• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

jeseme33

Conceptrice et animatrice de formations dans tous les domaines de la Relation à l’Autre, au delà de toutes méthodologies... diffuse une philosophie de la relation qui restitue la dignité, et encourage à donner du sens, de la profondeur... 

Tableau de bord

  • Premier article le 18/10/2007
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 2 10 11
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : ordre chronologique





Derniers commentaires


  • jeseme33 6 avril 2008 18:47

    Article et commentaires intéressants. Comme dans beaucoup de domaines ou "l’écologie de la santé" est bafouée, notre système de soins et les organistions professionnelles (sans parler des lobbies) attendent toujours d’être au pied du mur pour sortir du déni et commencer à bouger. .. les exemples ne manquent pas, certains ont été cités plus haut.

    Le patient, lui, n’a accès qu’à l’information officielle... et aux soins qui sont prescrits classiquement et remboursés. Faire un choix différent (que ce soit pour un amalgame en dentisterie ou un médicament dans d’autres domaines...) suppose qu’il a fait seul une démarche pour chercher l’information alternative, et paiera tout ou partie de sa poche le soin choisi s’il est différent de la voie habituelle.

    Alors pour que les dentistes proposent autre chose que l’amalgame au mercure, il faudrait que les alternatives soient aussi remboursées.


  • jeseme33 9 mars 2008 18:57

    Dommage, sur un sujet si grave, de voir autant d’attaques inter-personnelles. Quel intérêt et qu’est-ce que cela amène à qui que ce soit ?

    Sur le sujet lui-même, l’avancement de la recherches sur le cancer, il est une piste qui a été étouffée dans l’oeuf, après bien des polémiques. Il s’agit des travaux du biologiste et biochimiste français BELJANSKI, largement salués et soutenus par de nombreux médecins et chercheurs (Henri Boiteux : ancien administrateur de l’Institut scientifique sur le cancer au CNRS, le Dr Philippe Anker, le Pr Maurice Stroun de Genève, parmi d’autres).

    BELJANSKI a eu le tort, alors qu’il travaillait à l’Institut PASTEUR dans les années 1970, de publier des résultats MONTRANT UNE DIFFERENCE PHYSICOCHIMIQUE entre une cellule cancéreuse et une cellule saine (après avoir découvert l’existence d’une enzyme permettant de transformer un ARN en ADN dans les bactéries : ce qui valut un prix Nobel en 1972 à son co-découvreur américain, H. Temin). Or Jacques MONOD, son PATRON DIRECT, avait obtenu un prix Nobel puis publié "Le Hasard et la nécessité" dont les affirmations se trouvaient ainsi mises en défaut. La découverte de Beljanski et Temin ((existence de la transcriptase inverse bactérienne) sera à nouveau confirmée en 1989... mais Beljanski a déjà été renvoyé de l’institut Pasteur. Il poursuit ses recherches, comprenant son impact sur une approche différente de la lutte contre les cellules cancéreuses, en complément des radiothérapies et chimiothérapies classiques.

    Beljanski étant chercheur et pas fabricant de médicaments, il confie d’abord EN 1973 à l’institut Merieux le fastidieux et onéreux protocole qui donne l’Autorisation de mise sur le Marché (AMM). Or, l’Institut Mérieux fusionnera en 1976 avec le Service production de l’Institut Pasteur, et la collaboration prend fin avant l’aboutissement du dossier d’AMM. Même fin de non recevoir en 1975 avec le laboratoire Servier, resté sur la certitude de jacques Monod "qu’il n’y a pas de différence entre les cellules normales et les cellules cancéreuses".

    Avec l’aide de quelques médecins, pharmaciens, chercheurs, il arrive à trouver des financements pour monter un petit laboratoire (le Laboratoire de St Prim) avec l’objectif d’amorcer le processsus de demande d’AMM, en relation avec le Pr Jean Cahn, Directeur de l’Institut de Recherche SIR International, interlocuteur du Ministère de la Santé. Celui-ci et son laboratoire seront très rapidement mis en liquidation judiciaire, poursuivis avec précipitation pour une ancienne dette à l’Urssaf, dont l’urgence non négociable éclaire bien le contexte. Le processus de demande d’AMM est à nouveau bloqué.

    Pendant tout ce temps, les médecins convaincus de la démarche et de l’effet (sans effets secondaires) des produits préconisés, prennent en charge des cancéreux, surtout ceux dont le diagnostic officiel coupe court à toute espérance de vie. Prescrits par des médecins mais ne pouvant encore être des médicaments, les produits sont fabriqués par des pharmaciens sous la qualification de "préparation magistrale", ce qui est une démarche tout à fait légale... en attendant...

    Alors Beljanski fait l’objet de maintes poursuites judiciaires, avec saisie de son laboratoire, de tous ses documents, de tous ses produits (y compris CHEZ les patients qui utilisaient le traitement en accompagnement de leur thérapie classique)... Au cours d’une affaire plaidée le 23 mars 1994, le procureur dira pourtant "M. BELJANSKI est un biologiste réputé. Personne ne conteste la valeur de ses travaux. Le représentant du Ministère public reconnaît que le biologiste n’est pas un charlatan. Il n’y a pas d’élément dans le dossier qui puisse permettre de discréditer la valeur scientifique de ses travaux... L’Etat aurait dû l’aider financièrement..." (citation du Journal de la Haute Loire du 24 mars 1994). Le Procureur demande et obtient une condamnation symbolique à une amende de 1F, avec dispense de peine. Quelle gifle pour le Directeur Général de la Santé... qui ne s’en tiendra pas là... Les poursuites ne s’arrêtent pas avec la mort de Beljanski en 1998. L’anathème continue d’être jeté sur son nom et son entourage qui poursuit son combat. En appel en mai 2002 à Paris, la Cour a reconnu que les produits Beljanski n’étaient pas des "produits trompeurs" comme il était indiqué dans l’acte de renvoi. Toujours en 2002, la Cour européenne des Droits de l’Homme condamne la France pour ne pas avoir respecté un "délai raisonnable" compte tenu de l’enjeu important du procès, qui aurait dû lui permettre de faire reconnaître la valeur scientifique de ses travaux. Les poursuites seront annulées en septembre par le tribunal du jugement d’appel...

    Il est regrettable que malgré la somme de médecins, chercheurs... qui soutenaient son approche, jamais une quelconque investigation honnête n’a été entreprise pour s’intéresser aux fondements biologiques de ses recherches et aux résultats obtenus, pour s’intéresser aux malades et comprendre leur guérison.

    Aujourd’hui en France, certains médecins continuent de prescrire les produits Beljanski, qui sont fabriqués aux Etats-Unis et n’ayant toujours pas obtenu d’AMM, ne sont pas remboursables.

    A quand une tribune (Agoravox ?), une société, où l’on cessera de tenter de discréditer ou ereinter l’autre, lorsque son discours, ses opinions ne sont pas conformes aux nôtres ?

    Pour en savoir plus :

    http://www.amessi.org/Mirko-Beljanski-1923-1998

    http://www.onnouscachetout.com/themes/medecine/beljanski.php

    http://beljanski.com

    http://groups.google.com/group/amessi/web/beljanski---une-nouvelle-approche-thrapeutique-du-cancer-affaire-galile-du-xxme-sicle


  • jeseme33 17 janvier 2008 16:31

    Votre article a le mérite de traiter un sujet rarement abordé. Toutefois, de par mon expérience de 20 ans dans le domaine de la formation en entreprise, et notamment sur la relation et la "cohésion d’équipe", il présente une vision bien superficielle de ce que vous réduisez au "team-building", et une méconnaissance des problèmatiques et difficultés que vivent à la fois les "managers" et à la fois les personnels des équipes placées sous leur reponsabilités.

    Pour recadrer juste un peu sur le "team-building", encore une fois d’après mon expérience : Je cotoie cette appellation depuis plus de 20 ans, et ce n’est surtout pas nouveau. Les formes que peut prendre une action de team-building évoluent, comme un phénomène de mode, les activités à sensations en faisant partie.

    En revanche, les évènements médiatiques organisés par une entreprise et rassemblant leurs équipes et cadres sont plutôt destinés à fédérer les collaborateurs autour d’un projet, d’un changement, d’une organisation nouvelle, d’un produit en lancement...

    Il est vrai que beaucoup de ces actions baptisées "team-building" ou "convention"... sont coûteuses et le plus souvent réservées aux équipes d’encadrement des grosses entreprises. Le personnel des PME et PMI fait figure de parents pauvres.

    Mais qu’est-ce qui est ESSENTIEL, aujourd’hui pas moins qu’hier ? C’est qu’une personne au travail se trouve respectée, bientraitée, informée, formée, écoutée, qu’elle puisse apporter ses idées et sa contribution à la marche de son service... et que de ce fait elle trouve un intérêt et un sens à accomplir sa tâche au mieux. Mais faire travailler les gens ensemble n’est pas chose facile (même dans l’associatif !) et peu de managers ou chefs savent assumer cette partie "humaine" de leurs responsabilités. Les intérêts personnels et les conflits de pouvoir polluent les relations.

    Alors oui il est nécessaire de faire quelque chose, et cela ne s’appelle pas forcément "team-building". Oui il faut partager des expériences pour apprendre à se connaître, des moments forts, un langage commun, des objectifs communs, un respect mutuel, pour retrouver le plaisir de travailler en équipe. J’accompagne des équipes dans ce sens depuis de nombreuses années, et il n’existe pas de baguette magique ou de recette miracle pour "fabriquer" une équipe. L’alchimie provient d’un travail en profondeur sur les comportements individuels ET collectifs permettant à chaque personne de retrouver la source d’une relation vraie (un petit bout d’infos complémentaires sur http://blog.lemanagerjardinier.com).

     

     


  • jeseme33 30 novembre 2007 15:54

    « ...les fabricants nous livrent le matériel tout équipé... non, on ne peut pas vous le vendre sans WINDOWS... » me répondait encore hier un vendeur dans un magasin professionnel (Office dépôt) auquel j’avais posé la question, juste comme ça, pour vérifier une fois de plus.

    Ce principe de « vente liée » et FORCEE est inacceptable : mais n’a-t-on pas vu le lancement tonitruant de windows vista en direct parmi les titres du journal télévisé de 20H à TF1, comme si cela constituait une INFORMATION majeure que tous les français attendraient avec impatience (ainsi qu’on nous le laisse entendre aussi à la sortie de chaque dernier né des Harry Potter) ? Comme si en dehors de windows point de salut !

    Vu le poids médiatique de Microsoft et de Bill Gates, ce n’est pas demain la veille qu’on verra chez les gros distributeurs la vente de PC dotés d’un système d’exploitation LIBRE (et gratuit), à chaque acheteur ensuite, d’acquérir ou pas un système payant.

    En attendant, ceux qui veulent faire de la résistance n’ont que le choix de se monter eux-même leur PC (s’ils en ont la compétence) ou de dénicher un revendeur « militant ». Pour ceux qui n’en connaissent pas, voici une adresse : contact@tutti-free.com


  • jeseme33 22 novembre 2007 17:24

    Depuis des décennies, le montant des cotisations prélevées ne cesse d’augmenter, alors que diminuent en même temps le nombre des médicaments et soins remboursés et le pourcentage de remboursements... toujours sous le prétexte de combler les déficits de la sécurité sociale... mais sans remettre jamais en cause le SYSTEME de santé lui-même, vache à lait des industries médico-pharmacologiques. On continue à nous faire croire qu’on a le meilleur système de santé du monde, alors qu’il reste toujours exclusivement axé sur le traitement du symptôme (on intervient quand on est déjà assez malade pour que le corps nous « crie » son malaise par le symptôme) au lieu d’intégrer en parallèle les aspects d’une médecine pour nous « tenir en santé », bien moins coûteuse puisqu’elle intervient pour éviter le déclenchement des pathologies (forcément moins graves) L’application des FRANCHISES va à nouveau agraver la facture pour les MALADES, occasionnels ou de longue durée. En ce sens, c’est une mesure totalement NON SOLIDAIRE, puisque les personnes en bonne santé (à priori les plus jeunes) n’auront pas à apporter leur écot ! Donc SEULS LES MALADES contribueront à financer le plan Alzheimer !!!







Palmarès