• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

jonatan

Etudiant en informatique de gestion à la Haute Ecole Roi Baudouin (Mons, Belgique) en même temps que chef d’entreprise dans le domaine de l’informatique, j’ai toujours beaucoup aimé l’écriture et le journalisme.
Mon expérience journalistique a débuté il y a quelques années, grâce au journal en ligne "Le Midi" édité par "On-Line Reporters". Le principe était de permettre aux jeunes d’écrire des articles, validés par une équipe de professionnels et d’apprendre grâce aux remarques des journalistes.
Cette organisation ayant fermé ses portes, j’ai continué à m’exprimer au travers de blogs par exemple.
Le site Agoravox me donne l’opportunité de poursuivre sur cette lancée. Dans un souci de qualité, j’écrirai principalement des articles de fond liés à l’informatique et aux nouvelles technologies, ainsi que des articles concernant la Belgique.
N’hésitez pas à me faire part de vos commentaires au sujet de mes articles...

Tableau de bord

  • Premier article le 16/01/2007
  • Modérateur depuis le 31/12/2007
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 4 4 145
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0
Modération Depuis Articles modérés Positivement Négativement
L'inscription 5 2 3
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : ordre chronologique







Derniers commentaires


  • jonatan 29 juillet 2007 13:01

    Tout d’abord je me félicite de l’intérêt que suscite l’article. Il est paradoxal, effectivement, que les pays se déchirent au sein d’une Europe qui ne cesse de grandir. Mais mon explication est que l’Europe n’est pas considérée comme un pouvoir souverain (ce n’est d’ailleurs pas le cas) mais comme une union. Je pense que c’est l’idée actuelle des néerlandophones : une confédération, où le pouvoir central est relativement insignifiant. Un système tel pour un continent, c’est utile. Pour un petit pays, c’est du gaspillage (du moins à mon sens).

    Quant au fait que les petits Etats soient plus portés vers la scission que les grands, mon explication est qu’un Français, par exemple, est fier de son pays parce que, du fait de sa grandeur, il occupe une place importante sur le plan mondial, il est reconnu dans le monde entier,... La Belgique a également une grande importance à l’échelle internationale, les produits belges sont très appréciés à l’étranger, notre savoir-faire s’exporte, mais il semble que les Belges n’en soient pas conscients et ne soient pas assez fiers de leur pays.

    Il est clair que, si de nombreuses choses ne fonctionnent pas parfaitement en Belgique, comme c’est le cas dans tous les pays du monde, de nombreuses choses fonctionnent et il faut y penser aussi. Quand on parle sécurité sociale, on parle des abus. Ils sont avérés, et il faut lutter contre, mais il faut aussi rappeler qu’avec le système allemand, notre système est le plus performant au monde... La SNCB (société publique des chemins de fer) est critiquée pour ses grèves et éventuels retards, mais on oublie souvent que le réseau ferroviaire belge est le premier du continent, en date comme en densité. De même, la sécurité y est excellente, ce qui n’est pas le cas en Italie ou au Royaume-Uni par exemple.

    Je pense que là se trouve le problème : seuls les points négatifs du pays sont mis en avant, et on envie trop souvent les qualités des autres pays. Mais la Belgique a aussi de nombreuses qualités, et quand on y pensera, les Belges seront peut-être plus attachés à leur drapeau... L’union fait la force, dit-on smiley

    Enfin, je terminerai en disant que, personnellement, la situation actuelle me fait peur. Les tensions ont commencé par quelque appétit de pouvoir de chaque côté, maintenant on en est à barrer les noms francophones sur les panneaux dans les communes à majorité flamande de la région bruxelloise. Tout porte à croire que, sauf si on prend ce problème en mains le plus vite possible, la situation va réellement dégénérer, et de simples symboles comme les panneaux barrés vont de transformer en actes de violence... Il suffit de comparer avec d’autres pays où certains réclament l’indépendance...

    Voilà un commentaire assez subjectif, mais ça me permet de donner également mon avis sur le sujet...


  • jonatan 20 juillet 2007 11:38

    Une grosse différence entre le système belge et le système français est que le suffrage se fait à la proportionnelle, et qu’il faut ensuite décider de coalitions. C’est en théorie plus représentatif, je pense honnêtement que c’est plus démocratique (si seulement les coalitions étaient également choisies par le peuple) mais ça prend plus de temps.

    Yves Leterme (formateur du gouvernement) a promis avant les élections une grande réforme de l’Etat, qui nécessite une majorité de deux tiers. Aujourd’hui, il se rend compte (et Jean-Luc Dehaene ne s’est pas privé de le rappeler) que les deux tiers ne seront pas atteints, et il faudra qu’il s’accroche bien pour que les Flamands lui fassent encore confiance dans quatre ans (et dans deux ans pour les régionales).

    J’aspire aussi à la création d’une circonscription fédérale (même si les Flamands, plus nombreux, auraient plus facilement le dessus) permettant de voter pour certains « gros » candidats des deux côtés de la « frontière linguistique ». Pour moi, ç’eût été plus démocratique avec pour cette circonscription les différents « candidats premier ministre » (Leterme, Di Rupo, Reynders, Michel, Verhofstadt,...).

    Pour terminer, je dois dire que je regrette l’intérêt que les Flamands portent à une réforme de l’Etat, totalement inutile (si ce n’est pour refédéraliser au contraire les compétentes, synonyme d’économie financière et de plus de cohérence) et irréaliste dans la situation actuelle. La Belgique, au cas où tout le monde ne l’aurait pas remarqué (sans doute par Yves Leterme), a d’autres chats à fouetter, comme une diminution du chômage, une meilleure stimulation du travail, une nouvelle réforme fiscale...


  • jonatan 5 avril 2007 13:29

    Au niveau du néerlandais mal connu en Wallonie, la « paresse » des Wallons y est pour beaucoup, de même que le peu d’intérêt pour une langue peu parlée.

    Mais un autre problème peu connu à l’extérieur est la méconnaissance par les Flamands du néerlandais. Ceci est dû à l’omniprésence des dialectes, fort différents d’une région à l’autre. Ainsi, un Limbourgeois comprendra très difficilement un Ostendais. Les différences sont parfois énormes.

    Il y a bien l’ABN (Algemeen Beschaafd Nederlands), un néerlandais « officiel », mais peu de gens le maîtrisent parfaitement. On peut comparer ça aux dialectes wallons de l’époque.

    Alors quitte à apprendre le néerlandais, on ne sait pas lequel apprendre... C’est aussi un gros problème...


  • jonatan 5 avril 2007 10:49

    Bonjour,

    Tout d’abord, je remarque que mon article suscite le débat, ce que je trouve très enrichissant et intéressant. Au niveau du rattachement à la France, et hors de tout article neutre, mon opinion est que ça ne serait profitable ni pour les Belges, ni pour les Français. Nous avons trop de différences au niveau culturel, au niveau de la mentalité et de l’esprit...

    Les Belges et les Français se taquinent mutuellement sur leurs différences, et c’est justement cette différence qui est intéressante dans nos cultures. Rattacher la Wallonie à la France, c’est faire perdre aux Belges (si Wallons soient-ils) leur culture et leur histoire, et leur attacher une culture complètement différente.

    Voilà pour mon opinion personnelle.

    Quant aux problèmes communautaires, certains sentent venir la séparation, d’autres disent que c’est une simple impression. Je dirais que le point de vue politique est opposé au point de vue du peuple. Dans sa grande majorité, malgré les défauts de chacun, le peuple belge est attaché à son union. Preuve en est le docu-fiction controversé de la RTBF (qui annonçait dans un flash spécial la scission du pays). Mais le pouvoir est entre les mains de politiciens, parfois virulents, qui ont déjà obtenu beaucoup d’avancées contre l’avis du peuple.

    Ce débat permet donc d’avoir une meilleure vision de l’avis des Belges, mais aussi (et je les en remercie), des Français, qui nous montrent ce qu’ils voient depuis l’extérieur.

    Enfin, en réponse à Calmos, certains Belges n’aiment pas que les affaires internes soient répandues à l’étranger. C’est ce qui est arrivé lors de l’interview d’Yves Leterme (ministre-président flamand) pour Libération. Personnellement, j’ai publié cet article dans l’espoir d’informer également les Français de nos problèmes, et je trouve très intéressant que vous en discutiez.

    Salutations belges smiley

    Jonatan







Palmarès