• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Jean-Dominique Reffait

Jean-Dominique Reffait

Historien et philosophe de formation, conseil en communication internet de métier. Profondément attaché aux valeurs universelles humanistes et fraternelles.

Tableau de bord

  • Premier article le 21/11/2006
  • Modérateur depuis le 16/03/2007
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 13 36 518
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0
Modération Depuis Articles modérés Positivement Négativement
L'inscription 29 14 15
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : ordre chronologique













Derniers commentaires


  • Jean-Dominique Reffait Jean-Dominique Reffait 14 avril 2010 13:58

    Cela n’a strictement rien à voir ! Dans toutes les grandes associations, il y a une commission chargée de résoudre les conflits internes, et chez nous elle s’appelle pompeusement Chambre Suprême de Justice Maçonnique. Elle ne s’intéresse qu’à l’application du Règlement intérieur, jamais du reste. Il faut bien une instance pour trancher certains litiges ou pour contrôler que les procédures internes sont correctes. Pour tous les problèmes entres membres, ce sont les tribunaux de la République qui s’en occuppent, évidemment. La CSJM ne s’occuppe que de savoir si untel a bien respecté le règlement. S’il ne le respecte pas il y a des sanctions : suspension ou exclusion. Comme dans n’importe quel grosse organisation qui doit parfois gérer des conflits.

    Je vous précise aussi que, si la décision de la CSJM ne plait pas à quelqu’un, il peut aller devant un tribunal de la République pour trancher, c’est arrivé souvent. La justice de la République est toujours au dessus de nos propres règles, toujours.

    C’est comme si vous considériez que la commission des conflits d’une fédération sportive qui doit examiner les cas de dopage est comparable à un tribunal de la Chariaa. Cela n’a aucun rapport.


  • Jean-Dominique Reffait Jean-Dominique Reffait 14 avril 2010 13:46

    Musardin, excuse-moi mais le DH s’est créé A CAUSE du refus d’initier des femmes au GO et GL. Le fond de ma pensée est que le DH a été une obédience nécessaire mais transitoire. Et un jour tu seras très heureux, dans ta loge, au GO ! L’idée d’emm... ensemble les anglo-réguliers ne t’amuse pas ?!!


  • Jean-Dominique Reffait Jean-Dominique Reffait 13 avril 2010 17:46

    La vidéo sur le « signe » est très drôle mais ça n’a aucun rapport !
    Il y en a qui ont besoin de cure de repos !


  • Jean-Dominique Reffait Jean-Dominique Reffait 13 avril 2010 17:39

    Quelques précisions : Mitterrand n’a jamais appartenu ni de près ni de loin à une loge. Giscard n’a pas été blackboulé, la cérémonie d’initiation n’a pas eu lieu parce qu’il souhaitait que la cérémonie ait lieu à l’Elysée, ce que les responsables de la GLDF ont refusé.
    Le signe à l’Assemblée : ce n’est pas un ministre mais un député simple, Henri Brisson, qui l’a fait en 1899 et une seule fois. Pas de quoi en déduire un complot !

    L’influence maçonnique sur les politiques publiques est à la fois réelle aujourd’hui mais plus diffuse dans la société. Depuis la troisième république et la loi (maçonnique) de 1901 sur la liberté d’association, le 20ème siècle a vu l’émergence d’un grand nombre d’associations spécialisées, d’ONG, etc. Les francs-maçons sont très nombreux à l’intérieur de ces associations qu’ils choisissent selon leur affinités personnelles. Il y a donc un échange permanent d’idées entre des associations très influentes parce que très spécialisées et les loges d’où viennent de nombreux membres d’associations. C’est donc un travail plus discret que l’intervention politique directe mais sans doute plus pointu et plus efficace.
    J’en veux pour exemple la création du 5ème risque de la sécurité sociale (la dépendance) sur lequel le GODF travaille depuis des années, bien avant que les politiques s’intéressent au sujet. C’est également le cas pour de nombreux sujets de bioéthique.


  • Jean-Dominique Reffait Jean-Dominique Reffait 13 avril 2010 17:12

    Exact pour le lapsus ! Signifiant je l’ignore...
    Le vote paradoxal (refuser l’initiation de femmes et refuser le caractère masculin) peut malgré tout s’expliquer : on dit non à un moment mais on ne veut pas graver ce refus dans le marbre pour l’avenir.
    Par vote circonstantiel, je fais allusion au fait que ce vote sur la liberté ou non d’initier des femmes est intervenu parce que 5 loges avaient décidé de faire entrer des femmes : il fallait donc voter sur cette circonstance précise.

    Sinon je suis bien d’accord avec vous  : nous n’avions que trop trainé sur ce sujet.







Palmarès