Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

jack mandon

jack mandon

Travaux de psychologie des profondeurs et graphologie judiciaire, Institut jungien, A. Teillard, Paris
Diagnostic expérimental des pulsions selon Szondi, recherches, applications, conseil et orientation.
Diplômé en psychologie, j'ai présenté 6 mémoires dont voici l'énoncé :
La roue de médecine : Théâtre de nos archétypes, fondement ancestral,
La mythologie personnelle : Activation de notre histoire contemporaine,
La rencontre avec l'ombre : Le miroir et la rencontre avec nous même,
Le pardon : Acte libérateur vers la métamorphose,
Les mémoires du corps : Empreintes du temps dans notre chair,
Transpersonnelle au quotidien : Alchimie de la réalité et de l'imaginaire.
Dans l'exercice de mon métier, j'ai cultivé et utilisé les outils suivants :
Analyse transactionnelle, transpersonnelle, P.N.L., rêve éveillé, visualisation, éducation des choix, hypnose, sophrologie, graphologie, symbolisme zodiacal.
Dans les secteurs relatifs à l'intime, le confidentiel, le matrimonial, le professionnel, le social, la réinsertion, l'enseignement, le culturel.
La rédaction d'un article me ramène toujours à l'humain, à la poésie, au culturel, je n'apprécie pas"l'esprit de critique" toujours entaché de problèmes bien subjectifs projetés à tout va sur tout ce qui bouge. En revanche, l'esprit critique,dans la nuance, plus pédagogique retient mon attention, car il s'adresse à la partie adulte de notre psyché et incline à la réflexion, voir, à la méditation.
Dans cette période de ma vie, je privilégie l'exercice physique varié et soutenu en partage avec des échanges de qualité, mon intérêt pour la nature est grandissant.
 
 

Tableau de bord

  • Premier article le 04/04/2008
  • Modérateur depuis le 18/04/2008
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 109 4511 8888
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0
Modération Depuis Articles modérés Positivement Négativement
L'inscription 119 87 32
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : ordre chronologique













Derniers commentaires


  • jack mandon jack mandon 23 juillet 21:51

    @Taverne
    Ma défiance envers cette nouvelle forme de dualité antagoniste

    Ce n’est pas nouveau, est-ce une dualité ?

    Je trouve au contraire très révélateur de souligner que la communauté de l’être est le tout de l’être. C’est la vision pré-socratique de Parménide, Héraclite, Anaximandre, celle des amérindiens Sioux, des anciens germains, c’est à dire avant que le monde soit politisé, étatisé, régenté par l’argent et le pouvoir.
    Période qui s’est installée avec Socrate, Platon, Aristote, ce dernier eut pour élève un génial prétentieux, tyrannique et sans scrupule : Alexandre le Grand...la monstruosité était lancée.


    est la même que j’ai envers les religions. C’est sur le terreau des dualités que les religions prospèrent en désignant une dimension comme étant le mal et en voulant nous convaincre que la dimension opposée est le mal.

    Même au niveau psychologique, quand on fait un bilan pulsionnel, on constate bien entendu que l’être et l’avoir sont une composante de la personnalité, mais il est manifeste que l’aspiration à l’être n’a pas sur les interactions humaines le même impact que le besoin d’avoir. Jésus qui n’a hélas que très peu influencé les chrétiens, Paul, le roi de l’épître, et Pierre l’analphabète ont fondé Rome.
    Jésus dans ses évangiles qui font l’admiration des bons psychanalystes et des philosophes, nous révèle l’âme humaine, sans complaisance. La plupart des prêtres et des pasteurs n’en décèlent que des platitudes moralisatrices, alors que l’évangile est amorale.

    Jésus nous invite à faire la différence entre l’amour et Mammon,
    c’est à dire l’argent. Il n’y a pas dualité, le premier est sacral, le second engendre pouvoir, domination et violence.

     C’est pourquoi, mon idée est toute faite et ne changera plus

    Si j’osais...c’est une attitude sectaire ?

    je préfère vivre en trois dimensions.

    Que voulez vous dire ? trois dimensions.

    Non seulement, c’est une voie plus riche, mais cela évite les oppositions stériles et par cette voie on peut transcender les antagonismes quand, malgré tout, ils subsistent.

    Je ne vois pas d’antagonisme, mais deux voies distinctes

    Bonne soirée Taverne


  • jack mandon jack mandon 23 juillet 21:14

    Taverne,

    Le juste est solitaire.

    La foi ne devrait-elle pas connaître des limites ?

    Elle est limitée puisque engendrée souvent par l’affect, elle devient projective. En finalité engendre le conflit.

    Les première limites ne devraient-elles pas être la haine de l’autre et l’inquisition dans la vie familiale ?

    C’est à dire que c’est un aspect de son aboutissement.

     L’esprit de tolérance de notre république laïque n’implique-t-il pas d’interdire

    La république, sans tête et sans couille, pas grand chose à attendre d’une institution engendrée par la révolution capitaliste de 1789. De l’horreur, de la misère et des guerres sans fin. L’histoire parle d’elle même.

    , sur notre territoire et dans la totalité de notre espace commun, toute propagation d’idées radicalement opposées aux Lumières ?

    Les lumières ? dans le contexte des études, sous influences j’y croyais, comme il s’agissait de croyance, fatalement je me trompais.

     Mais il est vrai que les religions et la Raison se disputent la référence à la lumière. La lumière est, pour les croyants, la vérité de leur foi. Pour les philosophes, elle est la vérité rationnelle. C’est un paradoxe qui reste à élucider (mot dont l’origine se réfère aussi à la lumière) avec une grande lucidité

    Hors système religieux ou philosophique, il est des hommes honorables comme Spinoza.

    Dans tous les systèmes de la société de l’avoir, l’homme authentique n’existe pas.

    La vie de votre héros est suffisamment éclairante.

    Merci Taverne pour votre article sensible

     bonne soirée.


  • jack mandon jack mandon 23 juillet 18:08

    @Jo.Di

    Bonjour et merci pour l’information sur Robert Kurz.

    Le problème majeur pour moi est la langue, certes superbe dans sa musicalité poétique...la limite du français moyen.

    Débarrassé des prédateurs staliniens et léninistes, je découvre à travers Cousin, une dialectique tout à fait surprenante, la pensée marxiste qui nous montre l’horreur d’un mode de fonctionnement qui échappe à la communauté de l’être et bascule dangereusement dans la société de l’avoir. Si l’on peut éviter d’entendre Georges Marchais, en toile de fond, au demeurant sympathique pour ses qualités d’acteur.

    Sale temps pour les politiques de gauche de droite et d’ailleurs et ces médias pourries dont la valeur morale et l’éthique, s’identifient à celles des canailles paumées et incultes des banlieues utilisées pour leurs sales besognes terroristes et leur culture de la peur entretenue. C’EST LA FIN D’UN MONDE.


  • jack mandon jack mandon 11 juin 20:41

    « La France ne le sait pas, mais nous sommes en guerre avec l’Amérique.

    Oui, une guerre permanente une guerre vitale, une guerre économique, une guerre sans mort...apparemment.

    Oui, ils sont très durs les américains, ils sont voraces, ils veulent un pouvoir sans partage sur le monde…

    C’est une guerre inconnue, une guerre permanente,sans mort apparemment et pourtant une guerre à mort. »

    Pourquoi on ne débat pas publiquement là-dessus ?

    Un bien curieux personnage, politique brouillon, a proclamé cela.Mitterrand, bien sur. Avec l’aide de français aussi bizarres que lui, il a chassé un homme, qui lui, avait une vision noble de la France, mystique même. C’est vrai qu’il était d’un autre temps ce général, Charles De Gaulle. Il a certainement trompé Yvonne avec la république. Il ne faut pas être tout à fait « normal » pour accéder au rôle suprême de président...sinon,on devient vraiment ridicule.

    En démocratie on peut dire des choses vraies et sensées, mais elles se mêlent aux mensonges journalistiques et politiques, très habilement distillés,alors on ne voit pas ce qui fait sens et l’on se perd insidieusement. Le capital hypnotise, Mammon sa tête pensante règne sur la terre.


  • jack mandon jack mandon 11 juin 12:31

    Puisqu’il s’agit en partie du manque d’éthique qui plombe notre monde et nous pousse en direction inconnue, mystérieuse et inquiétante, tentons de questionner Platon. Il s’interrogeait sur la différence entre « l’image » et le « simulacre ».

    Pour actualiser le propos, nous pourrions transposer à notre époque en évoquant l’information. Marx est radical là-dessus, « Les médias disent le faux par essence, ils sont la déjection intestinale du pouvoir de la marchandise, la merde de l’économie politique. »







Palmarès