Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

jack mandon

jack mandon

Travaux de psychologie des profondeurs et graphologie judiciaire, Institut jungien, A. Teillard, Paris
Diagnostic expérimental des pulsions selon Szondi, recherches, applications, conseil et orientation.
Diplômé en psychologie, j'ai présenté 6 mémoires dont voici l'énoncé :
La roue de médecine : Théâtre de nos archétypes, fondement ancestral,
La mythologie personnelle : Activation de notre histoire contemporaine,
La rencontre avec l'ombre : Le miroir et la rencontre avec nous même,
Le pardon : Acte libérateur vers la métamorphose,
Les mémoires du corps : Empreintes du temps dans notre chair,
Transpersonnelle au quotidien : Alchimie de la réalité et de l'imaginaire.
Dans l'exercice de mon métier, j'ai cultivé et utilisé les outils suivants :
Analyse transactionnelle, transpersonnelle, P.N.L., rêve éveillé, visualisation, éducation des choix, hypnose, sophrologie, graphologie, symbolisme zodiacal.
Dans les secteurs relatifs à l'intime, le confidentiel, le matrimonial, le professionnel, le social, la réinsertion, l'enseignement, le culturel.
La rédaction d'un article me ramène toujours à l'humain, à la poésie, au culturel, je n'apprécie pas"l'esprit de critique" toujours entaché de problèmes bien subjectifs projetés à tout va sur tout ce qui bouge. En revanche, l'esprit critique,dans la nuance, plus pédagogique retient mon attention, car il s'adresse à la partie adulte de notre psyché et incline à la réflexion, voir, à la méditation.
Dans cette période de ma vie, je privilégie l'exercice physique varié et soutenu en partage avec des échanges de qualité, mon intérêt pour la nature est grandissant.
 
 

Tableau de bord

  • Premier article le 04/04/2008
  • Modérateur depuis le 18/04/2008
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 109 4507 8893
1 mois 0 13 0
5 jours 0 13 0
Modération Depuis Articles modérés Positivement Négativement
L'inscription 119 87 32
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : ordre chronologique













Derniers commentaires

  • jack mandon (---.---.96.54) 8 juin 16:59
    jack mandon

    @Daniel Roux,


    « Platon, figure de proue d’un certain christianisme paganisé à venir. »

    Le platonisme comme renonciation au sensible, offre une voie de catharsis qui détourne l’âme du devenir temporel pour l’attacher au spirituel, et redresse l’homme charnel en homme spirituel : p. 479 et 482.

    La dichotomie corps et âme est une vision de Platon, elle n’a rien de commun avec les fondements mosaïques de l’ancien testament. Dans l’ancien testament, l’âme est un corps animé. Quant au corps mort, ce n’est plus un corps.
    Ce n’est pas banal que cette vision unitaire qui valorise le corps. Le contenant et le contenu s’animent de concert.
    La vision platonicienne a servi les atrocités et autres barbaries qui consistaient à sacrifier, voire à « purifier » le corps dans les flammes des bûchers des fous de dieu. Entre chrétiens du XVIe siècle et islamistes contemporains, même folie.
    Quant aux Grecs ils ont emprunté des idées philosophiques à la Bible. Voir Saint Augustin, Cité de Dieu, VIII, t. 34, p. 270. Les cultures s’interpénètrent.
     

  • jack mandon (---.---.96.54) 8 juin 16:12
    jack mandon

    @Jo.Di

    Tout à fait,Saint Augustin, La cité de Dieu, II, Livre VIII, Œuvres, Bibliothèque augustinienne, p. 247 sq.

    Merci

  • jack mandon (---.---.96.54) 8 juin 16:03
    jack mandon

    @njama

    Sauf erreur dans ses étymologies et acceptations anciennes le mot Europe n’avait pas un sens politique. Et encore moins une conception fédérale.

    L’Europe telle qu’on l’entend aujourd’hui est une création politique du XX° siècle dont la genèse n’a rien à voir avec la Grèce.

    La question n’est pas la, l’Europe exista avant la lettre, à travers l’histoire et ses conquêtes. Elle prit une forme méditerranéenne avec Alexandre, s’élargissant considérablement en intégrant les pays, dans toutes les directions de la rose des vents avec Jules,
    tanguant vers la Germanie avec Charlemagne. Avec le saint empire romain germanique se rétractant graduellement entre le IXe et le XVIIIe siècle, pour éclater définitivement sous l’impulsion du 1er empire. L’Europe des conflits est la seule réalité, le reste et vue de l’esprit, traités ou pas. Une construction branlante pour un empire américain qui a toujours veillé à son anéantissement...en douceur.
    Aidé en cela par les britanniques qui ont toujours pensé qu’une Europe de paix mettait en péril leur tranquillité. 

    Seul, le caractère génésiaque m’intéresse pour son aspect culturel.
    La culture, par essence, reflète l’harmonie de l’être et fait grandir l’humanité. Pour les politiques à l’école de Gorgias, c’est un travail de prédation et de destruction.

  • jack mandon (---.---.96.54) 8 juin 12:37
    jack mandon

    @Daniel Roux

    Votre icône est symptomatique de votre état d’esprit.

    La démocratie que vous défendez habite une âme peu encline à entendre la différence.
    Je me répète,
    « comprendre, c’est intégrer le tout du monde en vous. »

  • jack mandon (---.---.96.54) 8 juin 12:10
    jack mandon

    L’histoire nous informe sur nos travers humains.

    La révolution française est un excellent exercice d’analyse.
    Elle fut capitaliste. La justice était chantée sur tous les tons mais les enjeux stratégiques étaient d’une autre nature.
    Le roi, élu de droit divin et les nobles avaient l’illusion du pouvoir. Les bourgeois, la force montante, furent les artisans de la révolution. Les girondins, chef de file, Danton et sa clique, bordelais, affairistes du commerce avec le nouveau monde, possédaient l’argent mais enviaient les titres aux nobles, sans doute une certaine culture, un charisme. Ceux qui deviendraient les montagnards, siégeant au sommet de l’hémicycle à l’assemblée, chef de file Robespierre, avocat et bourgeois technocrate. Sur la scène nationale, il y avait aussi les conservateurs royalistes, entre autre les vendéens, paysans des communaux. Les sans culottes parisiens. Tout ce petit monde ne pouvait s’entendre, ils s’éliminèrent les uns les autres, jusqu’à la prise de pouvoir de l’ogre talentueux Bonaparte. Globalement, l’homme cherche-t-il le vrai, le juste. le bien ou tout simplement le pouvoir ?







Palmarès



Agoravox.tv