• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

joshuadu34

joshuadu34

la liberté n'étant qu'une vue de l'esprit, certains refusent toute liberté à l'autre... Pour ma part, dans la mesure ou, dans le monde actuel, on peut être libre, je prend un peu de cette liberté...

Tableau de bord

  • Premier article le 23/07/2008
  • Modérateur depuis le 09/11/2012
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 5 67 67
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0
Modération Depuis Articles modérés Positivement Négativement
L'inscription 11 7 4
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : ordre chronologique








Derniers commentaires


  • joshuadu34 joshuadu34 30 avril 2013 23:37

    Les « marines » de Andries van Eertvelt, telles que celles vendues, soit disant, par monsieur Guéant, ont une valeur maximale estimée, selon les spécialistes, comprise entre 40 et 45 000 € (estimation faite par la société Artprice, spécialisée dans la vente d’oeuvres. Il est bon de préciser que si la toile la plus chère de Van Eetvelt a été vendue 168 000 €, soit, frais déduits, 140 000 pour le vendeur, il s’agissait d’une toile bien spécifique qui ne reflète en rien la valeur du reste de son oeuvre). La majorité (75 %) des toiles de Van Eetvelt s’est vendue moins de 10 000 € !

    Si mes connaissances mathématiques ne sont pas trop rouillées, 45 000 x 2, dans une estimation TRÈS haute, ça n’a jamais fait 500 000 !

    Enfin, last but not least, il convient de savoir qu’une oeuvre vendue plus de 150 000 € doit faire l’objet d’une inscription auprès du ministère de la culture. Si monsieur Guéant a vendu ces 2 oeuvres 500 000 €, une trace du montant exact de la vente est donc présente au ministère...


  • joshuadu34 joshuadu34 5 avril 2013 07:44

    Je comprend parfaitement la colère mélée de tristesse de Filoche, même si je ne suis pas d’accord avec cette étiquette socialiste, il a, lui, toujours expliqué son attachement politique par cette volonté de ramener le PS à gauche et à suffisamment prouvé son manque d’intérêt pour les postes (qu’on lui propose depuis plus de 20 ans), pour ne pas être taxé de lâche ou de traitre...

    Bref, son honnêteté est difficile à mettre en doute ! Même si ça n’empêche pas la critique, se tromper et être malhonnête sont deux choses bien différentes, et se battre aux côtés de quelqu’un d’honnête est toujours préférable, même si on ne partage pas totalement son but, que de côtoyer un parfait salaud opportuniste de la même couleur que vous !

    Pour en revenir à son intervention, je la comprend ! Filoche se bat, depuis plus de 20 ans, pour tenter de ramener le PS à gauche, et pour en extraire la corruption, qu’il a, à de maintes reprises, condamnée, se mettant à dos pas mal d’éléphants... Et il sait, comme beaucoup, que l’attention des sujets importants est continuellement détournée de manière à maintenir un statu quo. Il lutte aussi, donc, comme ici avec l’ANI, pour continuellement ramener cette attention sur les sujets importants, intervenant souvent médiatiquement pour ramener le débat sur les terrains qu’il ne devrait pas quitter.

    Il sait donc que non seulement l’affaire Cahuzac détruit toute confiance envers TOUS les militants PS (ce que démontrent certains commentaires qui, méconnaissant le personnage, le mettent pourtant dans la même valise que les éléphants du PS), mais qu’elle détruit aussi la lutte qu’il mène lui, contre l’ANI. Loin d’être con, il sait aussi le profit que portera cette affaire à l’extrême droite, et les dégâts insensés que cette affaire fera dans la confiance et l’intérêt politique ! Il sait que Cahuzac vient de mettre à terre tous les politiques qui luttent honnêtement en seulement 4 mois ! Après ses nombreuses années à tenter de porter l’attention sur des sujets qu’il juge importants, il sait que tout son travail est sapé par un nom : Cahuzac ! Il y a quand même de quoi être dépité...


  • joshuadu34 joshuadu34 5 avril 2013 07:24

    Vous oubliez une troisième possibilité : celle de rejoindre l’aile gauche de ce parti en pensant pouvoir le changer, à tord ou à raison ? Personnellement, je pense à tord, on ne changera pas ce parti de l’intérieur, mais cet avis est personnel et, peut-être ai-je tord de penser ça... L’avenir seul le dira !

    L’honnêteté des convictions de Filoche n’est plus à démontrer ! Alors que dès la fin des années 80, Gérard aurait pu rejoindre une carrière politique fructueuse, approché par les cadors du PS, et par Jospin, ce qui aurait pu lui ouvrir les portes d’une carrière gouvernementale, il choisit de rester un homme de terrain, proche des travailleurs, partageant ses expériences avec les politiques et donnant un avis de terrain, son avis, certes, bon ou mauvais, seules des convictions permettent de le juger, mais un avis qui ne transige jamais avec l’honnêteté de sa ligne !

    Cette honnêteté, il la garde jusqu’à sa retraite, en 2010, et rien ne permet de douter qu’il ne l’a pas toujours ancrée en lui !

    Filoche n’est ni un con (il l’a, maintes fois prouvé), ni, encore moins, un salaud ! Il a des convictions avec lesquelles on peux ne pas être d’accord, comme je le pense, mais des convictions honnêtes !

    La vraie question à se poser le concernant c’est : mais qu’allait-il faire dans cette galère ? Il a cru, et crois encore, pouvoir déporter ce parti, avec d’autres, et le ramener à une ligne politique de gauche... Il s’est choisit un combat : celui de tenter d’améliorer les conditions de vie des populations, sans jamais renier qui il est ! Bref, c’est un des rare à être encore droit dans ses bottes, et clean !

    Si vous voulez parler de cons et de salauds, les cibles, de l’extrème droite à l’extrême gauche, ne manquent pas ! Mais pas sûr que Filoche soit la meilleure de ces cibles, puisque, pour le coup, c’est vous qui risquez de passer pour un con à ne pas vouloir comprendre que vouloir combattre les cons ne fait pas de vous un salaud, et vice versa !


  • joshuadu34 joshuadu34 5 avril 2013 06:53

    Franchement, si vous l’avez viré d’un chantier, chapeau bas ! L’ayant vu intervenir dans le 3ième, fin des 90’s, face à un patron ayant pourtant un soutien gouvernemental, et ayant vu ce patron se liquéfier face à lui (parce que non seulement l’est pas pourri, le bonhomme, mais il a -avait- de sacré arguments et n’hésitait pas une seconde à déployer tout l’arsenal juridique qui fait mal, ce que tous les patrons de son secteur savaient parfaitement), fallait non seulement un sacré caractère, mais aussi une énorme dose d’inconscience, voire une volonté suicidaire pour son entreprise pour oser lui tenir tête...

    Quand à l’argument politique qu’il aurait brandi, suis assez dubitatif, j’avoue... Non seulement ce n’était pas ses méthodes, justement, mais, bien au contraire, Filoche, dans l’exercice de ses fonctions, s’appuyait non pas sur des arguments politiques, mais sur le code du travail et de la santé qu’il connaissait sur le bout des doigts, observant, déjà, avant de mettre le doigt là ou ça faisait mal... Même le MEDEF ne l’a pas fait taire et s’en est mordu les doigts (dans le 77, fin des 90’s), alors vous...

    Vous étiez ou, monsieur kitamissa, quand Filoche est intervenu ?

    Je connais le personnage, et si je ne suis pas d’accord avec ses positions politiques actuelles, je ne doute pas une seconde de son honnêteté, comme votre récit me semble à des années lumière de ses pratiques...

    Bon, si votre intervention s’avérait exacte, vu les dossier sur lesquels il intervenait, surtout dans le bâtiment, on ne peux quand même pas dire que ce soit glorieux pour vous, puisque ça faisait quand même quelques temps déjà qu’il n’intervenait plus que sur les dossiers les plus « pourris », à la demande de ses collègues généralement, pour tenter de débloquer une situation intenable pour les salariés... Pas sûr, dès lors, qu’il soit à votre avantage de vous glorifier de l’avoir vu ! Son intervention signifierait que non seulement les conditions de travail sur votre chantier étaient dangereuses et préjudiciables à la santé de vos salariés, mais aussi que vous n’aviez qu’un mepris total envers les lois et les organes de représentation des salariés ! C’est dans ces cas, depuis au moins la fin des 80’s, que vous le voyiez débarquer !


  • joshuadu34 joshuadu34 27 mars 2013 05:26

    Pas le premier que j’ai lu, mais celui qui, jeune déjà, m’a fait aimer la lecture, la mer, l’audace, l’évasion, l’envie de se dépasser, d’aller voir un peu plus loin, juste histoire de comprendre sans jamais accepter aucune chaîne... Ceux qui connaissent comprendrons mon pseudo, puisqu’il s’agit de « La longue route », de Moitessier...

    D’autres, après, m’ont marqués... Shogun, de Clavell, lu alors que j’avais à peine plus de 10 ou 11 ans, les terres du milieu de Tolkien, bien sûr, et tellement d’autres... Et London... Ses ballades dans le grand nord, ou dans les bas fonds londoniens, qu’il m’aura d’ailleurs fallut relire pour en comprendre l’implication... Edgar Allan Poe, aussi, et Baudelaire, découvert lors des lectures scolaires... La violence des Rois maudits de Druon... et celle de Lovecraft... Les premiers Stephen King dans lesquels je tirai de grand frissons (je dis bien les premiers parce que, depuis qu’il a arrêté de se shooter, King est bien moins intéressant... Relation de cause à effets ?)...

    Ils sont tellement nombreux ! Mon grenier à moi n’était pas dans la cité HLM que j’habitais, mais à la bibliothèque municipale ou, après avoir eu du mal à faire accepter le fait de prendre des livres chez les adultes par un cliché de bibliothécaire (chignon et lunettes compris), je dévorais tout, piochant souvent au hasard, pour une pochette ou pour un titre qui m’accrochait. Ma mère qui, pendant un temps m’y a accompagné, avec patience, ne me refusait pas grand chose, préférant sans doute que je lise plutôt que de « faire le con »... Malheureusement, l’un n’a pas toujours empêché l’autre !







Palmarès