• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

J. Thonnelier

J. Thonnelier

Etudiant à l’Institut d’urbanisme de Grenoble.

Tableau de bord

  • Premier article le 07/01/2008
  • Modérateur depuis le 17/01/2008
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 24 23 281
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0
Modération Depuis Articles modérés Positivement Négativement
L'inscription 11 8 3
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : ordre chronologique













Derniers commentaires



  • J. Thonnelier J. Thonnelier 31 juillet 2010 14:55

    Ouhla non, pas tout à fait ! L’histoire de l’ascenceur était surtout un petit trait d’humour ! Il y a de toutes façon et il y aura certainement encore à l’avenir des outils publics capables d’introduire de la mixité social au sein d’ensemble ou d’unités habitables (Logements conventionnés, sociaux et très sociaux, mixité des formes de l’habitat- duplex, logements individuels, familiaux)- Pour le moment, la dynamique en<place est d’abord et avant tout une dynamique d’exclusion et de rétention horizontale des populations, ou pour faire simple, les pauvres se concentrent dans les habitats dégradés et anciens de centre-ville et les logements sociaux (cv mais aussi ensemble collectifs ou semi-collectifs), les classes moyennes rejoignent la préiphérie et les riches s’ostracisent au sein d’espaces centres, intermédiaires ou périphériques limités. Peut être verront nous à l’avenir, et à la condition que l’on cherche à réduire l’emprise territoriale de la ville, naître ses ségrégations, non plus à l’échelle du territoire de la ville mais de plus en plus à celle des tours, et des bâtiments denses de moyenne hauteur. 



  • J. Thonnelier J. Thonnelier 31 juillet 2010 11:55

    Vous avez raison, Dubai est certainement l’exemple de connerie urbaine le plus connu au monde ! Dubai vit au jour le jour, elle vit l’instant, le temps T un peu comme dans un rêve, dissocié de tout recul, de toutes anticipations (il suffit de voir comment l’émirat a investi massivement dans l’immobilier et l’industrie du loisir, premiers secteurs bien souvent à pâtir des crises qui semblent se répéter à intervalles de plus en plus rapprochés). Dubai est un rêve, comme le rêve elle est vouer à mourir, au réveil des consciences. Surement qu’il sera déjà trop tard.



  • J. Thonnelier J. Thonnelier 27 avril 2010 20:12

    Bonjour,


    Si mon regard d’urbaniste m’amène à considérer cet article comme un bon résumé des cours que l’on peut avoir, notamment ;), mon regard de sociologue me pose d’autres questions.

    Si, sur le fond, je suis d’accord avec une partie de ce qui est écrit ici, je regrette cependant que cela reste au stade d’une prise de position quasiment philosophique, sans ancrage dans la réalité, comme c’est souvent le cas. Comment analyser un tel phénomène depuis l’extérieur ? Sont-ce de simples suppositions ? Une écriture si définitive ne laisse pas de place à la discussion, et c’est peut-être ce qui est dommage.

    Comment situer cet article ? Mea Culpa d’un urbaniste sur sa profession ? Profession de foi d’un politique ? Essai philosophique dithyrambique ? Etude sociologique ? Un peu de tout ? Un positionnement plus franc permettrait d’appréhender cet article avec la sérénité qui s’impose.

    Enfin, sur le principe, discuter entre lecteur « érudits » d’un tel site d’une difficulté aussi évidente sans inclure à un quelconque degré les populations en questions me pose toujours un certain problème. Mais c’est un point de vue personnel.

    Mais je ne cherche pas à accabler ici, juste à préciser les choses de mon point de vue (puisque c’est le but des commentaires :)


  • J. Thonnelier J. Thonnelier 27 avril 2010 19:09

    Merci ;)

    Mais cela reste une réalité parmi des centaines d’autres. Et je ne crois pas que cela soit possible de poser « la réalité » d’une situation complexe en quelques lignes.

    COrdialement.



  • J. Thonnelier J. Thonnelier 27 avril 2010 18:51

    Bonjour,

    Ici j’entends bien évidemment la République au sens large du terme, et bien évidemment, toutes interventions publiques sur cet espace de ville (qu’il se trouve en couronne parisienne ou bien ailleurs) peuvent être vues comme des interventions de la République.

    Et, oui, je crois bien que c’est parce que la République n’est pas assez présente au sein de ces espaces que le problème se fait. La République ici non seulement au sens, de la manière dont elle devrait être percue (sens noble du terme, la république légitime et qui vous donne vos chances) mais également au sens, comme je le dis, de ses prolongations (culturelles, éducatives notamment)

    Cordialement ;)

Voir tous ses commentaires (20 par page)







Palmarès