ça nous n’en sommes pas sûrs, d’autres pense que ce sont les variations de l’activité solaire qui ont produit les ères de glaciation-déglaciation. »

    si si je vous jure, les variations d’orbite font qu’il y a une distribution différente de l’insolation sur les différents hémisphères aux différentes saisons, à des échelles de plusierus milliers d’année, ce qui permet des glaciation/déglaciations. Voir Milankovitch.

    « De toute façon les deux hypothèses montrent des causes contre lesquelles l’homme n’a aucun remède, alors pourquoi taxer le peuple sinon pour gaver Al Gore et ses sbires ? »

    oui mais aujourd’hui (**soupir**), la cause du réchauffement ce n’est pas les variations d’orbites de la terre ni le soleil... c’est le CO2 emis par l’homme lorsqu’il brule des combustibles fossiles.

    « Un autre point omis, est que les tempéraures ont été plus basses et plus hautes au cours des temps, et que la variation actuelle, n’est en rien plus rapide que celle passée. »

    et bien si, pour passer de phase glaciaire en intergalcaire, l’échelle de temps est grosso modo le millier d’années, avec une différence de t° globale moyenne de 5 degrés environ...là, pour l’époque actuelle, on parle de 4 degrés en 100 ans...

    « Encore un point omis, c’est que le CO2 rejeté par les océans réchauffés est infiniment supérieur aux émissions de CO2 d’origine humaines. »

    en solde net, les océans actuellement ABSORBENT le CO2 emis par l’homme (un quart des émissions environ, comme la végétation terrestre)...mais cette part pourrait décliner avec le réchauffement des eaux. D’ailleurs cette absorption de CO2 acidifie les océans, ce qui est un autre gros pb.

    Calmez-vous et renseignez-vous.


  • ICE 19 octobre 2007 14:17

    Tout a fait d’accord.

    Peak Oil ( peak gas, peak coal) et crise climatique sont l’amont et l’aval DU MEME gros probleme de notre civilisation industrielle : l’addiction à l’énergie fossile. Pour moi ils sont assez synchrones (les prix du blé à la hausse par exemple, c’est dejà une conséquence, en partie, du rechauffement climatiques avec l’énorme sécheresse depuis plusieurs années consécutives en Australie...)

    La solution au deux pb est donc unique, et assez simple finalement : diminuer drastiquement notre consommation d’énergie fossile, ce qui, vu le faible developpement actuel, et possible dans un futur proche, des autres sources d’énergie acceptable (renouvelable, nucléaire IV et fusion), implique une réduction de consommation d’énergie tout court.

    Si on ne s’y attele pas illico, les deux crises risquent de se conjuguer : un monde désorganisé par la pénurie d’énergie soumis à un climat completement déreglé et moins hospitalier. Or notre capacité à répondre aux aléas climatiques dépend au premier ordre de notre consommation d’énergie (faire des digues, reconstruire des villes, déplacer des gens / de la nourriture, etc...)

    D’ailleurs je pense que les objectifs des politiques ayant traits à la réduction des émissions de CO2 sont pour l’instant un grossier masque à des objectifs géopolitique d’indépendance énergétique. Je ne crois pas vraiment au « verdissement » de nos élites, ou de l’Union Europeenne, mais quelque part c’est deja pas mal.







Palmarès