• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

isah

Cet auteur n'a pas encore renseigné sa description

Tableau de bord

Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 0 2 0
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Derniers commentaires



  • isah 24 octobre 2007 17:42

    J’ai oublié de rajouter : attention à ce que disent de soi-disant spécialistes de l’autisme baignant dans la psychanalyse.

    Heureusement que pour mon fils nous avons quitté le cmp qui essayait de m’expliquer que si mon enfant était autiste c’était du à un problème familial que nous n’avions pas. Tout ce qu’il nous proposait c’était une thérapie qui ne menait nullepart à part me me culpabiliser et me pousser au suicide. Beaucoup de maman d’enfants autistes se reconnaitront ...)

    Depuis que nous avons choisi une méthode éducative (orthophonie, psychomotricité ...) mon fils progresse enfin.

    Je mets en garde les enseignants sur ce qu’ils ont appris sur les causes de l’autisme ainsi que les moyens d’aider les enfants. Les cmp et les cmpp ne sont pas du tout adaptés.



  • isah 24 octobre 2007 17:27

    Bonjour,

    Ce sujet m’intéresse car je suis enseignante et j’ai eu à intégrer un enfant autiste dans une classe de CE2 avec aussi 2 enfants malentendants et en tout 27 élèves.

    Par la suite, mon fils s’est révélé autiste mais à l’époque, je n’étais pas au courant et je n’imaginais pas ce que pouvait êtree l’autisme. A l’époque, il avait 8 mois.

    C’est vrai je n’étais pas formée et pourtant je n’ai pas eu du tout de problème avec cet enfant qui était relativement calme. Le seul problème que j’avais c’était comment lui faire passer les savoir scolaires car son mode de pensée m’était complètement étranger.

    Il était accompagné d’une personne qui n’étais pas formée non plus. L’institutrice de l’hopiutal de jour venait toute les semaines pour m’expliquer ce que je pouvais mettre en oeuvre en dehors du temps scolaire. J’ai découvert à cette occasion que cet enfant qui gifflait son institutrice à l’hopital de jour, lançait ses chaussures partout n’avait aucun de ces comportements en classe.

    Bien sur, il parlait à voix haute ( en repétant des phrases de dessins animés), chantait à tue-tête ou bien il fallait le convaincre de faire son travail. Mais il se calmait à ma demande même si je devais le lui rappeler souvent. Il étais par contre incapable d’avoir un dialogue puisqu’il avait du mal à comprendre nos paroles. Et pourtant, cet enfant acquiérait les savoirs scolaires aussi bien que les autres enfants même s’il lui fallait plus de temps. Il faisait des dictées sans aucune fautes, comprennait vite avec des shémas, était un as du calcul. Seul point, noir les problèmes ou les productions d’écrits qui faisaient appel à des notions qu’il n’avait pas encore acquises.

    Il allait à l’hopital de jour, ce qui lui permettait de « souffler » et de pouvoir avoir des attitudes moins conformes socialement.

    En classe, il se comportait comme un élève et observait beaucoup ce que faisaitent les autres enfants.

    Je trouve que pour lui la scolarisation à l’école était bénéfique et j’avais même demandé à une augmentation de son temps de travail en classe. Cette augmentation m’avait été refusée sous prétexte que l’année prochaine si ça n’allait pas il faudrait revenir au temps d’intégration actuel. Et les parents risquaient de ne pas comprendre. J’avais trouvé cet argument un peu spécieux ...

    Il faut dire que son intégration l’année précédente s’était très mal passée.

    En tout cas, tous les enfants autistes sont différents.

    Mais je pense qu’il faut essayé l’intégration avant de décider qu’un enfant autiste n’a pas sa place à l’école. Ca a d’ailleurs été le cas pour le mien car nous sommes conscients qu’il ne peut suivre un cursus normal. Il a 8 ans et est en clis autiste et tout se passe bien.

    De plus j’ai dans ma classe de moyen-grand cette année un enfant totalement non verbal ayant certains comportements rappelant l’autisme (mais pas tous). Tout ce passe bien, cet enfant a 4 ans et est étonnant par ces capacités d’apprentissage. Même s’il ne parle pas, il comprend relativement ce que je lui dis et avec mon aide fait son travail. Il n’a aucune AVS, l’atsem n’est jamais dans ma classe et je dois me débrouiller seule avec mes 27 autres élèves dont 5 « enfants du voyages » ayant des besoins particuliers. Je dois avouer que si j’avais besoin de quelqun de plus pour m’aider ce serait surtout pour ces 5 élèves qui ont plus de difficultés que lui.

    Je pense que cet enfant pourra suivre une scolarité normale moyennant quelques moyens mis en place, si on lui donne cette chance. Il connait toute les lettres de l’alphabet, se débrouille très bien en numération, acquière de l’autonomie ...

    De l’espoir donc

    Isabelle enseignante en classe de maternelle et maman d’un garçon autiste de 8 ans et d’une fille asperger de 16 ans (qui a été diagnostiquée à l’age de 14 ans)







Palmarès