• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

johanne

Johanne Mielcarek, chargée de campagnes à la Protection mondiale des animaux de ferme (PMAF)

Tableau de bord

  • Premier article le 02/02/2009
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 2 1 20
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : ordre chronologique





Derniers commentaires


  • johanne 16 février 2009 10:55

    Bonjour,

    et merci de votre commentaire, malheureusement anonyme. Je crois que plusieurs erreurs d’interprêtation s’y sont glissées, permettez-moi de partager avec vous mes impressions à chaud :

    1. Nous évoquons effectivement les stéréotypies classiques que développent les truies bloquées en stalles de gestation. L’incapacité de construire un nid est mentionnée ici comme l’une des sources de frustrations - parmi d’autres - qui y conduisent. Vous avez bien raison de suggérer que ce n’est là qu’un seul des problèmes comportementaux de la truie dans cette situation de confinement.

    2. Le caillebotis évoqué dans le commentaire est visible dans la séquence montrant des porcelets. Les porcs à l’engraissement à l’image, en effet, sont sur un sol plein - une fois n’est pas coutume. Je regrette bien que vous ayez vu dans ce détail sans grande conséquence une propagande scandaleuse.

    3. En réalité, nous n’indiquons pas que c’est la castration à vif - mentionnée dans le commentaire - qui rend le porcelet affaibli à l’écran dans cet état. La castration à vif des porcelets mâles est simplement mentionnée comme une pratique routinière en élevage porcin.

    4. Les normes que vous évoquez, appliquées par les éleveurs sous signe de qualité, sont précisémment celles que nous défendons dans cet article, dont le discours général est favorable à ces pratiques d’élevage alternatives. Pour ce qui est de la réglementation actuelle, applicable à tous les élevages, nous pourrions en effet mentionner certaines avancées. Parlons par exemple de l’interdiction de la pratique routinière de la caudectomie, ou l’obligation de fournir aux porcs à l’engraissement un substrat meuble (paille, ..) leur permettant de se livrer à leur comportements naturels d’exploration et de fouille. Je suis à votre disposition pour élargir le débat et évoquer avec vous à quel point ces normes de bien-être animal déjà existantes sont respectées dans les élevages industriels français. A notre connaissance, elles sont massivement ignorées.

    5. Il me semble que c’est à juste titre que vous écrivez :
    "Que dire enfin de la juste rémunération de ces éleveurs, victimes des pressions de la grande distribution qui sous couvert de lutte contre la vie chère écrase les cours des ces productions et ne permet donc pas à leurs acteurs de vivre dignement ni de faire progresser leurs ateliers vers plus de repect des animaux. Contrairement à l’idée fausse que vous véhiculez, les éleveurs sont convaincus que le bien être de leur troupeau est synonyme de rentabilité, de meilleur état sanitaire et de moindre stress".
    Aussi, je vous invite à visionner jusqu’au bout les interviews d’éleveurs que nous mettons en avant ici, et notamment le 1er reportage chez J-M Gibelin, par exemple. Vous verrez que les éleveurs auxquels nous avons choisi de donner la parole tiennent précisemment ce discours.

    Par ailleurs, vous semblez bien connaître le monde de l’élevage porcin. En tant qu’association de protection animale, nous éprouvons souvent des difficultés à documenter les pratiques de l’élevage moderne, tant la valorisation économique des produits d’élevage repose en partie sur un marketing biaisé et sur la dissimulation au public des conditions de vie réelles des animaux. Si d’aventure vous connaissez un éleveur prêt à nous laisser filmer la mise en stalles de ses truies ou la castration à vif de ses porcelets, je vous remercie beaucoup de me contacter via ce site, afin que nos images soient en meilleure adéquation avec la réalité, comme vous le souhaitez avec raison.

    Enfin, tant que la représentation idéalisée que se fait le public du monde de l’élevage sera sous le contrôle des filières de production, à grand renfort d’imageries évoquant l’herbe verte, le respect des animaux et de la nature, il me semble - au contraire - que notre travail d’éducation est malheureusement nécessaire.

    Bien à vous,

    Dominic Hofbauer
    http://www.education.pmaf.org
    Bien-etre animal & animaux de ferme
    Pour la Protection mondiale des animaux de ferme (PMAF)










Palmarès