• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Jiem

Jiem

Exploitant de cinéma de proximité cinéphile étudiant en sciences de l’information et de la communication passionné d’arts visuels et musicien implanté en Gironde.

Tableau de bord

  • Premier article le 28/02/2008
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 1 6 7
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : ordre chronologique




Derniers commentaires



  • Jiem Jiem 29 avril 2008 10:40

    "lol" comme on dit.

    Il y a sur le territoire français quelques 2133 cinémas totalisant 5362 écrans. On paie la place à 9 € (ou plus) pour 30% des écrans, soit 146 établissements. Une grande majorité des 1987 autres cinémas pratiquent des tarifs pleins inférieurs ou égaux à 6 € et des brouettes. Le spectateur reste seul juge.

    Concernant les ayants-droits qui se gavent, comment vous croyez qu’un film comme LA GRAINE ET LE MULET est financé après ?

    Ensuite, oui, certains "pirates" têtent des films sur le Web pour se faire une "idée" du film. Sauf que je doute que ce soit le cas de la majorité ! Mais j’ai une autre thèse : pensez-vous que les pinpins qui se gavent de films sur le Web iraient quand même au ciné s’ils n’avaient pas la possibilité de pirater ?

    Pour finir j’aime bien les gens qui cataloguent les films à succès de "navets que tous les beaufs vont voir". Si ce "navet" avait juste fait 2 millions d’entrées, si ça se trouve vous seriez allés le voir ! Enfin c’est un autre débat. Bande de beaufs va !



  • Jiem Jiem 12 mars 2008 13:41

    "Des sommes qui paraissent, à mon sens, raisonnables compte tenu des responsabilités qu’elles recouvrent, mais qui en dessous des villes de 20 000 à 50 000 habitants ne permettent pas de se passer d’une autre rémunération et donc d’avoir un autre travail."

    Tu y vas un peu fort !
    Sur une ville à partir de 1000 habitants, 1600,74 € brut mensuels sont tout à fait suffisants pour atteindre le niveau de vie moyen d’un Français moyen (sachant que la grande majorité des proviciaux est en dessous de ce chiffre)... Hormis si l’élu émargeait à plus de 2000 € brut par mois dans son métier précédent...



  • Jiem Jiem 28 février 2008 20:08

    A film égal, tout dépend de la salle, de la ville, de l’opérateur, de la maintenance, ... j’ai fréquenté beaucoup d’établissements différents et j’ai des souvenirs de projections floues dans des multiplexes, de cassage dans des petits ciné, etc. La qualité de la projection n’est pas dépendante de la puissance du matériel...

    Dans les multiplexes, il y a souvent 5 opérateurs pour lancer 10 à 20 projections. Dans les mono ou biécrans, l’opérateur est toujours à proximité pour vérifier le bon déroulement de la séance...

    Les MK2 sont en effet spécialisé dans le film d’auteur, je ne remets pas ça en cause (par contre, je ne comprend pas pourquoi ces derniers s’allient à UGC contre les petites salles...).

    ATTENTION ATTENTION quand tu parles de la projection numérique !!! Elle nécessitera tout autant la présence d’un opérateur pour charger le film dans le serveur, lancer les séances, surveiller, nettoyer le matériel optique après chaque projection : un projecteur numérique cinéma n’est pas un videoprojecteur de salon... Les estimations de coûts de maintenance sont largement plus impressionnantes que pour les projecteurs argentiques (quand un boulon tombe d’un projecteur argentique, on le remet, quand une plaque se barre, on la ressoude... un projecteur numérique est fait de 3 ou 4 parties stériles et indémontables : en cas de casse, il faudra changer le matos). D’autre part, je doute que les stands pop-corns renflouent les creus financiers en territoire rural...



  • Jiem Jiem 28 février 2008 11:17

    Je suis tout-à-fait d’accord avec toi. La production française n’est tout de même pas seule responsable.

    Néanmoins, j’ai choisi de ne pas axer mon article sur ce thème-là (peut-être un prochain article...), qui est adjacent au problème. Le constat actuel de l’industrie du cinéma en France s’engorge de nombreuses problématiques dont celle de la production fait partie, on pourrait aussi parler de la phagocytose de l’Art&Essai par les multiplexes, de la distribution sélective des copies, ...

    Il est clair que trop de films tue les films, et quand on voit le nombre de laissés-pour-compte chaque semaine, la prise de conscience est subite.



  • Jiem Jiem 27 février 2008 11:23

    J’ai bien envie de faire un article sur la crise du cinéma français en reprenant les données de mon commentaire... :)

LES THEMES DE L'AUTEUR

Culture Cinéma Culture






Palmarès