• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

JB Rouquin

 Enseignant de français 

Tableau de bord

  • Premier article le 08/12/2008
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 1 4 37
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : ordre chronologique




Derniers commentaires



  • JB Rouquin 11 décembre 2008 22:06

    M. Virgule,

    Je ne suis propriétaire d’aucun pays. Je m’étonne juste que le mien se morde la queue en désintégrant des jeunes qui ne connaissent que lui.

    Quant à votre propos sur l’immigration en général (car c’est là que vous semblez vouloir déplacer le débat), je vous dirai ceci :
    Vous verrez quand vous serez vieux, que vous aurez besoin de quelqu’un qui vous aidera à vous laver, à vous nourrir, à vous déplacer, quelqu’un qui supportera votre aigreur et vos odeurs... vous comprendrez ce que c’est que d’être assisté.
    Et il y a fort à parier que votre assistante de vie sera noire et illettrée, payée par votre fils blanc et cultivé, lequel viendra vous voir.. allez, une fois, deux fois par mois ?
    Ah tous ces assistés, tous ces ouvriers du bâtiment, ces commis de cuisine, ces éboueurs... tous noirs et polygames, à profiter des alloc’ !
    N’empêche qu’avant de les expluser faudrait penser à les remplacer...




  • JB Rouquin 10 décembre 2008 22:13

    Carte d’identité pour les gens qui mettent un pied en France ?! 
    On ne parle pas de nationalité mais de droit au séjour.
    La nationalité n’est pas un droit pour Khadija (même si elle peut demander la naturalisation, qui n’est qu’une faveur accordée par décret du gouvernement). 
    Quant au droit au séjour, octroyer une carte d’un an, renouvelable sous condition (signature du CAI), à quelqu’un qui a vécu TOUTE SA VIE en France, c’est limite de la provocation...



  • JB Rouquin 10 décembre 2008 20:55

     Quelques précisions : 

    1) Je ne travaille pas dans l’Éducation nationale.
    2) J’aime mon pays et quand j’entends la Marseillaise se faire siffler, je suis consterné. 
    3) Dans cet article, je constate que le gouvernement n’applique pas la loi qu’il a lui-même fait voter. Si la loi oblige l’étranger à signer le contrat d’accueil et d’intégration (CAI), il doit signer. Si la loi l’en dispense, il doit être dispensé, point. Or, l’administration convoque tous les jeunes dans la situation de Khadija pour leur faire signer le CAI (histoire de faire du chiffre). Pourquoi ? Soit parce que Hortefeux a donné des instructions en ce sens, soit parce que les dirigeants de l’ANAEM ne savent pas lire et interpréter une loi (dans les deux cas, c’est grave).
    4) Le résultat obtenu est le contraire de celui recherché : au lieu d’intégrer un migrant, on renvoie un jeune qui a toujours vécu en France à sa condition d’étranger, logé à la même enseigne que n’importe quel immigré de fraîche date.
    5) A ceux qui veulent expulser les siffleurs de Marseillaise : vous êtes aussi pathétiques que ceux que vous voulez expulser...




  • JB Rouquin 10 décembre 2008 14:52

    Loin de moi l’idée de dénier à l’Etat le droit de réguler l’immigration. Je trouve d’ailleurs normal que les primo-arrivants qui viennent s’installer durablement en France soient obligés de suivre une formation linguistique et que la connaissance du français soit une condition d’obtention de la carte de 10 ans.
    Quant à la formation civique, elle ne me choque pas davantage.

    Mais à l’heure où l’on parle d’intégration des générations issues de l’immigration, quel sens cela a-t-il d’imposer à un jeune né à l’étranger mais ayant vécu toute sa vie en France les mêmes contraintes qu’à un étranger qui met pour la première fois les pieds en France ?
    Un jeune vit 18 ans dans un pays, va à l’école, passe son bac... et on lui demande de passer un test de langue et d’assister à une formation civique avant de lui octroyer généreusement une carte de séjour de...1 an ?! Et après on s’étonnera qu’il siffle la Marseillaise !

    Une véritable politique d’intégration ne consisterait-elle pas plutôt à informer ce jeune sur les modalités d’acquisition de la nationalité française (en lui détaillant la procédure, les entretiens qu’il devra passer, etc.) voire même à le convoquer à la journée d’appel de préparation à la défense, comme ses petits camarades français, au lieu de lui faire signer un "contrat" ayant pour titre "Bienvenue en France" ?









Palmarès