• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Jean Emmanuel

Cet auteur n'a pas encore renseigné sa description

Tableau de bord

Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 0 1 0
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Derniers commentaires



  • Jean Emmanuel 14 janvier 2009 16:26

    Bonjour à tous,

     

     

    Je faisais partie du groupe de touristes qui a passé Noël avec les chrétiens d’Irak (Assyro-Chaldéen-Syriaque) sur lequel Envoyé Spécial a fait un reportage.

     

    Sur la forme du reportage, il n’est pas parfais c’est vrai car il est beaucoup centré sur le groupe de touristes et sur les risques présupposés que nous avons pris (c’est plus vendeur, plus sensationnel). Mais il a tout de même permis de mettre un peu en avant la situation des chrétiens d’Irak (je les appelle ainsi par souci de simplicité et de compréhension pour tous car ils ont eu beaucoup de dénominations au cours de l’histoire : Église d’Orient, Église de Perse, Église syriaque orientale, Église Nestorienne… pour ceux que cela intéresse je conseille le livre « Histoire de l’Église d’Orient : Chrétiens d’Irak d’Iran et de Turquie » de Raymond Le Coz aux éditions Cerf). Ces chrétiens ont une histoire tout à fait particulière, ils sont les héritiers des toutes premières communautés chrétiennes (on retrouve leurs traces dès le deuxième siècle). Ils ont réussi survivre au règne des califes de Bagdad, ils ont transmis aux arabes l’ensemble de l’héritage de la philosophie et de la médecine grecque et ainsi c’est grâce à eux que l’on a redécouvert en Occident l’héritage helléniste au moment de la renaissance. Ils ont réussi à maintenir leur religion et leur culture sous domination mongole puis sous domination ottomane.

     

    Dans l’histoire plus récente leur sort n’est pas plus enviable : génocide par les kurdes et les turcs en 1915, massacre par la monarchie irakienne en 1933, remassacre par les iraniens en 1945. Lors de seconde guerre mondiale, les anglais leur avaient promis un état indépendant ; espoir déçu. Puis sous Saddam Hussein, il y a une quarantaine d’années, de nombreux villages chrétiens (et pas seulement chrétien) ont été rasés dans la région du Kurdistan,  beaucoup se sont réfugiés dans les grandes villes comme Mossoul et Bagdad. Donc pendant plus de 1 500 ans, les chrétiens d’Irak ont été l’objet de persécutions, de massacres, de déportations mais ils ont réussi maintenir leur unité.

     

    Maintenant 40 ans après avoir quitté le Kurdistan, ils y reviennent car à Bagdad leur survie est impossible (kidnappings, attentats, intimidations…). Dans cette région, ils ont la sécurité et un logement mais il n’y a pas de travail pour eux, ils pourraient devenir agriculteur comme leurs parents 40 ans plus tôt mais ils n’ont aucune expérience de ce métier. Donc beaucoup rêvent d’aller aux États-Unis ou en Angleterre. La communauté chrétienne d’Irak est maintenant bien dispersée et sérieusement menacée de disparition, faute d’avoir les conditions pour préserver son identité. Si elle s’éteint c’est une partie notre héritage culturel mondial que nous perdons.

     

    Les personnes avec lesquels nous avons eu des discussions ont particulièrement insisté sur le fait que ce dont elles ont besoin ce n’est pas d’aide humanitaire, ce n’est pas d’argent (car de l’argent ils en ont, il n’y a qu’à voir la qualité de leurs autoroutes qui n’ont rien à envier aux autoroutes françaises), ils ont besoins de conseils dans tous les domaines, ils souhaitent que des experts viennent et puissent les orienter dans telle ou telle direction. Dans le domaine agricole par exemple, l’Irak a un potentiel inexploité important (il ne faut pas oublier que la Mésopotamie est le berceau de l’agriculture et c’est dans cette région qu’a été « inventé » le blé). L’Irak a été autosuffisant jusqu’à la période de l’accord pétrole contre nourriture qui a commencé à baisser les prix des denrées agricoles et à désorganiser la filière. Aujourd’hui les irakiens ont besoin de conseils, de recommandations, de formations pour reconstruire ce secteur qui peut potentiellement employer beaucoup de personnes. Le tourisme est un autre secteur à fort potentiel même si cela fait polémique.

     

    Les kurdes en ont vraiment assez que l’on fasse en permanence l’amalgame en Irak : la situation au Kurdistan irakien n’est pas du tout la même que dans le reste de l’Irak. Depuis la fin de la première du Golfe, ils sont autonomes avec leur propre parlement et leur propre armée. N’en déplaise aux turcs, le Kurdistan est quasi indépendant (il y a une vraie frontière avec le reste du pays). Il n’y a « que » pour le pétrole que le pouvoir de Bagdad a une influence. Au niveau de la sécurité, il n’y a aucun doute que le Kurdistan irakien n’est pas dangereux, c’est même une région sûre car ils font de la surenchère sécuritaire pour rassurer les investisseurs étrangers (et les touristes mais qui sont pour le moment très peu nombreux).

     

    Enfin j’aimerais revenir sur les raisons de notre démarche. Elles sont assez simples, il s’agissait d’être avec les chrétiens d’Irak pendant Noël qui est une période d’échange et de prière dans tout le monde chrétien (le voyage s’intitulait : « pèlerinage en Irak » et non « sensations fortes au plus près des explosions dans un pays en guerre » si nous avions voulu une monté d’adrénaline nous aurions fait un saut en parachute il y a moins d’heures d’avion). Je pense que notre présence a été utile et que les Irakiens chrétiens, zoroastriens ou musulmans que nous avons rencontré ont particulièrement appréciés notre démarche. Nous voulions également découvrir un pays d’une histoire multimillénaire. Nous avons par exemple vu des vestiges de palais assyriens (700 av. J.C.). Il y a des sites historiques majeurs en Irak les plus impressionnants ne sont pas au Kurdistan mais le peu que nous avons vu dans cette région nous a beaucoup intéressé. Ce n’est pas plus compliqué et je ne pense pas que cela mérite toutes les insultes que nous avons eues sur les différents forums qui ont parlé de notre voyage. Mais ce n’est pas le plus important, le plus important c’est que l’on parle des chrétiens d’Irak qui ont été trop longtemps ignorés, déporté, massacrés au titre de dégâts collatéraux de l’Histoire dans les jeux géopolitiques des 1 500 dernières années.

     

    Donc je conseille aux personnes qui en ont les moyens et l’opportunité de se rendre en Kurdistan irakien ; un pays attachant loin des images que l’on nous donne à voir dans les médias.

     

    Jean Emmanuel

     

    Ps : merci à Envoyé Spécial pour ce reportage

    Merci à Terre entière pour avoir eu l’audace de proposer cette destination

    Et merci à toutes les personnes de ce forum même si beaucoup ont un regard très très critique sur notre voyage (voir plus) ce débat montre que certains téléspectateurs se posent des questions sur ce qu’ils voient et entendent. C’est plutôt rassurant. Et tant que l’on débat on ne se fait pas la guerre. 







Palmarès