• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Jacquesp

Cet auteur n'a pas encore renseigné sa description

Tableau de bord

Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 0 48 0
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Derniers commentaires



  • Jacquesp 14 avril 2011 16:51

    L’article d’Hugo Chavez est très simpliste et ne nous apprend rien. Ce n’est pas parce que Dieu a donné à tous la terre en héritage, qu’Il est nécessairement de gauche. Ce serait plutôt les gens de gauche qui pourraient être qualifiés de croyants, mais ce n’est pas sûr que cela lleur fasse plaisir. Il y a cependant un détail qui sépare Dieu des idées de gauche : la notion d’égalité entre citoyens. Pour la gauche, un citoyen en vaut un autre : les citoyens sont interchangeables entre eux, comme des poulets qu’on élève en batterie dans les élevages industriels. Dans cet objectif, on a inventé l’égalité des droits et des devoirs, et tout le monde trouve cela très bien, moi y compris. Pour Dieu, cela se passe différemment. Pour Lui, chaque être humain est unique au monde, comme son Créateur, ce qui interdit de comparer un être humain à un autre être humain. Tout ce que Dieu fait ou dit vient de Dieu. Comme l’être humain est à l’image et ressemblance de Dieu, chaque être humain est invité à faire et à dire ce qui vient de lui (en théorie). Ce concept exclut toute allégeance à une religion extérieure, ou même à une idéologie politique (de droite ou de gauche). On voit donc que Dieu est un énorme anarchiste dont les idées ne sont pas prêtes d’être appliquées, encore moins d’être comprises.



  • Jacquesp 2 septembre 2010 18:40

    Désarmer les dieux ?

    C’est une idée comme une autre, mais pratiquement, je ne vois pas bien comment on s’y prend. A moins qu’on veuille dire « désarmer ceux qui se croient investis de Dieu ». Pour cela il y a une recette intéressante dans la Bible, au chapitre du Sermon sur la Montagne : « si un ennemi te frappe la joue, tends l’autre joue ». C’est de la non-violence extrême que peu de pacifistes sont capables d’appliquer. D’ailleurs, ils auraient peut-être tort car ils n’auraient pas conscience de la justice de Dieu et de la violence proportionnée qui sera appliquée à l’ennemi en question, quand l’heure sera venu pour lui comme pour tous de rendre des comptes. Dieu est contre la religion, c’est écrit dans la Bible et le Coran. La raison en est que les gens de religions usurpent les prérogatives de Dieu contre leurs frères. Devant Dieu, ils seront traités comme des criminels et des charlatans. Dans leur propre intérêt personnel, ils auraient intérêt à arrêter d’eux-même leurs impostures qui se retourneront contre eux. Si Dieu peut être violent, il n’a demandé à personne de l’être à sa place.



  • Jacquesp 1er septembre 2010 10:59

    Je me suis toujours demandé pourquoi les laïcs, qui sont partisans de la liberté de pensée, sont contre les dogmes et la religion. Les dogmes et les religions ne feraient-ils pas parti de la liberté de pensée d’un certain nombre d’individus ? Sur ce point la laïcité n’est pas clair.
    Après tout, la laïcité, la République et même la science ne seraient-elles pas aussi ... des dogmes, tout aussi respectables au nom même de la liberté de pensée.
    Mais alors où est la Vérité dans tout ça ? Chez les athées, les mormons, les catholiques, les scientologues, les témoins de Jéhova..... En réalité, notre démocratie s’en fout . Ce qui l’intéresse, c’est que tous ces mondes-là grenouillent sans trop de casse. Il faut le reconnaitre, la République a réussi son coup en faisant cohabiter tout le monde dans une tolérance satisfaisante. Reste quand même une énorme lacune : la liberté de pensée s’interdit de dire où est la Vérité et où elle n’est pas . La Vérité et le Mensonge sont mis au même niveau.Comme les mensonges sont plus nombreux et plus « visibles » que la Vérité, c’est le Mensonge qui l’emporte à plate-couture dans notre société. A moins d’un évènement insolite, je pense que cette situation perdurera.



  • Jacquesp 7 juin 2010 11:25

    Le capitalisme est une saloperie, comme le communisme mais j’adhère au point de vue de jean-Pierre llabrés. d’ailleurs en Février 2005 je déposais sur le bureau de Ségolène Royal à Poitiers un dossier de fonds de pension national qui a été concocté par le Trésor Public dans les années 80. C’est l’usage noble de l’économie virtuelle (qui ne doit pas profiter qu’aux seuls banquiers) , à mon sens, car elle peut palier aux phénomènes temporaires de récession, due au différentiel de compétitivité entre l’Europe et la Chine. Quand ce différentiel s’estompera, on retrouvera l’économie réelle. Pour revenir à Frank Lepage, son point de vue est interessant dans son aspect critique, ce qui est déjà beaucoup, plus flou dans les propositions d’une nouvelle société. Pour généraliser, on peut s’interroger sur la manipulation des individus par les systèmes (politiques, économiques, religieux).
    Ce n’est pas un problème qui date d’hier et qui n’est pas limité au seul capitalisme.
    C’est à se demander si tout système créé par l’homme n’est pas pervers dans la mesure où il cherche à fagociter la liberté de l’individu. Mais alors, faut-il créer des sociétés sans systèmes ? Michel Potay a répondu OUI, mais à ma connaissance, il est le seul. Pour en arriver là, il faudrait que l’individu soit doté d’une autonomie énorme qu’on a du mal à imaginer aujourd’hui : l’homme a été tellement conditionné qu’il a oublié qu’il pouvait marcher tout seul.



  • Jacquesp 22 mai 2010 17:17

    Il n’existe rien d’autre que Dieu.
    La formule est belle mais inexacte. Dieu est le seul à avoir la conscience parfaite de son existence, ce qui n’est pas le cas de toutes les autres créations. Le cas de l’homme est à part, car il est le seul à partager cet état de conscience avec Dieu, mais seulement d’une façon très partielle. Quand on demande à un homme combien de temps il vit, il répond sans hésiter : cent ans, si tout va bien. Quand on demande à Dieu combien de temps vit l’homme, il répond sans hésiter : une éternité. Si c’est Dieu qui a raison , alors l’homme ne se connait pas et on peut dire que tout est fait pour qu’il ne se connaisse pas, ce qui est bien dommage, on s’en rendra compte plus tard. Dans ce sens , on peut dire que l’homme n’existe pas ou du moins n’existe pas pleinement : s’il savait qu’il vit une éternité, l’homme ne se ferait aucun soucis pour sa retraite qui l’angoisse tant. A sa mort, l’homme n’aura plus d’angoisse pour sa retraite mais s’en fera pour l’éternité qui s’ouvre devant lui. On m’avait pas prévenu ! protestera-t-il. Je ne savais pas que l’âme prenait le relais du corps après la mort, sinon j’aurais fait quelque chose pour la rendre plus costaud, ou du moins j’aurais essayé de ne pas la démolir. Est-ce qu’on a droit à une autre chance une fois qu’on est au courant ? pas vraiment . Il faut attendre longtemps, longtemps la Grande Dépanneuse.

Voir tous ses commentaires (20 par page)







Palmarès