• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Initiative Citoyenne

Initiative Citoyenne

Cet auteur n'a pas encore renseigné sa description

Tableau de bord

  • Premier article le 24/11/2010
  • Modérateur depuis le 14/03/2011
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 31 83 579
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0
Modération Depuis Articles modérés Positivement Négativement
L'inscription 8 6 2
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : ordre chronologique













Derniers commentaires


  • Initiative Citoyenne Initiative Citoyenne 3 juillet 2014 16:10

    @yungmi : Une chose est certaine à vous lire, c’est que vous n’avez jamais étudié le problème des vaccins, ni des années, ni des mois ni des semaines pour affirmer pareille chose...

    Il n’est pas question de croire ici mais de savoir. De un. De deux, le fait de « supporter » en apparence une vaccination précédente n’est aucunement une preuve qu’une même vaccination ultérieure ne puisse pas constituer, à la manière d’une « goutte d’eau qui fait déborder le vase » le facteur décisif d’une maladie chez un individu donné, sans toujours tout essayer de remettre sur des spécificités génétiques. Quand on voit les chiffres effarants des effets secondaires graves de vaccins (3% !dans les essais cliniques du vaccin Prevenar soit bien + que les complications naturelles possibles de la maladie au plan statistique ; 3 MILLIARDS de dollars versés aux victimes de vaccins aux USA depuis 1986 alors que 2/3 des plaintes sont rejetées d’emblée et que seuls 1 à 10% des effets secondaires graves de vaccins sont officiellement comptabilisés selon des revues médicales officielles), on ne peut que se rendre compte de l’aberration qu’il y aurait à vouloir blanchir les vaccins en mettant à chaque fois tous les cas graves sur le dos de « particularités génétiques » qui seraient alors si nombreuses qu’elles en deviendraient tout bonnement insignifiantes ! C’est un peu comme la volonté qui s’est avérée vaine de mettre le développement de l’autisme sur le compte d’un gène et on a fini par en trouver tellement que la notion de « gène de l’autisme » s’est effondrée d’elle-même. La vérité est que les composants toxiques des vaccins ne font du bien à aucune cellule d’aucun organisme humain. Aller demander aux corps des gens de s’adapter à des vaccins est une bêtise absolue, cela revient à niveler par le bas la santé publique au nom du profit et les prétendus efforts futurs en vue de faire des « vaccins plus personnalisés » constituent une autre illusion de taille étant donné que toute vaccination opère un véritable court-circuitage des mécanismes immunitaires qui ont été prévus et arrêtés comme les plus sûrs et les plus efficaces par des millions d’années d’évolution biologique (voie cutanée ou muqueuse pour la pénétration des microbes dans l’organisme et pas une injection qui court-circuite toutes les étapes prévues)

    Troisièmement, quand vous écrivez « est ce que il à reçu ses vaccins en totalité ? tels que le tetravac BB ! si oui comment avait t’il réagi ? fièvre ou pas ! ce qui permet de connaitre la résistance de l’enfant face aux vaccin . », vous montrez vraiment que vous n’avez pas étudié ce sujet très attentivement sinon, vous sauriez qu’un enfant peut parfois réagir violemment (avec ou sans fièvre !) à un vaccin et devenir handicapé à vie après une troisième dose par exemple là où certains enfants qui n’avaient jusque là jamais mal réagi peuvent par exemple mourir après une première ou une deuxième dose. Les vaccins ne sont pas comparables, un vaccin tetravac n’est pas un ROR. Les seuls points communs, c’est que ce sont -comme tous les autres- tous les deux des vaccins expérimentaux car leur évaluation est scientifiquement biaisée (faux placebos, pas de tests sur le potentiel cancérogène, mutagène, pas d’analyse pharmacocinétique, temps d’évaluation trop bref) et qu’ils sont tous les deux toxiques et suffisants pour pouvoir estropier et handicaper des enfants jusque là parfaitement sains. La vaccination est un véritable terrorisme sanitaire : ses ravages sont certains mais ce qui ne l’est pas c’est la détermination de ceux à qui elle brisera la vie pour toujours,... les effets secondaires graves des vaccins sont nettement plus fréquents qu’on le dit, ils sont certainement plus élevés que les complications graves des maladies naturelles or toute personne vaccinée n’aurait pas forcément fait la maladie et si elle l’avait fait, n’aurait pas forcément subi une complication grave !


  • Initiative Citoyenne Initiative Citoyenne 9 août 2013 00:15

    @radmo : vous ne croyez pas si bien dire. les pédiatres injectent même en routine Prevenar 13+ Infanrix hexa dans une même consultation « car officiellement recommandés d’en haut » MAIS selon des documents confidentiels de Pfizer publiés sur notre site internet, tant le fabricant que les autorités sont bien au courant qu’administrer ces deux vaccins en même temps multiplie pourtant par 3 le risque d’effets secondaires neurologiques. Ils le savent mais continuent de recommander cette combinaison. Etrange pour des gens qui disent vouloir « améliorer la santé publique » n’est-ce pas ?! quand on sait que la France compte 640 000 autistes dont 180 000 chez les jeunes de 0 à 19 ans, et encore on ne parle ici même pas de tous les autres effets neurologiques : encéphalites, épilepsie, convulsions, scléroses en plaques etc etc...


  • Initiative Citoyenne Initiative Citoyenne 8 août 2013 22:53

    Pour répondre à Marvinbear : la vaccination était très loin d’être généralisée ou fréquente avant 1983 contre la rougeole.

    Le graphe concerne en effet la mortalité et le nombre d’infections, tout à fait, nous sommes d’accord là-dessus. Mais ce que vous oubliez de souligner est que c’est la mortalité le paramètre le plus important, quand la mortalité baisse, statistiquement parlant, la gravité de la maladie baisse généralement en proportion aussi. Donner l’illusion qu’en vaccinant tous azimuts on réduira « les complications » à zéro est une vue de l’esprit puisque, ce cas et bien d’autres le montrent, on ne peut pas éthiquement mettre les complications du vaccin sous le tapis. Pour les enfants touchés, ceux qui font par exemple une encéphalite, cela leur est complètement égal que l’encéphalite ait été causée par la rougeole ou le vaccin, c’est le résultat qu’eux et leurs parents vivent dans la douleur. En vaccinant, on a réduit la fréquence de circulation du virus, mais la question (que vous éludez évidemment totalement) c’est surtout A QUEL PRIX ? Et la forcément, pour que vous puissiez maintenir que le vaccin est ce qu’il y a de mieux, il est incontournable que vous niiez ou minimisiez l’ampleur des risques. Réduire la fréquence de l’infection juste « pour ne pas être malade » est une attitude simpliste et immature compte tenu que le vaccin peut lui-même rendre malade ! Ce qui compte, c’est de rappeler que la vaste majorité des infections rougeoleuses des enfants des pays industrialisés sont bénignes (un rappel qui déplaît à l’establishment car il fait alors ressentir aux gens le vaccin comme moins incontournable). Traverser la rue est un risque, tout est un risque. Eliminer toutes les maladies est une utopie dangereuse qui ne peut qu’amener d’autres maladies encore plus graves et « le retour de bâton » épidémiologique, comme on le voit notamment avec la rougeole, les oreillons, la coqueluche, etc, c’est à dire le déplacement de l’âge de survenue de la maladie naturelle vers des âges où les complications sont proportionnellement plus graves encore !

    Dans l’introduction du livre du si décrié Wakefield, le Dr Fletcher, ancien officiel britannique de l’agence des médicaments reconnaît lui-même que si ça avait tenu à lui, il n’aurait pas octroyé une AMM au vaccin ROR sur base des études cliniques soumises par les fabricants parce que celles-ci portaient sur un nombre beaucoup trop faible de sujets et qu’ils étaient suivi sur un laps de temps beaucoup trop court. Voilà qui devrait faire réfléchir les plus obstinés. Et pour les autres, tant pis à la fin !


  • Initiative Citoyenne Initiative Citoyenne 2 juillet 2013 20:23

    Du neuf concernant ce dossier, le 25 juin dernier, le Dr Jean-Jacques Avrane de l’Ordre des Médecins de Paris (en charge des plaintes) nous a répondu par mail qu’il était nécessaire de faire parvenir la plainte par voie postale, ce que nous avons fait via un recommandé avec R par sécurité, et aussi d’indiquer les manquements déontologiques que nous reprochons. Voir ici ce courrier complémentaire avec les manquements déontologiques du gynécologue Dr Joseph Monsonego.


  • Initiative Citoyenne Initiative Citoyenne 21 juin 2013 22:50

    Voir ici l’interpellation par le député Ecolo Patrick Dupriez de la Ministre belge Laanan qui se dit déçue du faible taux de vaccination HPV dans le cadre scolaire (le gouvernement auquel elle appartient a acheté des vaccins Cervarix à GSK pour une durée de 4 ans)







Palmarès



Agoravox.tv