• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Internaute

Internaute

Cet auteur n'a pas encore renseigné sa description

Tableau de bord

Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 0 3166 0
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Derniers commentaires


  • Internaute Internaute 14 décembre 2012 18:42

    Ce papier est excellent, surtout le charabia contenant les mots indispensables à tout discours économique.

    Moi aussi je me suis fatigué. Notre industrie médiatique est irrémédiablement sclérosée. Elle est noyautée par une bande sortie de Science-Po et de 68ards attardés totalement formattée par ce ... Descoing aux idées maoïste et mondialistes. C’est un microcosme qui vit en vase clos et parasite l’institution. Ils répandent indéfiniment la même idéologie, la même propagande. Il n’est pas normal qu’on trouve encore des Michel Drucker, des Olivier Mazerolle à moitié chauve, des JP Elkabach et autres dinosaures comme Michel Denisot. Comme ils pensent tous exactement pareil, leurs émissions tournent toujours autour du même pot et les intrus sont malvenus. La télé est la seule entreprise où l’on peut avoir un emploi à vie en France pourvu qu’on soit docile. Ces gens sont dans le même fromage depuis plus de quarante ans et ils nous montrent tous les jours sans complexe des jeunes de 30 ans qui vivent chez leurs parents et des hommes de 45 ans virés de leur boîte car trop vieux. Il s’agit bien d’un fromage. Pujadas et Lucet tournent à 20.000 euros/mois pour lire quelques dépêches de l’AFP tandis que Pernaut, Ferrari ou Apathie sont à 50.000 par mois et Denisot à 200.000. 

    A la télé française la censure est discrète mais implacable. Sur des sujets comme la pédérastie, l’immigration, la Russie, la Lybie et la Syrie vous pouvez changer de chaîne vous aurez toujours le même point de vue. On a quasiment aucune information internationale. On se moque de la Corée du Nord mais on fait presque pareil. En matière économique on n’a aucune information non plus à part les licenciements et manifestations locales. Tous l’épisode de Florange s’est limité à une seule info : Lakshmi Mittal = bête féroce. Rien sur la sidérurgie ni sur son commerce.

    Le problème vient aussi de ce que le mode de recrutement a fait rentrer des littéraires et jamais de scientifiques. Tous les sujets sont donc traités sur le plan de la psycho-socio. Regardez la structure des JT, ils sont tous faits pareil. On a 10 minutes d’info nationale et ensuite une série de petits reportages nombrilistes où l’on ne s’intéresse qu’au ressenti de l’individu, à l’expression du moi intérieur, le tout assaisonné au second degré pour faire passer la propagande mondialiste. En clair, si on fait un reportage sur les jouets de noël on va montrer le stress de la mère qui doit choisir un jouet pour son enfant avec comme par hasard un enfant qui n’est pas de la même race que la mère. On n’aura rien appris sur les jouets de noël. Voilà ce qu’ils appellent de l’information, moi j’appelle cela de la propagande. C’est comme cela sur tous les sujets. L’ensemble de l’info est aussi pourrie par la propagande sécuritaire. Si on nous parle d’un nouveau modèle de bac à sable ce n’est surtout pas pour montrer que les enfants s’y amusent bien mais pour préciser les normes de sécurité mises en oeuvre. On est écrasé par la culpabilisation et l’infantilisation des masses.

    Les entrevues de personnalités politiques sont aussi sans intérêt car les journalistes ne savent pas mener la discussion de manière intéressante pour le public. Le schéma est toujours le même. Au lieu de mettre en valeur l’invité, ils essayent de le coincer en le prenant en défaut sur des faits mineurs. Ils cherchent toujours à montrer qu’une autre personne du même parti a dit quelque-chose d’un peu différent et enfoncent le coin ou bien qu’un opposant politique dit la même chose qu’eux. C’est totalement nul et passe à côté de tous les sujets fondamentaux pour le spectateur.

    La trés rare fois où Giscard d’Estaing est passé au petit journal de Canal+, la Massenet n’a rien trouvé de mieux que de lui parler de la distance entre le début de la vulve et le point G. Voilà le niveau des journalistes français alors qu’ils avaient en face d’eux celui qui est responsable du regroupement familial, du transfert technologique et de la constitution européenne.

    De l’air !

    On ne se rend même plus compte qu’on est anesthésié. Un jour j’ai acheté la télé par internet. Quelle découverte.

    Sur la chaîne de Bloomberg vous avez de vrais journalistes comme Charlie Rose qui invite des gens qui font le monde et leurs posent les vrais questions. Ainsi on a pu entendre le président de la Coca-cola s’expliquer sur le développement de la distribution d’eau potable en Afrique, et Mario Draghi nous parler de l’économie italienne. Chez Bloomberg il est clair que Massenet ne serait même pas employée pour balayer les bureaux.

    La chaîne chinoise en français donne des informations économiques de premier plan sur ce qui se passe en Asie et aux Etats-Unis. Elle donne des reportages sur la Chine qui nous montrent des choses complètement inconnues en France nous permettant de comprendre ce qu’il s’y passe. A la télé française, n’importe quel reportage sur la Chine consiste à montrer que ce sont de gros dictateurs arriérés. Le convecteur spatio-temporel du président de France-Télévision est resté coincé à l’époque de Tienanmen.


  • Internaute Internaute 12 mars 2011 12:27

    Cela fait quelque temps que je n’interviens plus sur ce forum car il finit par regrouper un nombre restreint de personnes, y compris moi-même, disant toujours les mêmes choses sans convaincre les autres.

    Votre article m’intéresse car il ouvre le débat. Je n’en partage pas la conclusion qui renvoie encore l’Autre dans son camp sans y opposer de réels arguments.

    Concernant le politique, je suis fatigué des comparaisons hors-contexte avec Vichy ou je ne sais trop qu’elle époque antique. Pour rester simple, les français qui pensaient que l’occupant était une chance pour la France en 1940 sont ceux qui ont suivi les socialistes de la SFIO dans la collaboration derrière Pierre Laval. Comme par hasard, c’est encore le PS qui propose en 2011 de régulariser massivement les clandestins. N’est pas forcément vichyste celui qu’on montre du doigt. Parler de fascisme pour désigner ceux qui refusent une nouvelle colonisation est un paradoxe. Cela brouille le message et désoriente l’auditoire.

    Concernant l’économie, il me semble qu’un peu de protectionnisme ne serait pas mauvais. Aujourd’hui, les politiques mondialistes nous laissent avec 2.000 milliards de dettes, 10 millions d’immigrés et 5 millions de chômeurs.

    Question 1 :
    Est-ce que l’expérience mondialiste que nous vivons depuis 30 ans est positive pour le peuple français ?

    En regardant les stats de l’INSEE, on s’aperçoit qu’on traîne depuis des années un déficit commercial qui tourne autour de 50 milliards par an et une balance des paiement déficitaire de 37 milliards. On y trouve aussi que notre déficit avec l’Asie du SE est de 27 milliards et que contrairement à ce que nous rabâchent les médias, la facture pétrolière est équilibrée avec l’Angleterre, l’un de nos gros fournisseurs de pétrole. Les épouvantails agités par l’UMPS tombent.

    La France est devenue dépendante de l’étranger pour sa propre nourriture alors que Napoléon avait éradiqué les dernières famines.

    Ceci étant dit, si on arrêtait de vendre des Airbus en dehors de l’Europe et qu’on fabriquait nous-même ce que nous importons d’Asie, nous aurions 37 milliards de plus à injecter dans l’économie et des centaines de milliers d’emplois à créer dans le textile, les panneaux solaires, les loisirs,les casseroles, dans tout ce qui encombre les rayons des Casino, Castorama, Darty et autre Carrefour.

    Quel est le bilan sur l’emploi de la mondialisation ? Pour un emploi chez EADS combiens ont été perdus dans le textile, l’ameublement, le cuir, le jouet, les papeterie etc ? Où est le bilan ? Comme pour l’immigration il n’a pas été fait et il faut bien se fier à ce qu’on voit dans la rue. Ceci dit, les stat de l’INSEE sont une mesure exacte de la catastrophe du mondialisme.

    Question 2 :
    Dans ces conditions, en quoi mettre des taxes ou des quotas à l’importation pour rétablir une concurrence loyale avec les PME françaises serait une idiotie ? C’est ce que proposait notre prix Nobel d’économie, Maurice Allais. On pourrait déjà redonner la priorité aux européens dans le marché commun. Personne ne parle de tout ou rien sauf ceux qui veulent éluder la question.

    Les emplois ne reviendront pas tous, loin de là. L’effet pervers des politiques mondialistes est de pousser la productivité à outrance. Les progrès techniques ne sont pas réversibles. Malgré tout, les solutions du FN sont les seuls remèdes possibles à notre portée.


  • Internaute Internaute 3 février 2011 15:44

    L’idéologie et l’économie n’ont jamais fait bon ménage. Piketty n’aime pas les familles et pense que l’individu doit être isolé dans la foule, n’ayant de compte à rendre qu’à l’Etat. C’est une vieille idée judéo-gaucho qui a coûté affreusement cher en roubles et en larmes au peuple russe.

    Dans l’autre article sur le même sujet, on mélange allègrement patrimoine et revenu. On est entrain de refaire l’erreur de l’ISF. Le montant de l’impôt devient ainsi totalement arbitraire, basé au mieux sur des chiffres sortis du chapeau et au pire sur la dénonciation. Que signifie que la fortune de Bettencourt est de 16 milliards ? Simplement qu’en multipliant le 0,1% du capital de Loréal échangé chaque jour par le cours on arrive à cette somme. Maintenant si Bettencourt voulait disposer de son bien en vendant ses actions, le cours serait divisé par 10 dans la demi-heure. L’impôt sur le patrimoine est du vol pur et simple.

    Le prélèvement à la source est la porte ouverte à tous les abus puisque l’assujetti perdra la mesure de ce qu’il paye. C’est l’esclavage assuré. On ferait déjà mieux de rehausser les feuilles de paye au salaire brut et de retirer à l’employé la somme des parts patronales et salariales. Au bout du compte il touchera la même somme mais il sera peut-être moins enclin à voter pour tous ceux qui proposent de dépenser allègrement l’argent des autres.

    Il faudrait taxer le revenu net aprés inflation selon un barême progressif qui peut monter assez haut, là-dessus on est d’accord. Il faut favoriser la consitution de patrimoine familial en ne prenant aucun impôt sur les successions ni sur les plus-values d’actions lors qu’une première vente qui suit un investissement dans une augmentation de capital.

    Il faut aussi taxer les députés, les maires, les conseiller généraux et le président du conseil régional de manière inversement proportionnelle au budget de l’Etat. Ainsi, un gros budget et une forte dette conduira à une chute brutale du revenu de tous ces nuisibles. Elle est là la justice et pas en cherchant toujours une nouvelle victime à la gabegie ambiante. On ne fait strictement rien contre l’immigration, on n’a toujours pas supprimé l’AME, on ne fait rien contre la mise en concurrence déloyale des travailleurs français avec ceux du tiers monde, rien contre le désarroi des PME qui ferment l’une derrière l’autre, rien contre les dépenses pharaonïques des élus locaux, et on vient nous bassiner avec des mise au pilori du soit-disant « sale riche » à cause de qui on serait pauvre. Il ne faudrait quand-même pas mélanger les causes et les effets ni se tromper de cible.

    Piketty n’a aucune valeur en soi. Il est simplement poussé en avant par tous les socialos qui veulent désigner l’autre comme profiteur et ramener à eux la masse du vote des aigris. Leur technique est vieille comme la politique. Jouer sur les peurs et faire croire qu’on a des droits qui ne seraient pas respectés. Les médias savent trés bien créer un patron de pensée collective en mettant en avant ceux qui les intéressent et en oubliant les autres. Ainsi, on n’a jamais parlé de notre prix Nobel d’économie Maurice Allais. Par contre, on met à toutes les sauces les deux Cohen (celui de NS et l’autre de Science-Pô). La raison est simple. Il faut ancrer la nécessité du mondialisme dans le cerveau des électeurs. Ce Piketty n’est qu’un pion dans cette grande guerre idéologique.


  • Internaute Internaute 7 janvier 2011 09:18

    On pourrait aussi citer Jean-Jacques Servan Schreiber (fondateur du magazine l’Express à 29 ans) qui à publié en 1967 son livre « Le défi américain ». Il explique que la Californie a déjà 20 ans d’avance sur la France et se propulse vers la société post-industrielle et la civilisation des loisirs. Ce qu’il appelle dans son langage le « technological gap » ne cesse de croître inéluctablement entre la Californie et la vieille France, complètement dépassée et à jamais laissée sur le bord du chemin.

    Avec le recul du temps on peut apprécier le niveau d’élucubration intellectuelle auquel est arrivé ce monsieur, par ailleurs fort intelligent.

    Ces penseurs ont le travers de conceptualiser des notions quotidiennes bien comprises par tout le monde même si la plupart n’arrivent pas à les formuler et de bâtir un édifice théorique sensé prévoir la société future. La plupart se sont plantés.

    Le langage tout d’abord, ou comment faire accepter le retour à la société de l’Ancien-Régime. Notre futur serait dans les services, aux particuliers et aux entreprises. Qu’on ne se trompe pas. Le « service aux particulier » est déjà dans le dictionnaire sous le mot « domestique ». On nous propose un avenir de cuisinière, nourrice, bonne, garçon de courses, valet, chauffeur, jardinier, garde-malade. Tout cela c’est du réchauffé pour nous masquer que les vrais boulots nous passent sous le nez.

    On mélange l’évolution technique et l’évolution économique. C’est vrai que le machinisme diminue les emplois industriels et encore cela reste à démontrer. Il y a moins d’ouvriers par type de produit (télé, autos etc) mais il y a mille fois plus de produits différents sur le marché. Dans nos société le problème est qu’ils sont partis ailleurs pour augmenter la marge des multinationales et les fins de mois des députés. Ce mouvement n’a rien, mais rien à voir, avec l’accroissement des services par rapport à la production industrielle. D’ailleurs, la plupart des « services industriels » peuvent eux-aussi être délocalisés, comme l’informatique en Inde (MicrSoft développe Windows à Bengalore) et les nouveaux micro-processeurs en Chine (Intel - 4,7 milliards de $ d’investisement pour une usine plus moderne qu’au US qui vient d’être ouverte)

    La seule chose qu’on nous fait miroiter est donc bien de nous réserver les emplois de domestiques et celà est INACCEPTABLE.

    Ceux qui parlent d’une société de services qui remplacerait la société industrielle nous proposent en fait une société vidée de sa substance, les services et les emplois étant réalisés ailleurs. Il n’y a pas de problème à passer à une entreprise ou 3 clampins produisent avec des machines pour 10.000 personnes. Tant que c’est dans un Etat, le gouvernement peut toujours leur prendre une maxi-taxe sur leur maxi-marge afin de la répartir sur les laissés pour comptes de l’évolution technique. Seulement, ceux qui nous parlent de l’inéluctabilité de la société de service alors qu’ils poussent en fait le commerce international sans limites, oublient toujours de préciser qu’il n’y aura pas de répartition car les députés français sont bien incapables de taxer les ouvriers et les patrons chinois auxquels ils ont donnés nos emplois et nos services. L’argent perdu ne sera jamais retrouvé.

    Quand à la formation, cela encore c’est du pipeau aussi vieux qu’Arlette Laguiller qui disait que nous aurions les chômeurs les mieux formés du monde. Les emplois qualifiés sont dans l’industrie. C’est là que se trouve la masse des emplois à haute valeur ajoutée. C’est la seule raison pour laquelle le fordisme a si bien marché aux Etats-Unis et pourquoi les employés des industries mécaniques ont obtenu des avantages sociaux (congés, assurances maladies, retraite) impensables ailleurs et im-payables aujourd’hui aprés la faillite de la GM.

    Les emplois dans le secteur des services, à part quelques diamants qu’on montre à la télé (neuro-chirurgien, trader, inventeur de Google...) sont pour la plupart des emplois de trés basse qualité, ne necessitant aucune formation, aucun savoir-faire particulier. Pour torcher le cul d’un malade à l’hôpital, servir chez MacDo, tenir une caisse à Auchan, faire avancer un Saxby dans un hangar de logistique, conduire un camion ou arroser les fleurs de la Mairie il n’est pas nécessaire d’avoir la moindre qualification. C’est dans ce type de travaux qu’on trouve le gros des services.

    Excusez-moi d’avoir été long mais il me semble important de ne pas confondre l’évolution vers plus de services (tout à fait gérable au sein d’une même entité économique) avec la fausse excuse de se rabattre sur les services pour produire moins cher à l’étranger afin d’augmenter les marges.


  • Internaute Internaute 6 janvier 2011 09:27

    Voilà une vision bien égo-centrique du monde. Les USA vont s’effondrer car ils ont renié depuis longtemps leurs propres idéaux et leur propre constitution. L’apogée des USA a été cette conversation rediffusée mondialement en direct entre Richard Nixon à la Maison-Blance et Neil Armstrong sur la Lune. Le symbole de la fin a été donné par la faillite de la General Motors.

    L’Europe va s’effondrer car elle a honte de ses valeurs, renie son histoire et refuse d’être européenne. Elle sera donc nord-africaine puisque c’est la volonté du plus grand nombre. Ce n’est plus la peine de discuter sur les retraites, les salaires, la répartition des richesses ou la couverture sociale. Nos nouveaux maîtres nous appliqueront le modèle qu’ils appliquent déjà au Maroc, au Mali ou en Algérie : corruption à tous les étages et service minimum.

    A part nous qui pourrissons de la tête le monde se porte bien et va de l’avant. Avant que les USA ne coulent définitivement ils risquent de faire mal par un usage désespéré de leur armée. Ou alors, tout comme en URSS, cette grosse armée ne servira finalement pas et sera vendue en pièces détachées sur les marchés du tiers-monde. La Californie indépendante vendra des coques de sous-marin de la classe Ohio désarmés aux narco-trafiquants. Le Nevada rattaché au Mexique fournira à bas prix des système de guidage laser pour bombes volantes. Les soldats américains au Pakistan et en Afhganistan, ne touchant plus leur solde, vendront leur M16 et leur ceinturons aux touristes japonais.

    Le monde va bien. La Russie et la Turquie ont la chance d’avoir des nationalistes intelligents à leur tête, la Chine va de l’avant, le Brésil, l’Argentine, l’Ouzbékistan et le Khasakstan ne se sont jamais aussi bien porté. La faillite des USA sera sans conséquence graves pour la majeure partie du monde, même pour la Chine. Elle ne fait plus que 20% de son commerce extérieur avec ce pays. La chute des USA marquera le début de la paix en Palestine.

    Le vrai mur est celui des ressources naturelles. Il est impossible que 6 milliards d’hommes se mettent à consommer comme les européens ou les américains. Je ne vois pas de solution pacifique à ce problème.







Palmarès



Agoravox.tv