• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

jdal

Cet auteur n'a pas encore renseigné sa description

Tableau de bord

Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 0 8 0
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Derniers commentaires


  • jdal 3 avril 2009 20:32

    Article intéressant et dont les conclusions sont mesurées, ce que j’apprécie en matière scientifique en général et tout particulièrement en matière de génétique. Mais toujours le même débat en cette dernière matière, information ou substance, cybernétique ou physique-chimie, ou une articulation des deux ? Sur le plan théorique, André Pichot a eu raison d’évoquer un champ de ruines : ça ne reconstruit pas, ça ne construit même pas. Des descriptions, mais pas d’explications, celles-là ne valant pas celles-ci. Enfin, si le processus (qu’a-t-il de mécanique ?) est conservé, ce n’est peut être pas tant parce qu’il procure un avantage que parce que l’ADN se réplique.


  • jdal 28 décembre 2008 19:14

    Je suis curieux de connaître les lois en question. Que des articles en parlent ne me suffit pas.

    S’agissant de monnaie privée, les banquiers étant moins incompétents que les politiciens qui les servent, le monde ne risque pas qu’ils sollicitent le privilège dont j’ai parlé. Que feraient les émetteurs d’un telle monnaie dans un marché dont la mondialité n’est pas contestable ? Ils se livraient de bonnes petites batailles monétaires comme les Etats dont ils auraient hérité ? Imaginez-vous les comptables aux prises avec encore plus de différences de change ? Il est vrai qu’aujourd’hui les normes comptables permettent n’importe quoi. En somme, votre goût pour la monnaie privée ne manque pas de SEL. Imaginez-vous des banquiers et des politiciens courrant vers toujours plus de concentration y renoncer pour une tribalisation de l’économie et de la finance ? N’allez pas croire que je dédaigne les SEL. On n’y émet pas de monnaie.


  • jdal 26 décembre 2008 18:55

    Mettre la crise sur le dos de la discrimination positive, j’avoue que je ne pouvais pas y penser. Les acteurs économiques et financiers font ce que les Etats leur permettent de faire, directement ou indirectement par le FMI, la BRED, l’OMC et autres aréopages autoproclamés. Toute la puissance destructrice de l’Etat tient dans ce qu’il laisse faire à ces acteurs à leur demande. Je ne doute pas que si des financiers demandent aux Etats démocratiques de privatiser la monnaie, ou de renoncer au monopole monétaire ce qui revient au même, la bande d’incompétents qui gouvernent ces Etats se fera un plaisir de leur accorder ce privilége.


  • jdal 25 décembre 2008 14:07

    Ne faut-il pas situer ce débat pour lui donner son sens ? De récents déboires déconsidèrent, décrédibilisent la finance, ses activités et ses acteurs. La voici descendue des hauteurs où elle s’affirmait cause de tout bonheur et progrès. Plus possible de l’associer aux lendemains qu’elle chantait. La voici livrée aux contingences irrationnelles et publiques de la politique. Un replâtrage d’urgence s’impose. Ses petites mains, qui savaient bien et tout face aux imbéciles qui parlaient de taxe Tobin il y a une décennie, se rebiffent. Prises en flagrant délit d’atonie intellectuelle et de sidération mentale par leur fétiche adoré, elles font feu de leur volonté de rachat. Nous allons voir la théorie économique faire de fantastiques progrès théoriques et des vieilles marmites monter de nouvelles potions magiques. Bonne tambouille, gdm. Et noyeux joël.


  • jdal 24 décembre 2008 11:56

    Je ne me tiendrai pas rigueur de n’être pas féru de bureautique ni communiquer par "bas débit". Rien de tel qu’un dédoublement pour éliminer une incohérence. Voire. S’il y deux sortes de valeur, ne faut-il pas en conclure que les échangistes ne sont pas dans le même espace que l’échange "stricto sensu" ? Que leur préférence, ce qui fait pour eux la valeur, est irréductible, pour ne pas dire hors d’atteinte, du prix qui fait la valeur économique ?







Palmarès